fbpx

Émeutes du mois de mars : le M2D réclame un procès « rapide, diligent, impartial et honnête » dans l’affaire Sonko

Émeutes du mois de mars : le M2D réclame un procès « rapide, diligent, impartial et honnête » dans l’affaire Sonko

Le Mouvement de défense de la démocratie (M2D) a présenté, ce mercredi 26 mai, un mémorandum sur les violentes manifestations du mois de mars dernier. Cette coalition de partis politiques et d’associations de la société civile soutient Ousmane Sonko, le leader du parti Pastef accusé de viol présumé par une employée d’un salon de massage en février dernier. Cette affaire avait entraîné des émeutes qui ont fait 13 morts. Après le gouvernement le mois dernier, le M2D est à son tour revenu sur sa version de faits.

C’est un document de 55 pages, annexes comprises. Dans ce mémorandum, le M2D dit vouloir « rétablir la vérité » et « restituer les faits » selon la journaliste de la RFI, Charlotte Idrac. Après plusieurs jours d’émeutes sanglantes, le mouvement avait suspendu ses appels à manifester, après une médiation du khalife général des Mourides. Mais il estime aujourd’hui que ses revendications n’ont pas été satisfaites.

« Depuis lors, le président Macky Sall n’a pas daigné respecter ses engagements. Nous avons fait notre part du contrat. Le khalife, nous en avons la certitude, lui a dit tout ce que nous demandions. Une fois encore, il n’a pas tenu sa promesse. En ce moment, il y a encore des jeunes Sénégalais en prison », déclare Cheikh Tidiane Dièye. Le coordonnateur du M2D ajoute : « Nous manifesterons quand il le faudra. »

Le M2D réclame un procès « rapide, diligent, impartial et honnête » dans l’affaire Sonko

Ousmane Sonko, présent dans la salle, ne s’est pas exprimé. L’opposant est libre, mais sous contrôle judiciaire. Le Mouvement de défense de la démocratie réclame un procès dans les meilleurs délais. « Le M2D exige que l’affaire Ousmane Sonko fasse l’objet d’un traitement judiciaire rapide, diligent, impartial et honnête. On verra tout de suite que tout ceci n’était qu’un tissu de montages », clame Cheikh Tidiane Dièye.

Le gouvernement avait annoncé, le 8 avril dernier, une « commission d’enquête indépendante » sur les manifestations de mars. « Depuis, aucun acte n’a été posé, nous n’avons pas été approchés et nous n’y croyons pas », conclut le coordonnateur du M2D.

Khadim Diakhate

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.