fbpx

BREXIT : l’historique, le processus et les accords agricoles

BREXIT : l’historique, le processus et les accords agricoles

Le Royaume-Uni a signé l’accord de libre-échange conclu avec l’Union européenne qui doit entrer en vigueur ce 31 décembre à minuit. Il s’agit d’un document de 1246 pages qui définissent la nature des relations entre les deux marchés à partir du 1er janvier, jusque dans les plus infimes détails. Le document comprend notamment la répartition des droits de pêche, sujet qui s’est avéré le plus épineux des négociations, comme les échanges des biens et des services.


L’historique et le processus du BREXIT.

Le Royaume-Uni était entré en 1973 dans le marché commun avant d’être confirmé par le référendum de 1975. Le processus de sortie de la Grande-Bretagne de l’union européenne a duré 3 ans et demi et a connu 2 démissions de 2 premiers ministres.
La dénonciation des traités d’union européenne a déjà été repoussée à 4 reprises avant d’être décidée à 51,9% par le référendum du 23 juin 2016.

Le 24 mai 2019, Theresa May remplace David Cameron après sa démission suite au référendum. Cette dernière propose un accord de retrait négocié rejeté 3 fois par les députés de la chambre des communes.
Après la démission de Theresa May, le Parlement britannique fixe les élections anticipées le 12 decembre 2019 suite au nouveau report du Brexit qui opposait le candidat des travaillistes Jeremy Corbyn et Boris Johnson. Le parti conservateur travailliste remporte les élections et Boris Johnson est élu Premier ministre de la Grande-Bretagne.

Le Royaume-Uni n’aura plus droit à avoir des députés au Parlement européen ; et si le l’UK n’arrive pas à trouver un accord lui permettant de rester dans l’espace shenghen il est improbable que la libre circulation des personnes et des biens ne soient pas un obstacle.
Même si le nord de l’Angleterre et les pays de Galles ont voté contre Londres, l’Écosse et l’Irlande du Nord voulaient rester.

La première ministre écossaise Nicola Sturgeon ne voulait pas une sortie de l’UE, entrouvert ainsi la porte à un référendum d’autodétermination pour l’accès à l’indépendance.
Même chose pour l’Irlande du Nord avec le Sinn Finn qui prône pour une unification des deux Irlande.

Les filières agricoles

Si l’Union Européenne a une politique de commerce international assez libérale, il reste un certain nombre de restrictions, en particulier en ce qui concerne les produits fermiers, suite à la mise en place de la PAC (politique agricole commune) : l’application de compensations sur l’importation et l’exportation de produits agricoles, qui a pour but de favoriser le développement de l’agriculture au sein de l’UE et implique un certain nombre de contrôles et de systèmes de réglementation pour les biens qui entrent sur le territoire de l’Union européenne.


« Il est difficile de se préparer quand on ne sait pas où on va. » Disait Berenger Guyonnet, ingénieur agronome chez Sodiaal, première coopérative laitière française, le secteur agroalimentaire français est dans le flou à l’approche du Brexit.

Khadim Diakhate

Laisser un commentaire