fbpx

Équipe nationale du Sénégal : Sofiane Diop, la pièce qui manque du puzzle ?

Équipe nationale du Sénégal : Sofiane Diop, la pièce qui manque du puzzle ?

Il est la grande révélation du moment au côté du Rocher. Né d’un père sénégalais et d’une mère marocaine, Sofiane Diop a vite été considéré comme un futur crack dans son club formateur, le Stade Rennais. Néanmoins, arrivé au moment crucial de sa jeune carrière en 2019, à 18 ans, le natif de Tours décide d’opérer un choix important en signant son premier contrat professionnel à l’AS Monaco. Désireux de poursuivre sa progression dans un club qui fait évoluer les jeunes talents, Sofiane peine à pointer son bout du nez.

Pourtant, ce n’est pas faute d’avoir du temps de jeu, comme on pouvait le penser, parce qu’à l’époque, Thierry Henry lui faisait totalement confiance en laissant par exemple un Keita Baldé sur le banc. Mais, dans une équipe qui enchaîne les contre-performances et qui empile les stars, le franco-sénégalo-marocain voit vite sa progression être écourtée avec le limogeage du champion du monde 98. Alors, le jeune de 19 ans à l’époque, décide de prendre la poudre d’escampette en prêt de 6 mois à Sochaux-Montbéliard d’un certain à l’hiver 2020… Omar Daf. Le Tourangeau compte alors se relancer à côté de son compatriote. Dans une équipe aux performances en dents de scie, Sofiane flaire les bons coups et enchaînent les matchs.
La confiance se retrouve au compte-gouttes.

À l’été 2021, il revient au Rocher et trouve un coach dès l’entame de la nouvelle saison. Il enchaîne les matchs et les bonnes performances. Entre passes décisives et buts importants dans les grands match notamment, le petit d’1m75, rappelant un certain Valbuena (notamment grâce à sa conduite de balle), se planque sur le onze de départ de Nico Kovac pour ne jamais y sortir.

« Les vacances au Sénégal m’ont beaucoup aidé dans ma vie en pro

Régulièrement sélectionné dans les équipes de jeunes de l’Équipe de France, Sofiane Diop n’a pas encore décidé de son avenir international. Il est éligible pour trois pays : la France (son pays de naissance), le Sénégal (pays de son père) et le Maroc (pays de sa mère). Nul doute que ces trois fédérations remuent ciel et terre pour rafler la mise, surtout les deux sélections africaines, compte-tenu de la concurrence au niveau de sa poste. Dans ce jeu à trois chaises, le Sénégal a un petit avantage qui est loin d’être négligeable, car le milieu offensif connaît le pays de la Téranga sur le bout des doigts pour y avoir passé ses vacances dès son ado.

« Non, aucun problème. Mon père est d’origine sénégalaise et ma mère marocaine. La famille de ma mère vit en France. Donc je les voyais quasiment tous les week-ends contrairement à la famille de mon père qui se trouve au Sénégal. Du coup, mon père m’envoyait souvent seul au Sénégal pendant les vacances d’été car il travaillait. Ça m’a aidé. Du coup, j’avais forcément plus de facilité à m’éloigner d’eux.» Cela, suffit-il à la Fédération et au DTN pour crier victoire sur ce dossier ? Sûrement pas. Ces derniers ont du pain sur la planche quand on connaît le difficile des dossiers des binationaux, mais avec le spectre d’une sélection en Espoirs pour l’Euro de la catégorie qui plane sur son quotidien.

Sofiane, un profil rare qui manque tant à Aliou Cissé depuis des années ?

Petit gabarit avec un centre de gravité très bas, le jeune joueur très polyvalent (il peut jouer milieu gauche, droit, ou axial.) est un profil très intéressant dans le football moderne. Très à l’aise balle au pied, il dégage de l’élégance dans son jeu. Une finesse technique qui donne du tournis aux défenses adverses. Il a le gros volume de jeu qui lui permet de répéter les efforts notamment défensifs d’où il peut encore progresser. Ses passes qui cassent les lignes et sa capacité à se sortir des situations difficiles grâce à son aisance technique et athlétique.

Ce profil de détonateur constitue le manque criard que connaît les Sénégalais depuis des années surtout dans les grands matchs où les détails décident des sorts du match. Aliou Cissé, par exemple, a beaucoup essayé dans ce poste avec Pape Kouli Diop, Badou Ndiaye, Henry Saivet, Santy Ngom, et même Krépin Diatta (un excentré de formation pourtant) toujours pas de satisfaction dans ce secteur. Dire combien ce poste constitue un énorme chantier pour la Tanière.

À l’hiver de cette année, Diop a fait l’objet de nombreuses convoitises notamment du côté de l’Allemagne avec un Borussia Dortmund désireux de miser sur lui en cas de départ de leur international anglais Jadson Sancho. Cela montre que les performances du joueur de 20 ans ne passent pas inaperçues et attise le regard des plus grands clubs européens. Une chose est sûre, on va tout droit vers un feuilleton qui risque d’être entendu parler le long de la saison, et pour son avenir en club, et pour sa future carrière internationale.

Mbaye SARR.

Mbaye KANE

Laisser un commentaire