fbpx

BREXIT : Quelles conséquences économiques pour la Grande-Bretagne ?

BREXIT : Quelles conséquences économiques pour la Grande-Bretagne ?

Après trois ans et demi de négociation le Royaume Uni a officiellement quitté l’UE le Vendredi 31 Janvier 2020 à 23 heures précise heures de Londres. Une foule immense célébrait cette « victoire » devant le Westminster (le parlement britannique). Le gouvernement de Boris Johnson affirme de ne plus suivre les standards de l’union européenne. Quelles sont les conséquences politiques si la Grande bretagne n’arrive pas à trouver un accord lui permettant de rester dans l’espace Schengen ? il est improbable que la libre circulation des personnes et des biens ne soient pas un obstacle si les accords techniques ne seront pas négociés entre l’UK et l’Union européenne.

Le président de la BCE Mario Draghi va certainement annoncer le maintien en l’état de la politique de l’institution.
Après la victoire du Brexit lors du référendum britannique et alors que ses conséquences économiques sont encore floues, la BCE devrait comme l’a fait la Bank of England le 14 juillet maintenir son principal taux directeur à 0,50 %.

Tout commentaire du président de la BCE, Mario Draghi, concernant l’état de santé du secteur bancaire européen sera du reste scruté à la loupe, alors que la fragilité des banques italiennes inquiète depuis plusieurs mois.
Rome tente de trouver une solution pour aider ses banques sans que son intervention ne soit considérée par Bruxelles comme une aide d’État faissant la concurrence et sans que les épargnants, et si possibles les petits actionnaires, ne soient lésés.…
Éclaté avec plus de 700 établissements, le système bancaire italien est fragilisé par des problèmes de capitalisation et plie sous le poids de 360 milliards d’euros de créances douteuses. En six mois, l’indice boursier des banques italiennes a cédé 55 %.

Quant aux expatriés au Royaume-Uni et aux Britanniques sur le continent, ces derniers devront prendre soit un permis de séjour ou une carte de résidence et un permis de travail.

« Pas la fin, mais le début d’une nouvelle page d’histoire britannique. »
« Quels que soient les problèmes, nous allons réussir. »
Telles sont les premières réactions de Boris Johnson à quelques heures de l’officialisation de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. Il sait qu’il a la lourde tâche d’assumer l’après-Brexit, car c’est lui qui a réussi à faire sortir le Royaume-Uni dans cette union après les démissions des deux premiers ministres qui l’ont précédée.

La Grande-Bretagne, le chaudron des débats économiques.




Le pays continuera d’appliquer les règles commerciales de l’UE jusqu’au 31 décembre 2020, date à laquelle se termine la période de transition pour la négociation d’éventuels nouveaux accords entre le Royaume-Uni et l’UE.
Les règles actuelles concernant les réglementations et procédures douanières, les réglementations tarifaires et la fiscalité des échanges transfrontaliers entre le Royaume-Uni et l’UE continueront donc de s’appliquer pendant la période de transition et de nouvelles règles est entré en vigueur depuis le 1er janvier 2021.

La bourse de Londres, connaîtra-t-elle une baisse suite à la rupture avec l’Europe de la Grande-Bretagne ? 

Après le rejet par les Communes d’un texte convoquant des législatives le 12 décembre, le dirigeant conservateur a aussitôt annoncé préparer un nouveau vote sur l’organisation d’élections. Il espère que celles-ci lui donneront la majorité qui lui permettrait enfin de remplir sa promesse de mettre en œuvre le Brexit, trois ans et demi après le référendum de 2016.
La livre, baromètre du sentiment des marchés britanniques sur le Brexit, reculait de 0,23 % à 1,2833 dollars et se maintenait la quasi-inchangée face à la devise européenne à 86,36 pence pour un euro.
Le géant pétrolier britannique est tombé dans le négatif au 3e trimestre en raison d’une lourde charge exceptionnelle liée à des cessions d’actifs et d’une chute de ses recettes de production d’hydrocarbures, même si sa performance sous-jacente, hors exceptionne a dépassé les attentes.

Selon CNews, la panne de croissance que devrait enregistrer la Grande-Bretagne aura évidemment des conséquences sur l’emploi.

En 2017, le FMI avait évalué un taux de chômage anticipé à 53 % contre 5 % en 2020 et 65 % d’ici 2 ans.

A en croire le cabinet PWC le Brexit connaîtrait une perte d’activité estimée à 129 Milliards d’euro ce qui est l’equivalent de 950 000 emplois en moins d’ici 2020.
Les entreprises étrangères surtout européen vont investir de moins en moins au Royaume-Uni.
Les entrepreneurs britanniques ont confiance dans le devenir économique de la Grande-Bretagne.
Certes, le coût de la main d’œuvre au Royaume-Uni a récemment augmenté à cause du manque d’employés peu qualifiés venus d’Europe.

En opposition à Paris, Londres restera le hub du business et de la finance. Pour le numérique et les start-ups, Londres a pris des longueurs d’avance sur l’Union européenne.
Par conséquent, le chômage affiche un taux au plus bas depuis 43 ans soit un taux de chômage à 4 % (juillet 2018).
Les droits de douanes supplémentaires à payer pourraient augmenter pour les entreprises britanniques.

Tous ces phénomènes peuvent affecter sur l’économie britannique en provoquant un relèvement des barrières douanières le pays sera moins attirant pour les investisseurs le taux de chômage pourrait augmenter, et même des secteurs comme le tourisme peuvent être affectés.

Khadim Diakhate

Laisser un commentaire