fbpx

To Proí du mercredi 16 juin 2021 – MEDIAACTU

To Proí du mercredi 16 juin 2021 – MEDIAACTU

ACTUALITÉ NATIONALE

1-Conseil présidentiel décentralisé à Matam : « Une enveloppe de plus de 253 milliards de francs CFA a été injectée dans la région depuis 2013 » (Macky Sall)

La quatrième journée de la tournée présidentielle se tient dans la région de Matam pour entamer de larges discussions sur les projets et réalisations initiés par l’État du Sénégal dans la région Nord. Ces échanges sont présidés par Macky Sall, chef de l’État, en présence des membres du gouvernement et des autorités de la région de Matam.

Dans son discours introductif, le président de la République a d’abord félicité cet engagement des autorités locales à œuvrer pour le développement socio-économique de Matam. Le président Macky Sall a ensuite soutenu qu’elles ont facilité la prise de conscience des besoins d’investissements prioritaires de la région. C’est ce qui avait d’ailleurs permis au gouvernement de s’engager sur un volume d’investissement de 126 milliards couvrant 14 sous secteurs.

Les recommandations du conseil des ministres décentralisé qui avait été tenu dans la région de Matam avaient ainsi poussé le président de la république à prendre acte de l’urgence de la territorialisation des politiques publiques afin de conférer à chaque territoire des instruments et moyens d’actions efficaces.

L’objectif est de lutter significativement pour la réduction des disparités sociales et territoriales particulières pour accroître la quintessence de l’acte 3 de la décentralisation.

Pour le président de la République, les performances dans la région de Matam sont significativement notables, même s’il reconnaît que certains défis et contraintes restent à relever. En effet, entre 2014 et aujourd’hui, la région de Matam s’est substantiellement améliorée grâce à des programmes bien définis.

Dans cette perspective, « une enveloppe de plus de 253 milliards de francs CFA a été injectée dans la région depuis 2013 soit deux fois plus que le montant validé lors du conseil des ministres qui avait été tenu dans la région de Matam », a rappelé le président de la République devant les autorités de la région et plusieurs membres du gouvernement.

Ce sont des investissements, pour rappel, qui ont couvert plusieurs secteurs notamment la santé, l’éducation, les infrastructures, l’énergie, l’agriculture, l’élevage, l’autonomisation, l’eau, la protection sociale et la transformation de produits locaux. Par ailleurs, elles ont couvert le désenclavement de la région. Un aspect indispensable pour valoriser le potentiel local et les initiatives publiques.

Ce conseil présidentiel décentralisé à Matam va permettre, à terme, de décliner les perspectives, recommandations et propositions pour une meilleure gestion des politiques publiques qui seront définies incessamment pour le développement de la région.

2-Violences universitaires : un étudiant gréviste arrache de force le micro d’un professeur

L’Université Cheikh Anta Diop est marquée dernièrement par une série de violences liées aux résultats des élections des amicales. En effet, les résultats du scrutin censé élire la liste qui représentera les étudiants sont contestés par les coalitions perdantes aussi bien à la faculté des sciences juridiques et politiques qu’à la faculté des lettres modernes.

Après les batailles rangées et saccages des restaurants au niveau du campus social, des étudiants se sont encore illustrés cette fois au niveau d’un amphithéâtre à la fac Lettres. En effet, des étudiants sont entrés dans la salle pour demander au prof d’arrêter son cours. Face a la persistance du professeur, un étudiant est monté sur l’estrade pour arracher de force le micro des mains du professeur.

La guerre entre les amicales est rude actuellement au sein de l’université. La situation est tellement devenue tellement incontrôlable au sein de la FAC de droit que l’administration s’est réunit pour prendre des mesures. L’assemblée de la faculté des sciences juridiques et politiques menace de décréter une session unique ou au pire, d’invalider l’année si les cours sont à nouveau perturbés.

