fbpx

Chronique | Eau, études, Pain… Le drapeau noir flotte sur la marmite, le Sénégalais au bord du gouffre

Chronique | Eau, études, Pain… Le drapeau noir flotte sur la marmite, le Sénégalais au bord du gouffre

Le K.O et le Désordre. Le Sénégalais est au bord du gouffre. Après le secteur du transport c’est autour des boulangers.

C’est devenu une réalité, la hausse du prix du pain est maintenant appliquée. La baguette qui coûtait 150 frs CFA a subit une hausse de 25frs, elle coûte désormais 175 frs.
Ceci est dû à la hausse du prix de la farine.

« Fondé « , « Mbourou Bane », beignets Dougoup » se pavanent en se dandinant dans les voiries de Dakar.

Comme alibi la fédération nationale des boulangers du Sénégal (FNBS) explique que cette hausse est dû à la cherté des intrants, du carburant, de la fiscalité mais aussi les nombreuses difficultés que traverse le secteur de la boulangerie causant d’ailleurs la fermeture de certaines personnes qui y travaillaient et qui n’arrivent plus à gérer ces lourdes charges.

Aujourd’hui, tout le monde pleure le manque d’eau et la cherté des factures qui persistent. Ce n’est plus Sen Eau, mais Sen Communiqué. Ils produisent plus de communiqués alambiqués aux Sénégalais que d’eau potable. Hélas, malgré toutes les récriminations et complaintes des Sénégalais, la SEN’EAU reste indifférente à cette situation.

Des travaux à n’en plus finir. Ils ont creusé toutes les ruelles de Dakar, on dirait les orpailleurs de Sabadola.

Entre la Sen’Eau et les consommateurs, ce n’est pas et ça n’a jamais été le grand amour. C’est même une déclaration de guerre faite par les premiers à la filiale sénégalaise de la multinationale française SUEZ.

Un dialogue entre un sourd et un muet

Les consommateurs se retrouvent avec des factures qui sont passées du double au triple voire plus. Et face à cette hausse vertigineuse de la facture du liquide précieux, la Sen’Eau peine à convaincre.

Aucun argument sérieux si ce n’est celui d’une possible fuite. C’est la rengaine servie par les responsables de la société française face à des consommateurs qui s’interrogent sur comment ils sont parvenus à consommer autant d’eau.

Les universités publiques en ébullition

Des campus sociaux assimilables à des alpages. Des restos ou des porcheries ? Disons des chiqueros.

Les étudiants ne demandent pas d’être gatés comme des filles, ils ne demandent pas des Stromboli, ni Montercristo, mais des spaghettis et des domodas bien préparés et bons pour la santé.

Les étudiants de Bambey pleuret leur camarade qui selon eux est mort par intoxication alimentaire même si l’autopsie prouve le contraire.

Il est temps que le « Macky » ouvre ses yeux et tape du poing sur la table pour régler ces sanglots qui étouffent le Sénégalais.

Khadim Diakhate

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.