fbpx

La revue de presse du mercredi 05 mai 2021 (Mediaactu)

La revue de presse du mercredi 05 mai 2021 (Mediaactu)

Dakar, 05 mai 2021 (Mediaactu) – à la une de l’actualité nationale rapport d’audit du fichier électoral, affaire Ndingler : une bataille entre les villageois et les agents de Babacar Ngom. Gestion des infrastructures sportives Matar Bâ et Augustin Senghor pointés du doigt. Manchester City élimine le PSG et va disputer sa première finale de son histoire en Ligue des champions… Entre autres articles sont évoqués dans les colonnes des journaux reçus à Mediaactu ce mercredi.

À la une du quotidien Tribune, de grandes incohérences décelées dans le fichier électoral.

Le journal de révéler que le bras de fer entre pouvoir et opposition continue autour du fichier et la date des locales.

« Plus de 900 mille personnes se sont inscrites avec des extraits de naissance« .

Fiabilité du fichier électoral « audité » pour la tenue de scrutins : la société civile divisée, titre le journal Sud Quotidien. Le journal a fait des regards croisés dans sa livraison du jour avec Youssou Daou, expert électoral et membre du Grade, membre de la commission de suivi du dialogue politique, et Djibril Nguingue, expert électoral et membre du Pacte.

Le front de résistance nationale de prononce, titre le quotidien la dépêche Républicaine.

Le bras de fer entre le pouvoir et l’opposition sur, entre autres points, l’audit du fichier, et la date des élections se poursuit. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’opposition regroupée autour du front résistance nationale (Frn), qui a boycotté les travaux de la commission politique du dialogue national n’entend pas lâcher du lest si l’on croit le journal.

À la une du quotidien le Mandat, les violences à Diohine, et les manifestations contre Sedima à Ndingler…Les populations de Diohine ont finalement obtenu gain de cause.

Depuis quelque temps, les populations de Diohine réclamaient le départ du guide religieux Serigne Bara Sène, qui selon ces derniers avait installé un climat de tension entre les communautés musulmane et celle chrétienne.

Le père du jeune marabout, Serigne Cheikh Ndigeul Sène, a décidé de faire quitter son fils la localité de Diohine. Telle est la très sage décision prise par son père, Serigne Cheikh Ndigal Sène, qui l’a fait savoir hier, lors d’un point de presse à Ndiambour Sine.

En effet, il lui a demandé de laisser toutes les constructions qu’il a faites dans ce village estimées à 100 millions Fcfa.« C’est la 5e et la dernière fois que je vais parler de ce problème pour dire que je ne demande à personne de se bagarrer ou de se quereller. Tout ce que je cherche, c’est la paix. C’est pourquoi j’ai décidé de laisser aux populations de Diohine toutes les constructions que mon fils a eues à faire dans ce village et qui valent au moins 100 millions de francs. Je ne parle même pas de Serigne Bara, mais si cela ne dépendait que de moi, aucun autre de mes fils ne mettrait plus les pieds à Diohine jusqu’à la fin du monde. Les Diohinois peuvent démolir ou même brûler ces bâtiments s’ils le désirent », a fait savoir Serigne Cheikh Ndigal Sène. Qui, voulant montrer qu’il a définitivement tourné cette page, a laissé entendre que même si par hasard, il devrait un jour passer par Diohine, il allait fermer ses yeux jusqu’à sortir du village. Se mettant dans la posture d’un apôtre de la paix, le marabout a dit également accorder son pardon à tout le monde et ne souhaiterait, ni lui ni son fils, être mêlé à une quelconque action judiciaire qui pourrait découler des malheureux événements qui se sont dernièrement produits à Diohine.« Si Cheikh Ahmadou Bamba a pu pardonner à ceux qui l’ont exilé pendant 7 ans à plus forte raison moi qui n’ai été arrêté par personne. Ici, à Ndiambour, j’ai été plusieurs fois calomnié, mais je n’ai jamais répondu à la provocation et finalement, les auteurs de ces calomnies sont devenus mes disciples », a-t-il souligné avec humilité. Avant de préciser qu’il n’a aucun problème avec les chrétiens, bien au contraire. La preuve, indique-t-il, de nombreuses autorités de confession chrétienne lui ont apporté du « sucre » au début de ce mois de Ramadan.Sans compter le fait qu’il ait donné le prénom du prophète Insa à un de ses fils et celui de sa mère, Mariama, à une de ses filles. « Un bon musulman ne peut pas haïr un chrétien puisque l’histoire nous a appris que lorsque les musulmans avaient été persécutés en Arabie, le Prophète Mouhamed (Psl) leur avait recommandé de se rendre en Ethiopie auprès du roi chrétien Nadiassiou qui leur avait donné l’hospitalité », a rappelé le guide religieux.Le journal de rebondir sur l’affaire Ndingler.

Des affrontements ont éclaté entre les agents déployés au sein de l’exploitation agricole appartenant à Babacar Ngom, patron de la Sedima et les jeunes paysans du village de Ndingler. Ces affrontements ont occasionné cinq blessés dont 2 grièvement touchés.Le préfet de Mbour suspend tout… Informe le quotidien Vox Populi.

Pour éviter que le conflit foncier ne dégénère…Mor Talla Tine évoque des « risques réels de troubles à l’ordre public liés à des menaces d’affrontements entre habitants de Ndingler et travailleur de Sedima.

De conflit entre villageois et Sedima, la violence oppose désormais villageois de Ndingler et leurs voisins de Djilakh.

Des agents de Babacar Ngom ont débarqué sur les lieux pour confisquer le matériel des jeunes paysans qui ne se sont pas laissé faire.

« Le jeune Ibrahima Sene a reçu des coups de barre de fer sur la tête. Il a été même évacué. On nous a encore proposé de l’argent, mais nous n’en voulons pas. Nous ne voulons l’argent de personnes, tout ce qu’on veut, ce sont nos terres, assène le chef de village de Ndingler Ablaye Dione.

Gestion des infrastructures sportives : Matar Bâ et Me Augustin Senghor éclaboussés, renseigne le Témoin quotidien.

Le journal est revenu sur les révélations ténébreuses de la fédération.

Le report du premier tour des éliminatoires de la coupe du monde 2022 de juin à septembre donne un mince espoir au Sénégal. 1er au classement FIFA et dernier en matière d’infrastructures sportives.

À la une des quotidiens sportifs Paris dit adieux à son rêve européen.

Les Parisiens ont perdu hier face aux Anglais de Manchester City (2 – 0) en demi-finale retour de la ligue des Champions.Après avoir perdu la manche allée à domicile (1 – 2), les hommes de Pochettino s’inclinent encore face aux Citizens.

À la une du quotidien Record, Mendy et les Blues aux portes de la finale.

City trop fort pour Paris, précise le quotidien Stades.Bonne lecture.

Khadim Diakhate

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.