fbpx

Grève des universités publiques : après Cheikh Anta Diop, Gaston Berger entre dans la danse

Grève des universités publiques : après Cheikh Anta Diop, Gaston Berger entre dans la danse

Les Universités Alioune Diop de Bambey, Cheikh Anta Diop de Dakar et Gaston Berger de Saint-Louis sont en ébullition. Les étudiants et forces de l’ordre s’affrontent violemment depuis quelques jours. Une situation délicate qui risque d’engendrer d’autres conséquences au niveau des autres établissements d’enseignement supérieur du pays et de plonger ce secteur dans de graves perturbations.

Le lundi passé, vers les coups de 4 heures du matin. Aux lueurs de l’aube, les forces de l’ordre sont entrés dans l’université Alioune Diop de Bambey.
L’intrusion de plus de 300 hommes armés sur demande du recteur de Bambey, dans ce lieu généralement préservé des affrontements, a mis le feu aux poudres.

Vers 09 heures, les étudiants, qui ne pouvaient plus supporter la présence des policiers dans ce qu’ils considèrent comme leur territoire, ont voulu les en faire sortir. Ce, bien que ces bérets rouges aient été requis par le recteur pour parer à tout sabotage des examens qui devaient débuter ce lundi.

Malgré tout ces efforts, la tension est montée très rapidement pour susciter à des échauffourées entre étudiants et policiers.

Une bataille sans merci au cours de laquelle les blessés ainsi que les dégâts ont été nombreux. Et pis, le drapeau national a été « brûlé », un étudiant a reçu une grenade lacrymogène au niveau de la jambe, un autre, retrouvé dans une maison où il se cachait, a été bien bastonné selon les témoins. Il aurait même été blessé à la main. Au même moment, d’autres étudiants ont été arrêtés à l’intérieur d’une autre maison au cours de ce qui apparaissait comme une chasse à l’homme.

Des vidéos et de images des affrontements entre policiers et étudiants ont fait le tour des réseaux sociaux.

Au niveau l’Ucad certains étudiants ce sont transformés en journalistes pour reporter en direct les affrontements sur les réseaux sociaux à l’instar de la TikTokeuse AfricanQueen qui s’est tapée plus de 2 000 vues en direct.

« Si cette situation est vécue au sein de notre campus à Bambey, c’est tout simplement parce que le recteur veut ‘’neutraliser’’ nos camarades de la coordination des étudiants…
», a déclaré un des étudiants de Bambey.

Cheikh Anta Diop toujours là pour porter le combat de ses frères

Une situation qui n’a pas laissé indifférents les étudiants de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Par solidarité estudiantine, les étudiants étaient avant-hier matin dans les rues et ont fait face aux forces de l’ordre.

L’un d’eux explique : « Nous sommes en grève pour soutenir nos camarades de Bambey. Nous avons vu ce qui s’est passé là-bas.

Un étudiant a perdu la vie après une intoxication alimentaire et les autorités ne veulent pas faire la lumière sur ce décès. Il n’y a pas d’étudiants de l’UCAD ou de Bambey. Nous, nous considérons que nous sommes tous des étudiants sénégalais et nous sommes sensibles à leur cause. Nous les soutenons », avait indiqué ce responsable estudiantin.

Gaston Berger emboîte le pas

Hier, c’était au tour des étudiants de l’université Gaston Berger de Saint-Louis d’entrer dans la danse. Et c’est très tôt dans la matinée qu’ils ont envahi les rues et bloqué la Route nationale 2. Selon le président de la coordination des étudiants de Saint-Louis, si ses camarades ont tenu à se faire entendre, c’est pour manifester leur colère contre la présence de policiers au sein du campus universitaire de Bambey. « Le président de la République doit donner l’ordre à son ministre de l’Intérieur de retirer les forces de l’ordre le plus rapidement possible. Sinon la coordina-tion des étudiants de Saint Louis va aller en-core plus loin. Ce que l’on demande aussi, c’est qu’il y ait le rétablissement de la coordi-nation des étudiants de Bambey parce que ce n’est pas normal qu’on la dissolve », dit encore le leader des étudiants de l’université Gaston Berger. Selon lui, les forces de l’ordre ont en outre essayé d’infiltrer leurs rangs. Et de révéler qu’ils ont mis la main sur un policier qu’ils garderont avec eux jusqu’à ce qu’ils aient des informations selon lesquelles les forces de l’ordre ont quitté le campus social de l’Université Alioune DIOP de Bambey.

Les autorités étatiques ont donc intérêt à réagir rapidement pour mettre fin à cette flambée de violences qui pourrait hypothéquer l’année universitaire déjà compromise sans compter le risquera de faire tâche d’huile dans les autres universités et dans les établissements d’enseignement de manière générale.

Khadim Diakhate

Laisser un commentaire