fbpx

Dr Bousso  » Nous sommes dans une phase très tendue »

Dr Bousso  » Nous sommes dans une phase très tendue »

La maladie du coronavirus est dans une «phase ascendante, avec plus de nouvelles contaminations, de cas graves et de décès. Le constat est du Dr Abdoulaye Bousso, directeur du Centre des opérations d’urgences sanitaires au ministère de la Santé. Il soutient qu' »il n’est pas exclu qu’on ait beaucoup plus de cas les jours qui vont arriver, parce que les nouveaux cas vont générer des cas secondaires) », a déclaré Dr Bousso invité de l’émission « Opinion » sur la Rts1.

« Nous sommes dans une phase très tendue », souligne Dr Bousso dans les colonnes des Échos.
Chaque cas positifs peut générer théoriquement 12 nouvelles contaminations, c’est énorme.
« Nous avons plus de cas; plus de cas grave; et plus de décès »Il a souligné que même si ses effets ne sont pas immédiats et qu’il ne peut pas à lui tout seul faire tous les effets attendus, le couvre-feu est important, en ce sens que tout ce qui peut aider à limiter le temps de rassemblement et de contact entre les personnes est le bienvenu.

 «Vendredi on a eu 462 cas en une journée, ce qui n’est jamais arrivé, pendant la première phase. Le plus grand nombre était de 207 en une journée. Dans cette 2ème phase, nous avons eu aisément 200, 300 et 400 même», a t-il soutenu lors de l’émission  Opinion sur la Rts, rapporte le journal Les Echos dans son édition de ce lundi.  Et  d’ajouter : «nous sommes vrais dans une phase très tendue. Nous avons plus de cas nous avons plus de cas graves ; et nous avons plus de décès. Nous avons dépassé la barre des 10 décès par jour, entre mercredi jeudi et vendredi (derniers)». 

Réaffirmant que «nous sommes dans une phase ascendante», le Directeur du Centre des opérations d’urgences sanitaires (Cous) soutient qu’il n’est «pas exclu qu’on ait beaucoup plus de cas les jours qui vont arriver, parce que les nouveaux cas vont générer des cas secondaires). En effet, à l’en croire, le nombre de personnes qu’un cas positif est susceptible de contaminer est très élevé.

Parlant de l’efficacité des mesures prises et surtout du couvre-feu, le médecin note que même s’il ne règle pas tout, et que ses effets ne sont pas immédiats, il est toujours important. «Ce qu’il faut savoir, c’est que les mesures prises n’ont pas d’effets immédiats. Ca va faire 2 mois que le couvre-feu a été décrété à Dakar et Thiès, dans un contexte où on était dans une phase de transmission très active, très importante. Le couvre-feu, ce n’est pas un médicament, ça ne va pas stopper tout de suite la transmission, c’est un processus à long terme. Ce couvre-feu va juste réduite les risques de nouvelles contaminations. C’est pourquoi, quel que soit le nombre d’heures que nous pouvons avoir pour limiter le rassemblements des personnes, nous sommes preneurs.»

Khadim Diakhate

Laisser un commentaire