fbpx

Décryptage | Bineta Diongue, une athlète chevronnée qui pratique l’escrime depuis 19 ans

Décryptage | Bineta Diongue, une athlète chevronnée qui pratique l’escrime depuis 19 ans

L’escrimeuse sénégalaise Bineta Diongue a accordé à Médiaactu un entretien exclusif auquel elle est revenue sur son parcours, sa première qualification aux jeux olympiques d’été de 2021, et d’autres événements qui ont marqués sa carrière depuis 2002.

Éléments de réponses avec la rédaction de Mediaactu.

Sur le manque d’attractivité de l’escrime au Sénégal, Ndeye Bineta Diongue
pense qu’il y a de grands champions d’Escrime au Sénégal. Ils sont juste méconnus.

« Je connais bien la première génération d’escrimeurs sénégalais et d’ailleurs je suis la dernière (de cette première génération) qui reste ; tous les autres ont mis en terme à leur carrière. Il existe une fédération d’escrime au Sénégal, mais le problème est qu’il manque une bonne politique sportive dans ce pays permettant de valoriser l’escrime. Il y a beaucoup de champions d’Afrique et même d’autres qui ont fièrement représenté le Sénégal à l’échelle internationale avec des participations aux JO. Chose que beaucoup ne savent pas. Il y a un arbitre international sénégalais qui officie même des finales de JO. Ces escrimeurs dont je parle dirigent des clubs d’escrime un peu partout dans le monde (Europe, Amérique).
La pratique de l’escrime aussi demande énormément de moyens financiers. C’est très cher. Vouloir le vulgariser au Sénégal sans aide, c’est extrêmement difficile. C’est un peu comme le Golf ».

Par rapport aux organisations des championnats

S’agissant des championnats, l’athlète ignore comment ça se passe mais il existe des championnats du Sénégal qui sont organisés et d’autres compétions organisées dans les régions par la fédération.

« L’escrime est un sport assez particulier. Il ne suffit pas seulement de faire les championnats nationaux pour être bon. Pour avoir le niveau, il faut sortir du pays et enchainer les compétitions de haut niveau. C’est la principale raison pour laquelle j’ai quitté le Sénégal car on ne faisait que les championnats d’Afrique et c’était insuffisant. Il me fallait plus d’expérience, jouer dans différents types de pistes entre autres. Et tout cela, je ne pouvais l’avoir en restant au Sénégal et seulement participer aux compétitions africaines, a-t-elle expliqué.

La qualification aux jeux olympiques de 2020 à Tokyo

Après 15 ans de carrière, se qualifier aux J-O était une aubaine pour la sportive sénégalaise.

À l’en croire, elle a réalisé le rêve de tout athlète de haut niveau. Voir le drapeau du Sénégal flotter à Tokyo a illuminé sa vie de bonheur. Depuis Athènes, le Sénégal a quand même eu des représentants aux JO pour ce qui est de l’escrime.

« Ce fut une grande fierté. Les JO sont juste uniques et les qualifications se préparent sur 4 ans. Tout peut basculer sur un seul match. De plus, c’est une compétition qui rassemble tous les pays du monde entier », a-t-elle répondu.

L’apport des autorités étatiques et de la fédération pour la préparation des JO

« Pour dire vrai, j’ai effectué ma préparation toute seule. Depuis mon arrivée en France en 2015, les championnats du Monde, les Coupe du Monde, les Grands Prix, toutes les compétitions que j’ai eues à faire, je les ai payées de ma propre poche. La seule compétition annuelle pour laquelle je ne payais pas, c’était le championnat d’Afrique. Je recevais un appui venant du ministère des Sports et passant par la fédération. Mais, pour tout le reste, je n’ai reçu d’aide que de la part de ma famille, de mes amis et de mes coachs qui ont beaucoup fait pour moi. Je m’entraine dans un team international privé payé à l’année. Comme ils savaient qu’à mon arrivée je ne pouvais pas m’acquitter du paiement. Comme il (coach) a vu mon potentiel, il a accepté de m’aider. Comme il a vu que je m’entrainais avec les autres et que ces derniers pouvaient aller en compétition et pas moi, Il m’a trouvé du travail et m’a aidé à commencer à faire les compétitions les plus proches. Parfois les filles m’aidaient sur l’hébergement et le maitre se chargeait de la restauration. Faire une compétition d’escrime nécessite vraiment des moyens colossaux sur le plan financier avec les billets d’avion, les tickets restos, les billets de train, etc ».

« Quand je demandais de l’aide à ma fédération, ils me disaient qu’ils n’avaient pas les moyens. Je ne pouvais pas rester les bras croisés à les attendre car j’avais des objectifs à atteindre. Quand on est en France, il y a déjà beaucoup de charges. J’ai dû vraiment me débrouiller pour participer aux compétitions. Au fur et à mesure que les gens me connaissaient avec mon parcours, il y a eu certains qui ont commencé à m’aider avec du matériel, etc. Tout ça pour dire que j’ai vraiment travaillé pour que tout le monde sache que je voulais vraiment y arriver. »

Elle a tout de même précisé qu’elle a reçu une somme de la part des autorités mais l’argent est arrivé « un peu tard ».

« Depuis que je pratique l’escrime, je n’ai jamais eu de bourse, jamais eu de soutien pour la préparation que ce soit en 2021 ou en 2016″.

Au-delà de sa famille, ses amis et ses coachs, des cagnottes « Letchi » et d’autres collectes faites via les SDE qui l’ont aussi beaucoup aidée.