3-Hydrocarbures : Total Sénégal paiera 7,284 milliards FCFA de dividendes à ses actionnaires

Total Sénégal, filiale de la multinationale Total Energies Marketing et spécialisée dans la distribution de produits pétroliers, paiera à ses actionnaires en fin juillet 2021, au titre de l’exercice 2020, un dividende net annuel de 7,284 milliards FCFA (10,926 millions d’euros), ont annoncé les dirigeants de cette société basée à Dakar.
Rapporté aux 32.577.700 actions qui composent le capital de cette entreprise, cela correspond à un dividende net par action de 223,6 FCFA contre 105,30 FCFA en 2019, soit une augmentation de 118,3 FCFA. Au terme de l’exercice 2020, Total Sénégal avait réalisé un bénéfice après impôts de 6,063 milliards de FCFA, en progression de 4%, par rapport à l’exercice précédent. Cette société avait vu son chiffre d’affaires baisser de 14%, passant de 454 milliards de FCFA en 2019 à 387 milliards de FCFA durant la période sous revue. Cette contreperformance a été occasionnée par les ventes de marchandises qui ont été comprimées de 64 milliards de FCFA avec une réalisation de 379 milliards de FCFA.

4-« On peut tout faire virtuellement sauf le Hajj » (Abdoul aziz kébé, D.G au pèlerinage)

La délégation générale au pèlerinage (DGP) a tenu un point de presse cet après-midi du mardi 15 Juin. Une rencontre qui fait suite à la décision des autorités saoudiennes concernant le pèlerinage à la Mecque de cette année.

Pour la deuxième fois consécutive, les autorités saoudiennes, sous la contrainte de la pandémie, ont décidé de réserver le pèlerinage aux seuls résidents en Arabie Saoudite. Une mesure que la délégation générale au pèlerinage après analyse juridique dit comprendre « parfaitement ».

Au Sénégal, l’État s’est toujours mobilisé depuis les indépendances à nos jours, pour soutenir, encadrer et assister ses pèlerins. Malgré tous les efforts consentis, force est de constater qu’il y a des contingences que l’homme ne maîtrise pas. Il en a été ainsi avec la pandémie à coronavirus par rapport à la faisabilité du hajj.

Dans ce sens, la DGP avait entamé des concertations avec les organisateurs privés et avait dégagé un certain nombre d’hypothèses possibles pour cette année 2021 en sus des réunions téléphoniques avec le consul du Sénégal à Djeddah, le Dr Aboubakr Sarr avant que l’accès au pèlerinage ne soit refusé aux étrangers.

Ce point de presse est l’occasion pour Abdoul Aziz Kébé, Délégué Général au pèlerinage, de revenir sur l’essentiel des décisions prises par la DGP avec les responsables des associations regroupant des voyagistes. Ceci implique fortement l’élaboration et l’exécution d’un plan de communication dans le but d’éclairer l’opinion, d’apaiser et de rassurer les pèlerins.

Mais aussi la mise en place d’un dispositif, d’alerte, d’assistance pour que les acteurs du hajj, organisateurs comme pèlerins se retrouvent dans une dynamique où les intérêts et droits de chacun ne soient spoliés cela impliquant le respect des instructions de l’État consistant à ne pas encaisser l’argent des pèlerins. Et pour ceux qui l’avaient fait de rembourser à la demande du concerné.

Le sieur Kébé dans cette mouvance, marqué par l’utilisation de l’électronique est obligé de regretter le fait qu’ « On peut tout faire virtuellement sauf le hajj ».

Enfin, la DGP ayant bonne lecture de la décision des autorités saoudiennes, exhorte les acteurs (candidats au pèlerinage et les compatriotes) à s’y conformer de bon cœur en leur qualité de croyant tout en espérant retourner à la Mecque avec une meilleure organisation, dans une sécurité parfaite…

5-Tournée Présidentielle : Les gros bras du palais indisposent les forces de défense et de sécurité…

Ils sont baraqués, portent des accoutrements qui ressemblent à ceux des forces de défense et de sécurité et appartiennent à la milice privée qui escorte le chef de l’Etat, dans son périple dans le Nord. Ils sont aussi à l’origine de nombreuses exactions sur les populations et de nombreux incidents avec les forces de l’ordre qui alertent sur les dangers de leur présence dans le dispositif de maintien de l’ordre.

