fbpx

« L’UNESCO veut faire accepter aux élèves le phénomène de l’homosexualité, c’est inacceptable », dénonce le secrétaire général du CUSEMS/Authentique, Dame Mbodji.

« L’UNESCO veut faire accepter aux élèves le phénomène de l’homosexualité, c’est inacceptable », dénonce le secrétaire général du CUSEMS/Authentique, Dame Mbodji.


Il s’agit d’une réponse au séminaire sur l’éducation sexuelle et la reproduction qui s’est tenu à Saly, du 21 au 23 décembre dernier. Les enseignants, les professeurs de Sciences de la Vie et de la Terre et les représentants du bureau genre de l’Éducation Nationale. En effet, la haut-commissaire des Nations-Unies aux droits de l’Homme, Navy Pillay a déclaré que : « la question d’accorder aux lesbiennes, gays, bisexuels et transgenre (LGBT) les mêmes droits que ceux dont tous les autres jouissent n’est ni radicale ni compliquée ». Tout ce discours est stipulé en clair dans un document « Nés Libres et Egaux : orientations sexuelle et identifié de genre en droit international des droits de l’Homme « . Les acteurs de la société civile ne sont pas restés en reste sur cette affaire, Mame Makhtar Gueye de l’ONG Jamra se félicite de la position du mouvement des enseignants, « les mandataires de l’UNESCO ont poussé leur confiance excessive en leur prosélytisme malsain, nettement pro-LGBT. (…) MAIS, Dieu merci, ces « avocats » de l’UNESCO rentreront bredouilles. Ils auront tout au plus réussi, durant leur passage au Sénégal, à obtenir exactement le contraire de ce qu’ils étaient venus chercher ».

Khadim Diakhate

Laisser un commentaire