« Même en travaillant, c’était insuffisant. Je mettais toutes mes économies dedans. Donc je ne peux vraiment dire que j’ai reçu cette aide du ministère destinée aux athlètes qualifiés ».

Sur ses sources de motivation malgré toutes ces difficultés

« Personnellement je n’aime pas commencer un projet sans le terminer. J’ai beaucoup souffert en étant au Sénégal. L’escrime a gâché mes études. Mon père a tout fait (rires). Il a investi énormément pour que j’étudie dans les écoles privées. Mais je n’avais d’yeux que l’escrime. Je consacrais presque tout mon temps à la pratique de cette discipline. C’est tous ces sacrifices qui m’ont aidé à garder la tête haute et à ne pas abandonner. En plus quand j’ai aussi pensé aux efforts de ma sœur qui a énormément dépensé pour mon voyage et mon séjour en France, je me suis dit qu’il est impossible d’abandonner ».

« Toutes ces personnes qui m’ont soutenu ne méritaient pas que je laisse tomber. Je me suis constamment entrainé durant le confinement et c’était très dur loin de la famille, obligé de travailler pour survivre. J’ai même connu un « burnout » juste avant la qualification parce que je n’en pouvais plus. Cela faisait 3 ans que je n’avais pas vu mes parents. Je m’en suis remis à Dieu et me suis dit que tous mes sacrifices ne pouvaient être vains. J’ai subi aussi beaucoup de blessure à cause d’une charge de travail énorme. Mentalement, je me demandais vraiment si j’allais réussir. Un athlète qui va aux JO doit avoir l’esprit tranquille et ne penser qu’à la compétition. Mais c’était loin d’être mon cas. Il fallait vraiment croire en ses rêves et se dire que tôt ou tard qu’on va y arriver ».

Sur le fait de ne pas se plaindre dans la presse

« A vrai dire, moi je ne suis pas une personne qui insiste. J’ai demandé une fois, deux, plusieurs fois sans réponse. Après je me suis dit qu’il fallait compter que sur moi-même. Il ne faut pas attendre l’État pour réaliser ses rêves. Il faut juste essayer. Avec l’aide de Dieu, tout peut bien se passer. On m’a de maintes reprises proposé de parler de ces difficultés dans la presse mais je n’ai pas trouvé cette idée productive.

À chaque fois qu’on fait part de de son mal-être dans les médias, les gens vont en parler quelques jours puis tout oublier; on est beaucoup dans l’émotionnel. Plusieurs athlètes sont dans la même situation que moi.
Les autorités doivent vraiment faire des efforts et ne pas attendre qu’on se qualifient pour apporter une aide. Cela doit se faire bien avant comme dans toutes les nations qui respectent ceux qui portent leur drapeau».

Sur son élimination en 32e de finale

« Ce n’était pas un manque d’entrainement car ici en France je m’entraine avec l’un des meilleurs au monde qui a eu à coacher des champions du monde, des champions olympiques. Le fait est qu’il fallait juste faire beaucoup de compétitions parce que l’escrime est un sport exigeant. Si tu restes par exemple une semaine sans entrainements, tu perds l’équivalent d’un mois de compétition. Il faut une répétition incessante des efforts pour rester au top. Mon adversaire a fait tous les circuits, elle est aussi vice-championne du monde. Elle est dans de bien meilleures conditions et s’entraine plus que moi. Pendant que je dois allier boulot et entrainements par manque de moyens, les athlètes comme elles sont payés pour s’entrainer et remporter des médailles. La différence entre la qualité de leur préparation et le nôtre est abyssale. Ils ne négligent aucun détail.

Sur les critiques après les éliminations prématurées des athlètes

« Certaines critiques m’ont fait sourire parce que je me suis dit que beaucoup ignorent les conditions dans lesquelles on s’est préparé. Il y a eu une erreur de communication de la part des autorités. Les gens ont pensé que cet argent a été reçu et que c’est suffisant pour nous permettre une préparation dans des conditions optimales alors que c’était loin d’être le cas ».

Les progrès à faire pour rendre l’escrime accessible pour augmenter les chances de médaille

« Il faut déjà appuyer les athlètes et leur permettre d’échanger avec les autres pays. Une seule compétition internationale par an reste insuffisante. Il faut aussi doter la fédération de moyens financiers. L’équipement d’un escrimeur coûte excessivement cher. Assurer la relève aussi est vital pour assurer la pérennité de ce sport. Cela permettra de détecter très tôt les pépites et les suivre très tôt.

Les objectifs pour les prochaines échéances

« Je veux essayer d’accumuler le maximum de points. Je ne me fixe pas de limites. Le temps passe tellement vite et 2024 c’est pour bientôt. C’est maintenant qu’il faut se préparer. L’objectif est de se qualifier pour les prochains JO. Et comme c’est à Paris, la concurrence sera encore plus rude.

Sur un possible changement de nationalité

« Sérieusement j’y ai jamais pensé. Je vois beaucoup de personnes le faire mais personnellement tel ne sera pas le cas pour moi. Je ne veux représenter que le Sénégal et si je dois gagner quelque chose, ce sera avec mon pays de cœur. Depuis mes débuts, cela a été mon rêve. J’avais même commencé une collecte de matériels inutilisés ici (chaussures, épées, etc) en (France) pour l’acheminer au Sénégal. J’appelais la fédération afin qu’ils se chargent de le récupérer et cela profite aux escrimeurs qui se trouvent au Pays. Je suis fier de porter nos couleurs.

Khadim Diakhate

Un commentaire sur “Décryptage | Bineta Diongue, une athlète chevronnée qui pratique l’escrime depuis 19 ans

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.