Lors des évènements de février-mars derniers, les populations avaient dénoncé avec véhémence le recrutement de gros bras et autres nervis par le régime pour mater les manifestants. Certains responsables du régime avaient botté en touche, en soutenant qu’ils s’agissaient de membres des forces de défense et de sécurité (FDS) en civil. La tournée économique du chef de l’État Macky Sall dans le Nord, depuis quelques jours, montre le contraire. Elle vient mettre à nu de ‘’dangereuses’’ pratiques qui commencent à indisposer les forces de défense et de sécurité régaliennes.

En effet, soulignent des sources, le recours aux gros bras et aux nervis est devenu systématique, partout où il y a des velléités de contre-manifestations. Pire, renseignent nos interlocuteurs, ces nervis ou milices privées se déplacent avec les moyens de l’Etat, achetés avec l’argent du contribuable.

C’est le cas à Saint-Louis où ils sont une centaine, éparpillés dans deux 8×8 et un bus de la présidence de la République. Ils marchent sur les plates-bandes des forces de l’ordre qui essayent d’assurer le service d’ordre. De ce fait, des problèmes et des altercations qui pourraient, à l’avenir, avoir de graves conséquences, ont été notés, lors du passage du président Macky Sall, à Saint-Louis ce 12 juin.

Selon nos interlocuteurs, ces gros bras étaient parfois aussi nombreux que les policiers. Une source relève qu’il était, tout d’abord, difficile de les distinguer des éléments de la Brigade d’intervention polyvalente (Bip) et ceux du Groupement d’intervention de la gendarmerie nationale (GIGN), car ils avaient presque le même accoutrement, en plus d’être à bord des pick-up de la présidence.

‘’Certains de ces nervis possèdent effectivement des pistolets, sans autorisation de port d’arme’’

Ainsi, souligne-t-on, beaucoup d’incidents ont été relevés, ce 12 juin. Le premier a eu lieu avec le commandant de la compagnie de gendarmerie de Saint-Louis, à hauteur de la Maison de l’île. Le capitaine, dit-on, qui n’en pouvait plus, est descendu de son véhicule pour les sermonner. Le commissaire central de Saint-Louis, de son côté, a dû aussi hausser le ton pour se faire entendre, à cause des violences, menaces et exactions sur les populations.

Les nervis avaient, sur l’avenue Général De Gaulle, bloqué, avec leurs gros véhicules, la circulation, alors que c’est par-là que le président de la République devait repartir et qu’il fallait mettre de l’ordre. ‘’Les échanges entre eux et le commissaire central de Saint-Louis étaient vifs et tendus. Ils ont fini par libérer la voie, en avançant leurs voitures. Mais plus loin vers le commissariat central, un nouvel incident les a opposés à des policiers disposés dans le jalonnement. Les gros bras voulaient intégrer le dispositif, ce à quoi se sont farouchement opposés les policiers’’, explique notre interlocuteur.

Plus tard, une dame a expliqué, dans une radio locale, avoir été malmenée par ces gros bras, parce qu’elle détenait un brassard rouge. Pire, elle a confié que certains détenaient des pistolets.

Des propos corroborés par d’autres sources qui renseignent : ‘’Certains de ces nervis possèdent, effectivement, des pistolets et sans autorisation de port d’arme. Ce qui est extrêmement dangereux et pourrait être à l’origine de ce que nous appelons communément une bavure policière. Ces cas de violence vont gratuitement être exercés sur des citoyens, simplement parce qu’ils ont exprimé leur sentiment. A Pikine, et plus précisément au niveau de l’angle Tall, des personnes ont été malmenées, parce qu’elles scandaient le nom d’Ousmane Sonko. D’autres ont été frappées, parce qu’ils ont brandi des brassards rouges.’’

ACTUALITÉ INTERNATIONALE

6- Côte d’Ivoire : Gbagbo de retour au pays après dix ans d’absence

Définitivement acquitté par la Cour pénale internationale le 31 mars dernier, l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo rentre à Abidjan ce jeudi 17 juin, après dix années d’absence. Quel rôle compte-t-il jouer ? Quelles implications son retour aura-t-il sur la scène politique ?

