fbpx

Vaginisme : quand le corps refuse la pénétration

Vaginisme : quand le corps refuse la pénétration

Dans la culture africaine, les premiers rapports sexuels sont décrits comme une souffrance inouïe. Certaines femmes développent une peur bleue, ce qui occasionne souvent des blocages pendant la nuit de noce. Mais ce trouble psychologique peut être surmonté.

Le cerveau humain a tendance à développer des réflexes pour se protéger du danger comme fermer la paupière pour se protéger de la poussière. Le vaginisme est aussi une autre forme de mécanisme de défense. « Les femmes qui en sont atteintes, environ 1 à 3 % en France, contractent inconsciemment leurs muscles du périnée pour empêcher les tentatives d’intrusion dans leur vagin», explique le Pr Patrice Lopes, gynécologue à la polyclinique de l’Atlantique à Nantes.

Le souci ? « La patiente présente souvent son problème comme une douleur génitale qui peut alors se confondre avec une dyspareunie », nous dit le gynécologue. La dyspareunie est le fait de ressentir des douleurs pendant l’acte sexuel, alors que le vaginisme est psychologique, une peur bleue de la pénétration vaginale.

Certaines femmes atteintes de vaginisme n’acceptent aucune pénétration (pas de pénis, de tampons ou encore de speculum lors d’un examen gynécologique), tendis que d’autres ont une forme moins grave, un blocage partiel. Mais le Pr Patrice Lopes se veut rasssurant : « Le vaginisme, quel que soit son degré de sévérité, n’empêche pas le plaisir sexuel. Au contraire, certaines femmes sont sexuellement très libérées et atteignent l’orgasme malgré l’absence de pénétration vaginale ».


Les causes du vaginisme


Mais c’est quoi la raison de ce blocage ? « La plupart du temps, il s’agit d’une cause psychologique rendant impossible la pénétration depuis la puberté », explique le médecin. La patiente a tendance à avoir peur de la douleur, des infections sexuellement transmissibles ou de la grossesse, mais pas seulement ça. « Le contexte religieux et familial joue également un rôle important lorsqu’il entraîne un défaut d’information sexuelle ou une vision péjorative de la sexualité qui culpabilise la patiente », poursuit-il. La sexologue Catherine Cabanis aborde également un autre facteur : « La patiente ne se représente pas ou ne perçoit pas son vagin comme un organe érotique ».
Le vaginisme peut survenir à tout moment d’une vie sexuelle même épanouie.
« C’est bien moins fréquent et, dans ce cas, le vaginisme est généralement dû à des douleurs issues d’une cause infectieuse ou chirurgicale », explique le Pr Lopes.

Reprendre le contrôle de son corps


Pour confirmer le vaginisme, un examen médical et un entretien sont nécessaires. Le gynécologue recommande à ses patientes atteintes du vaginisme d’être actives dans la découverte de leur anatomie. Pour cela, « la femme s’introduit elle-même le speculum lors de l’examen médical. Elle peut aussi prendre conscience de son vagin grâce à des jouets sexuels », nous dit le médecin. Une thérapie comportementale chez un sexologue ou un psychologue peut également aider la patiente à surmonter ce blocage.
Cependant, ce n’est pas si simple de s’en débarrasser. « Il est nécessaire de prendre son temps dans le suivi. Lorsque la femme aura réussi à surmonter son symptôme, il faudra privilégier des positions sexuelles dans lesquelles elle peut avoir le contrôle, comme l’Andromaque (la femme s’installe à califourchon sur l’homme, allongé sur le dos, NDLR) plutôt que le missionnaire où elle aura l’impression de subir l’intrusion du partenaire », préconise le gynécologue. Et, plus que tout, le médecin rappelle qu’il est essentiel d’avoir une éducation sexuelle de qualité dès le plus jeune âge afin de connaître son anatomie et d’éviter de développer des peurs irrationnelles.

Syllabus

Laisser un commentaire