fbpx

Trafic de faux billets : Les aveux du fils du ministre d’État Mbaye Ndiaye

Trafic de faux billets : Les aveux du fils du ministre d’État Mbaye Ndiaye

Arrêté en possession d’un milliard de FCFA en billets noirs, Cheikh Issa Ndiaye, fils du ministre Mbaye Ndiaye, et son acolyte Abdoulaye Faye sont passés aux aveux. Face aux éléments de la section de recherche de Thiès qui les ont alpagués au terme d’une opération rondement menée, le premier mis en cause cité a déclaré s’être lancé dans le trafic de devises pour régler ses difficultés de la vie. Le reste de la bande a été interpellée. Et le parquet, selon Bès Bi « Le Jour », entend requérir l’information judiciaire et le mandat de dépôt contre tous.

C’est un intense réseau de trafic de faux billets, dans lequel est empêtré le fils d’un ponte de la République, que vient de démanteler les éléments de la Section de recherches de Thiès. Arrêté en compagnie d’un certain Abdoulaye Faye, Cheikh Issa Ndiaye, fils du ministre d’Etat Mbaye Ndiaye, cuisiné par les gendarmes, n’est pas allé par quatre chemins pour passer à table. Bés bi a appris de sources proches de l’enquête que lors de son audition, vendredi dernier, Cheikh Ndiaye a argué qu’il voulait « régler quelques difficultés de la vie » avec l’argent qu’il attendait du lavage des billets noirs. Pour se tirer d’affaires, après ses aveux face aux gendarmes, il n’aura eu comme argument que de solliciter « la clémence de la justice ». Quant à Abdoulaye Faye, son complice, interpellé en même temps que lui, il dira avoir agi sous le contrôle d’un « certain Pape », qui serait le cerveau du réseau de trafic de faux billets.

Le milliard de faux billets, la Citroën C5, l’infiltration


Des péripéties de cette rocambolesque affaire de trafic de faux billets, il ressort de nos informations que la traque, minutieusement ficelée par les hommes du commandant de la Section de recherches de Thiès, est partie du mois d’octobre dernier. Lorsque le fils du ministre d’Etat Mbaye Ndiaye reçoit, par l’intermédiaire d’un de ses amis, un appel d’un certain Abdoulaye Faye, basé en Gambie et membre d’un gang réputé spécialiste du trafic de devises, il lui est proposé de participer à un nouveau deal à milliards du réseau par la transformation de billets noirs en faux billets. Alors, Cheikh Ndiaye devient la nouvelle recrue des faussaires chargés de trouver une personne capable de financer le projet clandestin. Ce, en vue de faciliter l’acquisition du matériel de l’opération de lavage des billets noirs. Pendant ce temps, de l’autre côté, le signal d’une source venait de parvenir aux agents de la Section de recherches de Thiès qui veillaient au grain.

Une opération de démantèlement est vite montée par l’infiltration d’un agent au cœur de la bande. Loin de se soucier d’un piège tendu, les têtes du réseau de trafic coopèrent avec l’intrus qui leur propose aussi de débourser pour le lavage des mille coupures de billets noirs. Avec cette fois-ci comme nouvelle donne : le partage équitable de l’argent en faux billets, une fois que les « techniciens », sur la base de procéder chimiques, achèveront la transformation. Toujours pour entrainer les trafiquants dans les filets de ses camarades, le gendarme infiltré invite la bande à aller à la rencontre d’un de ses amis qu’il qualifie de « techniciens » capables de résoudre l’équation. Dans la nuit du vendredi dernier, le rendez-vous pris aux abords de la mairie de Thiès Ouest débouche sur l’arrestation de Cheikh Issa Ndiaye et de son complice Abdoulaye Faye pour « association de malfaiteurs, tentative de trafic, lavage et mise en circulation de faux billets de banque portant sur la somme d’un milliard de francs Cfa ».

Conduits dans les locaux de la Section de recherches de Thiès pour audition, les mis en cause, après un prolongement de leur garde à vue, ont fait l’objet, hier, d’un retour de parquet. Et dans la soirée, Bés bi a appris que toute la bande a été arrêtée. Et le parquet de Thiès entend requérir l’ouverture imminente d’une information judiciaire et un mandat de dépôt contre tous.

Avec Emedia

Khadim Diakhate

Laisser un commentaire