fbpx

Turquie : des Ouïghours expriment leur crainte d’être expédié en Chine

Turquie : des Ouïghours expriment leur crainte d’être expédié en Chine

La communauté Ouïghoure installée en Turquie n’est pas rassurée par la loi d’extradition entrée récemment en vigueur entre la Turquie et la Chine. Le ministre turc des Affaires étrangères a voulu calmer les réfugiés Ouïghours ce 30 décembre 2020 en assurant qu’il n’était pas question de les renvoyer en Chine, mais que seuls des « terroristes » seront expédiés.

Plus de 50.000 Ouïghours se sont installés en Turquie pour fuir une persécution sévère en Chine, dans des prisons et des camps de travaux forcés. Bien que l’accord ne soit pas encore signé par le Parlement turc, les Ouïghours installés dans le pays se sentent menacés.

Le consulat chinois sis à Istanbul est envahi quotidiennement par des Ouïghours qui réclament des nouvelles de leurs proches au gouvernement chinois qu’il accuse d’être à l’origine de leurs disparitions.

« Je n’ai plus de nouvelles de mon père depuis mai 2017. J’ai appris qu’il avait été emprisonné. Puis, l’année dernière, il a été envoyé en camp de travaux forcés… » , révèle Semsiye, une étudiante infirmière de 21 ans.

Après la ratification du traité, des voix parmi la communauté Ouïghours se sont levés pour dénoncer  « une formulation du traité assez brumeuse » qui permettra au gouvernement chinois « de s’en prendre aux activistes ».

Khadim Diakhate

Laisser un commentaire