fbpx

Portrait | Pape Diop, la chute libre d’un libéral

Portrait | Pape Diop, la chute libre d’un libéral

De numéro 2 de l’État à simple député, Pape Diop n’a pas su résister au temps. L’ancien du PDS et actuellement leader de Bokk Guis Guis, n’avait pas prévu un tel destin pour lui. Retour sur sa carrière.

Biographie

Il a presque tout connu dans la politique. La machine étatique n’a aucun secret pour lui. Membre de première heure du Parti Démocratique Sénégalais (PDS) depuis sa création, Pape Diop est une figure emblématique des années de magistère du président Abdoulaye Wade. Natif de Kaolack en 1954, Moustapha Diop de son vrai nom est diplômé en Comptabilité à l’Institut Universitaire Technique (IUT) de Thiès en 1976. Tout ne fut pas rose dans son parcours, orphelin de père à 4 ans, il est tardivement inscrit à l’école élémentaire par son oncle maternel, à 10 ans. Habitué à se faire seul et à se débrouiller, Pape Diop crée sa propre entreprise en 1978, le Soumex (Soumbedioune Export), spécialisée dans l’exportation de produits halieutiques. Il a, entre 1976 et 78, fait un passage de deux ans à l’Office national de coopération et d’assistance pour le développement (Oncad).

Pape, ce n’est pas la politique, Pape, c’est le goût des affaires. Comme il le dit lors d’une interview accordée à Jeune Afrique, « la politique est un métier dans lequel je n’excellerai jamais ».

Mais Pape est un partisan de première heure du PDS. Présent lors de la création du parti en 1974, il est fidèle combattant auprès de son mentor Abdoulaye Wade jusqu’à la prise de pouvoir en 2000. Élu député en 1993, puis en 2001, le bras droit de Wade est projeté au perchoir de l’Assemblée Nationale en 2002. Dans la foulée, il remplace un autre Diop à la tête de la capitale jusqu’en 2009. Pape demeure l’un des hommes de confiance du Pape du Sopi, le successeur d’Abdou Diouf. Ce qui lui a valu la présidence du Sénat entre 2007 et 2012 et de la position de numéro 2 de l’État à cette époque.

Babacar Gaye, ancien directeur de cabinet du leader du PDS, le décrit comme « un soldat loyal et désintéressé de Wade ».
Une deuxième alternance est assurée pour le Sénégal en 2012, Macky Sall, ancien du PDS, est président de la République. Pape Diop alterne entre ses journées entre des visites dans les foyers religieuses et ses entreprises. Il crée son parti politique Bokk Guis Guis en 2012.

Voler de ses propres ailes ?

Il se retrouve en poids plume depuis lors. L’ancien maire de Dakar était certainement pressenti pour succéder à son maître. Lui, l’ancien homme fort de l’Assemblée et du défunt Sénat. Celui qui a toujours crié sa fidélité et dévouement à son leader même lorsque ce dernier perdait du terrain, sombre petit à petit dans l’anonymat total après 2012 et son départ du PDS. Le déclin est patent.

Trop patient et toujours dans l’ombre éclairée du père de Karim Wade, l’ancien président de l’Assemblée Nationale n’a jamais réussi à se construire seul comme il le voulait. Cette impopularité se justifie par l’unique député dont il dispose (lui-même) pour la 14e législature, exactement comme Pape Djibril Fall (présent dans la politique depuis moins de 100 jours).

Mamadou Kane

Laisser un commentaire