fbpx

L’opinon d’un enseignant sénégalais sur la question de l’introduction de l’éducation sexuelle

L’opinon d’un enseignant sénégalais sur la question de l’introduction de l’éducation sexuelle

Une réforme contraire aux finalités de l’École sénégalaise !!
Le guide technique sur l’Éducation complète à la sexualité publié par l’UNESCO révèle des contradictions flagrantes par rapport aux finalités de l’école sénégalaise exposées dans la loi d’orientation 91-22 du 16/02/1991.
Cette présente loi ne fait nullement référence au mot « genre ». Elle ne laisse place non plus à aucune discrimination fondée sur le sexe. D’ailleurs, elle précise dans son article premier « L’École Nationale tend à promouvoir les valeurs dans lesquelles la Nation se reconnaît, à savoir : elle est l’éducation pour la liberté, la démocratie pluraliste et le respect des droits de l’homme. Développant le sens moral et civique de ceux qu’elle forme, elle vise en à faire des hommes et des femmes dévoués aux biens communs, respectueux des lois et des règles de la vie sociale et œuvrant à les améliorer dans le sens de la justice, de l’équité et du respect mutuel ».
Cette initiative de l’UNESCO sur l’ECS est ainsi en porte-à-faux avec notre loi d’orientation qui est le document de référence sur les finalités de l’École sénégalaise. Au nom du respect de la déontologie et de nos valeurs culturelles qui ne laissent apparaître aucune discrimination, nous enseignants, devront rester plus que jamais dans les limites du respect de ces principes.
Aux syndicats dites à l’UNESCO que « L’école sénégalaise est démocratique et vise à donner à tous des chances égales de réussite… Elle entend offrir à chaque citoyen l’instruction et la formation qui correspond à ses aptitudes sans distinction d’origine sociale de races, d’ethnie, de religion ou de nationalité ».
Aux syndicats dites bien à l’UNESCO que « L’École nationale est sénégalaise et africaine, elle vise à mettre les enseignés en contact avec leur culture et les enraciner dans leur histoire. Elle forme un Sénégalais conscient de son appartenance et de son identité ».
Nous avons rendez vous avec l’histoire !! Soyons les premiers rampants pour la sauvegarde de nos valeurs culturelles !!!


MODOU SALL  PROFESSEUR EN HISTOIRE ET GEOGRAPHIE A KEBEMER (SENEGAL).

Khadim Diakhate

Laisser un commentaire