fbpx

Affaire Doura Diallo : Le SAMES décrète encore 72 h de grève et exige à ce que toute l’équipe médicale soit blanchie

Affaire Doura Diallo : Le SAMES décrète encore 72 h de grève et exige à ce que toute l’équipe médicale soit blanchie

Le SAMES décrète encore un mot d’ordre de grève de 72 heures renouvelable. La grève concerne toutes les activités cliniques et de coordination ainsi que les actes médico-légaux (Genre de mort, Expertises, Certificat pour coups et blessures, autopsie etc).

La décision a été prise ce mardi lors d’une assemblée générale tenue à Kédougou.

Cette décision entre dans le cadre du soutien que les médecins du Sénégal apportent à leur collègue Léonce Mbade Faye et ses collaborateurs dans l’affaire Doura Diallo.

Cette dernière est la dame décédée en couche ainsi que son bébé au Centre de santé de la région.

Le bureau exécutif national (BEN) du Syndicat autonome des médecins pharmaciens et chirurgiens-dentistes du Sénégal (SAMES) poursuit ainsi son plan d’action.

Ce mardi, une assemblée générale a été tenue à Kédougou en présence de leurs camarades des autres régions.

Cette rencontre est motivée par la volonté de mener une lutte vigoureuse pour la sauvegarde de la dignité de la profession médicale, selon le secrétaire général dudit syndicat.

« La mise sous contrôle judiciaire n’est nullement une fin en soi, l’équipe du bloc opératoire du Centre de santé de Kédougou qui a été lavée de tout soupçon par les experts doit être blanchie totalement par la justice » a notifié le docteur Yéri Camara.

A l’en croire, la détention inexpliquée de ces « vaillants agents de santé » a perturbé le système de référence et contre référence sanitaire dans cette localité où la communauté souffre depuis plusieurs années d’un accès difficile aux soins curatifs. Et durant ces 6 jours de garde à vue qui a entraîné la fermeture du bloc opératoire, 6 femmes enceintes ont été évacuées à l’hôpital régional de Tambacounda dont 3 ont accouché en cours de route avec 2 mort-nés et un en réanimation néonatale.

Ce type de décision, dit le secrétaire général, anéantit tous les efforts de l’Etat et du Ministère de la Santé et de l’Action sociale et de ses partenaires pour éviter les décès de femmes enceintes et des nouveau-nés. Le SAMES a rappelé, en outre, « les menaces proférées à l’endroit de Dr Léonce Faye par le mari de feue Doura Diallo.

« Le procureur a ici un cas patent de menace de mort à travers les médias et tient à rappeler qu’en 2 ans, 3 agents de santé ont été emprisonnés pour des affaires banales dans cette région . C’est parce que qu’il considére cette volonté manifeste de causer du tort au système de santé de Kédougou par le parquet, la tendance d’emprisonnement quasi systématique des agents de santé devant tout accident ou incident survenu à l’hôpital », regrette le syndicaliste. Le syndicat exige que « les garanties d’un procès rapide juste et équitable pour l’affaire dite de Kédougou, la prise de dispositions réglementaires instituant la consultation du ministre de la Santé et de l’Action sociale ainsi que le président de l’Ordre national des médecins du Sénégal avant toute audition ou poursuite d’un agent de santé ». Ceci permettra de ne pas provoquer des décès évitables à cause de décisions précipitées du parquet. Il faut donc, des concertations entre les Ministères de Justice, celui de la Santé et le Haut conseil de la Magistrature.

Khadim Diakhate

Laisser un commentaire