fbpx

OPINION | Au nom de quelle République ?

OPINION | Au nom de quelle République ?

Les récents événements avec des précédents certes, qui ont cristallisé une vague de réactions les unes aussi contradictoires que les autres au sein de la population poussent à s’interroger de nouveau sur la « République du Sénégal ». 


Les uns sont catégoriques, la foi est au début et à la fin de tout quitte à « bafouer » certaines règles de l’Etat de droit. Celle-ci (la foi) détermine leur existence, les propulse au-devant de la société. Ils doivent leur réussite grâce à leur dévouement religieux, disons confrérique. Tandis que les autres soutiennent que la république est la chose publique, l’intérêt général, la communauté d’esprit. Par conséquent aucun acte d’ordre sectaire visant à saper les règles de la société ne saurait être toléré dans une république. 


Mais justement, au nom de quelle république ?
Une république indivisible garantissant une application uniforme du droit sur l’ensemble du territoire national ?
Une république laïque impliquant la séparation des religions et de l’Etat ? 
Une république à caractère démocratique qui implique le respect des libertés fondamentales ?
Une république à caractère social résultant de l’affirmation du principe d’égalité ?
Bref, cette République française, importée dans notre propre société, reconnaissons-le. 


Le Sénégal est l’un des rares pays où notre vie quotidienne basée sur nos valeurs religieuses et culturelles ne reflète en aucune manière nos textes. Ce qui est une catastrophe !
Une nation s’identifie d’abord et avant tout à ce qui lui est propre, pour ne pas citer Senghor qui disait « Enracinement puis ouverture ». Les conséquences de la non-appropriation des valeurs nobles qui ont jadis fondé la société sénégalaise sont vécues de maniéré récurrente. Nous sommes en perte de repères. Et pourtant, ces derniers sont là palpables, sous nos pieds. 


Je ne puis m’empêcher d’exprimer mon amertume face au récital de notre hymne national. Lequel hymne d’ailleurs pour le comprendre exige un spécialiste de la langue du colon pour certains citoyens instruits pourtant. Lequel hymne qu’on récite et qui ne te fait ressentir aucune émotion, tu es ni triste, ni content, ni excité, ni valorisé. 
Un hymne doit parler au citoyen, le valoriser, lui donner de la force, de la détermination. 

La preuve, durant les compétitions internationales de sport, certains athlètes ne manquent jamais de perler des larmes. 
Force est de constater que certains intellectuels africains nous perdent davantage en voulant nous immerger dans des théories, pensées pour une société bien définie pour régler des problèmes qui ne sont pas les nôtres. Ainsi, faisant, on pose plus de problèmes qu’on ne veuille en résoudre.
Avec évidence, on ne peut s’empêcher de copier ailleurs, mais il faut contextualiser selon nos valeurs. 

Nous sommes un peuple de croyants (musulmans, catholiques, animistes), il est temps de bâtir un environnement dans lequel chaque citoyen quelle que soit sa foi ne se sentira ni heurté ni marginalisé ni stigmatisé. Le respect entre concitoyens est primordial pour maintenir et pérenniser la stabilité de notre cher pays, enviée dans la sous-région. 


Cet environnement, il est possible de le construire avec un peu de volonté. Car nous ne manquons pas de ressources humaines. Le Sénégal a la chance d’abriter de valeureux hommes et femmes talentueux et qui monnaient leur expertise partout dans le monde.

Vivement, qu’arrive le changement !

M. MOHAMED GUEYE

Syllabus

Laisser un commentaire