fbpx

Mamadou Ndiaye, la main miraculeuse de Roubaix !

Mamadou Ndiaye, la main miraculeuse de Roubaix !

Méconnu au Sénégal, Mamadou Ndiaye est un monument historique dans la ville française de Roubaix. C’est l’histoire incroyable d’un jeune apprenti marin devenu grand boxeur avant de se découvrir un miraculeux talent de guérisseur. Au cours de sa vie, Mamadou a guéri plus de 54 000 personnes, qui débarquaient de partout. Son succès était tellement immense qu’il s’attira des ennemis au sein de l’ordre des médecins de France. Malgré les nombreuses manœuvres de ces derniers pour l’empêcher d’exercer, Mamadou a poursuivi sa passion jusqu’à la fin de sa vie, soignant même les patients que les médecins ne pouvaient pas soigner.

Né le 26 octobre 1909 à Diourbel, au Sénégal, Mamadou Ndiaye va, très jeune, s’engager pour une aventure en mer. Pendant 9 années, il va parcourir sur le monde sur des navires, en tant qu’apprenti marin. Passionné de lutte et de boxe, il va entamer des combats avec d’autres matelots au sein des bateaux.

C’est lors d’une escale au Brésil qu’il va faire son baptême de feu sur un vrai ring. Profitant du forfait d’un combattant, il saisit sa chance et devant un public chaud de 4 000 personnes, Mamadou met un uppercut à son adversaire, qui tombe KO. Il gagne le respect du public et envisage une carrière de boxeur.

En décembre 1931, Mamadou Ndiaye pose ses valises à Roubaix, une ville située dans le nord de la France. Là-bas, il va tisser sa légende a faisant parler ses points contre ses adversaires. Faisant parti des premiers Africains dans cette ville, il sera vite connu grâce à la couverture médiatique de la presse de Roubaix et de Belgique, et gagne le surnom : « La panthère noire ».

À 22 ans, Mamadou entreprend l’apprentissage de la langue française dans la ville voisine Tourcoing, auprès d’un missionnaire. Il va suivre en même temps des cours de boxe au centre régional d’éducation physique sis à Roubaix.
Conscient qu’il peut viser plus haut, « la panthère noire » va fonder vers 1950 le Boxing Club colonial de Roubaix. En même temps, son talent de guérisseur se révèle et Mamadou se lance dans l’exercice de la chiropractie, une pratique manuelle « non-conventionnelle » qui traite les douleurs vertébrales.

Grace à la publicité des patients qu’il a guéris, sa clientèle va augmenter massivement, notamment des personnes insatisfaites des soins habituels. Sa notoriété dans le domaine de la guérison s’accrut à tel point que les médecins recommandaient leurs malades d’aller vers lui, lorsqu’ils sont confrontés à des cas désespérés.

Face à l’énorme affluence des patients, venus de toute l’Europe, Mamadou Ndiaye passe outre d’une autorisation et ouvre un cabinet de guérisseur au 22 place Carnot.

En 1951, un coup du destin lui fait rencontrer Alice Viane, une banquière ayant sillonné tous les hôpitaux et cabinets à la recherche d’un remède qui pourrait la soulager de son mal. Elle fit la promesse d’épouser Mamadou s’il réussissait à la soigner.

Mamadou ne tarda pas à réaliser le vœu d’Alice de voir sa douleur disparaître. Ainsi, Mamadou Ndiaye et Alice Viane deviennent mari et femme en 1951.

Une plainte de l’ordre des médecins, visiblement jaloux de son succès, va freiner la joie de Mamadou. Ils l’accusent d’avoir exercé illégalement la profession de docteur. C’est le début d’une longue série d’accusation contre Mamadou.

Mamadou Ndiaye sera convoqué vingt-deux fois en justice. Mais c’est son dernier procès, datant de 1967, devant la sixième chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Lille, qui restera à jamais dans les annales.

Au moment du procès, Mamadou avait déjà délivré près de 23 000 attestations médicales. Parmi ces milliers de personnes guéries, 300 venus « de la Sarthe, de Paris et surtout de Belgique viennent l’encourager ».

Durant le procès, les témoignages en sa faveur se multiplient : un médecin avoue avoir conseillé à des patients d’aller chercher l’apaisement chez Mamadou Ndiaye ; un autre, prêtre, affirme avoir été soigné chez Mamadou à quatre reprises ; des patients disent avoir vaincu la mort grâce à lui…

Un jeune homme, visiblement très reconnaissant d’avoir été sauvé par Mamadou de la mort qu’on lui avait prédit, avertit la Cour : ” Vous allez marcher sur mon cadavre avant de toucher à un seul cheveu de Mamadou”.

Le hasard faisant bien les choses, l’accusé décide de guérir sur place la greffière qui avait de terribles maux au dos. Il réussit ainsi à convaincre les juges, qui décident d’adoucir la sanction, avec une simple condamnation de versement de 2 000 francs avec sursis. Son matériel lui fut rendu contrairement à ce qu’exige la loi.

Mamadou Ndiaye continuera à exercer sa passion et à soigner des gens venus de partout jusqu’à sa mort d’un cancer en 1985, année de ses 75 ans.
Durant toute son activité en tant que guérisseur, il aurait délivré plus 54 000 attestations médicales. Son enterrement à Roubaix a mobilisé une grande foule d’anciens patients et d’amis, venus de toute l’Europe.

Aujourd’hui, une œuvre en l’honneur de Mamadou Ndiaye siège dans le musée La Piscine de Roubaix. C’est un vitrail représentant Mamadou Ndiaye, où on peut lire : « A mon cher Mamadou qui m’a sauvé la vie. La Marquise ». La marquise n’est autre que la tante par alliance du roi belge Baudouin, guérie par Ndiaye.

Mamadou Ndiaye est mort sans descendance, mais son vécu lui a survécu. Les habitants de Roubaix et d’au-delà se rappelleront toujours de cet homme miraculé qui de ses mains, parvenait à calmer la douleur la plus insupportable. Comme le dit sa femme Alice Viane dans l’ouvrage de Achiel de Vuyst, « le seul bonheur de Mamadou est celui de guérir ».

Hiro

3 commentaires sur “Mamadou Ndiaye, la main miraculeuse de Roubaix !

Laisser un commentaire