Le retour au pays de l’ancien président s’accompagne de messages sur les réseaux sociaux, venant de nostalgiques rêvant à haute voix d’une candidature Gbagbo à la présidentielle de 2025. Au-delà de la possibilité juridique de se présenter, liée à sa situation pénale, ses proches se gardent bien d’employer en public le vocabulaire de la revanche, préférant celui de la réconciliation. « La Côte d’Ivoire va enfin respirer avec ses deux poumons, relativement à la réconciliation »,a récemment déclaré l’un d’eux à la presse locale. Impossible, en effet, d’apparaître comme celui qui irait contre la réconciliation au profit de ses ambitions personnelles.

7-Colombie : 36 blessés dans une attaque à la voiture piégée contre une base militaire

Un attentat à la voiture piégée a fait 36 blessés mardi dans une base militaire de la ville de Cucuta, dans le nord-est de la Colombie, selon le gouvernement qui a attribué cette attaque à la guérilla de l’ELN.

8-Arabie saoudite : Mustafa al-Darwish, chiite de 26 ans, a été exécuté

Mustafa al-Darwish a été mis à mort à Dammam, dans l’est du pays. Il avait été arrêté en mai 2015 pour participation présumée à des manifestations lors des soulèvements du Printemps arabe entre 2011 et 2012, ont relevé plusieurs ONG dont Amnesty International, qui a souligné qu’il n’avait à l’époque que 17 ou 18 ans. Il était accusé d’avoir lancé une «révolte armée» contre les dirigeants saoudiens.

ACTUALITÉ SPORTIVE

9-La Sierra Leone de retour à la Can après 25 ans d’absence

L’équipe de la Sierra Leone a battu, ce mardi, celle du Bénin, 1-0, s’ouvrant ainsi les portes de la CAN, 25 ans après sa dernière participation à une phase finale de la compétition continentale.

L’équipe sierra-léonaise est la 24-ème nation à valider son ticket pour cette CAN 2021 reportée en janvier prochain à cause de la pandémie du coronavirus.

Initialement prévue lundi, la rencontre a été reportée parce que la partie sierra-léonaise avait remis en cause les tests qui s’étaient révélés négatifs pour les deux sélections africaines.

Alors que les deux équipes étaient dans la dernière phase de leur échauffement, la délégation sierra-léonaise a annoncé lundi que les tests de six de ses joueurs étaient finalement revenus positifs’’ au Covid-19.

Le report du match a par la suite été acté après moult conciliabules.

Il s’agissait de la deuxième fois que cette rencontre décisive fasse l’objet d’un report. Il devait dans un premier temps se tenir le 30 mars dernier comme la plupart des rencontres programmées pour la 6-ème journée des éliminatoires de la CAN 2021.

Il n’avait pas pu se jouer en raison d’un refus des joueurs du Bénin qui protestaient contre les résultats des tests Covid-19 effectués par la partie sierra-léonaise.

Cinq joueurs béninois avaient ainsi été déclarés positifs.

Ces joueurs considérés comme les piliers de l’équipe avaient pourtant présenté des tests négatifs à leur arrivée à Freetown 24 heures avant la rencontre.

Rentrés chez eux, les mêmes joueurs avaient été testés négatifs comme à leur retour au sein de leurs clubs.

Les deux parties, la Sierra Leone et le Bénin, avaient interjeté appel de la décision de la Confédération africaine de football (CAF) de faire rejouer la rencontre.

Au finish, après le jury d’appel de la CAF, le Tribunal arbitral du sport (TAS) saisi par la partie béninoise, a confirmé la décision de l’instance dirigeante du football africain de faire rejouer la rencontre.

Les Ecureuils qui avaient besoin que d’un nul pour se qualifier n’ont pas réussi à le faire.

La Sierra Leone n’a pris part à aucune phase finale de Coupe d’Afrique des nations depuis 1996 en Afrique du Sud.

10- Handball / Can féminine : les Lionnes éliminées en quart de finale

L’équipe nationale féminine de handball a été éliminée en quart de finale du Championnat d’Afrique de la discipline par celle du Congo 20 à 21, ce mardi à Yaoundé (Cameroun).

A la fin de la première période, l’équipe du Sénégal était
menée par 6 à 11.

Khadim Diakhate

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.