fbpx

Hissène Habré : autopsie d’une carrière politique sous les bases de la dictature

Hissène Habré : autopsie d’une carrière politique sous les bases de la dictature

Mardi 24 août, le ministre sénégalais de la justice, Malick Sall a annoncé soudainement la mort de l’ancien président du Tchad, Hissène Habré. Mort à l’âge de 79 ans, au Sénégal où il avait été condamné à perpétuité en 2016, pour crimes contre l’humanité. Il aurait succombé au Covid-19 à l’hôpital principal de Dakar, a fait savoir le consulat du Tchad.
Il y avait été transporté d’urgence après la détérioration de son état de santé alors qu’il était déjà hospitalisé dans une clinique privée de la capitale sénégalaise, où sa famille l’avait fait transféré de sa prison il y a quelques jours, a dit le consulat. 

« Habré a été remis entre les mains de son Seigneur », a ainsi déclaré le ministre sur la chaîne TFM.

Sa famille et ses avocats réclamaient un autre régime que celui de la détention, en invoquant son âge et la dégradation de son état de santé. Ils s’alarmaient notamment du risque qu’il contracte le Covid-19 en prison.

La justice sénégalaise avait songé, en avril 2020, à le laisser sortir de prison pendant soixante jours à cause de sa présumée vulnérabilité face à la pandémie. Il était retourné chez lui à Dakar, sous garde pénitentiaire permanente, selon les autorités.

Un bilan de 40 000 assassinats politiques rien que par son régime

Selon William Bourdon, l’un des avocats des victimes « c’est un des bourreaux les plus sanguinaires de l’histoire de l’humanité qui vient de disparaître ».
« Nous devons tous être fiers de la façon dont nous avons accueilli Habré, a assuré M. Sall « face à d’éventuelles critiques, malgré les pressions internationales, le Sénégal a tenu bon (…) Tout ce qu’on peut faire, c’est prier pour le repos de l’âme de Habré. » poursuit-il.
Reed Brody, membre du Comité international de justice qui assiste les victimes du régime Habré depuis 1999, s’est dit « attristé par l’annonce de la mort d’Hissène Habré du Covid-19 ». « Cela faisait des mois que nous demandions qu’Habré soit vacciné », a-t-il ajouté dans un communiqué .

« Habré restera dans l’histoire comme l’un des dictateurs les plus impitoyables, comme un homme qui a massacré son propre peuple pour s’emparer du pouvoir et s’y maintenir. Il a a incendié des villages entiers, condamné des femmes à servir d’esclaves sexuelles à ses soldats et fait construire des cachots secrets pour infliger à ses ennemis des tortures moyenâgeuses », a-t-il aussi rappelé.

Hissène Habré, qui a dirigé le Tchad de 1982 à 1990, avait été condamné le 30 mai 2016 à la prison à vie à l’issue d’un procès inédit à Dakar – par les Chambres africaines extraordinaires, créées en vertu d’un accord entre l’Union africaine et le Sénégal –, où il avait été déclaré coupable de crimes contre l’humanité, viols, exécutions, esclavage et enlèvement. Une commission d’enquête tchadienne a ainsi estimé à 40 000 le nombre d’assassinats politiques perpétrés par son régime. On assiste alors à un tournant important dans l’histoire de la justice internationale car le premier procès au monde dans lequel un ancien chef d’État est traduit devant une juridiction d’un autre pays pour violations présumées des droits de l’homme.

Habré, entre répressions et totalitarisme

Son régime, soutenu face à Kadhafi par la France et les États-Unis, durera huit ans.

Cette période est marquée par une terrible répression. : les opposants – réels ou supposés – sont arrêtés par la Direction de la documentation et de la sécurité (DDS, police politique), torturés, souvent exécutés.

En 1990, il sera renversé par un coup d’Etat qui avait installé au pouvoir Idriss Déby (mort en avril 2021 et remplacé par l’un de ses fils, Mahamat Idriss Déby Itno) qui le contraindra à l’exil au Sénégal, Hissène Habré avait commis ces exactions par le truchement de sa police politique, la redoutable DDS, la direction de la documentation et de la sécurité.

Chassé donc en 1990 du pouvoir auquel il avait lui-même accédé par la force, avait trouvé refuge au Sénégal. En 2011, sous pression internationale, le président Abdoulaye Wade crée la surprise en voulant l’expulser mais se heurte au soulèvement des habitants du quartier de Ouakam qui manifestent leur soutien à Hissène Habré, en soulignant qu’il a une femme et des enfants sénégalais. Mais,avec l’arrivée au pouvoir de Macky Sall, il est finalement arrêté le 30 juin 2013 à Dakar puis inculpé par un tribunal spécial créé en vertu d’un accord entre l’Union africaine et le Sénégal.

C’est en 2015, après des enquêtes rondement menées, que l’ex président tchadien sera condamné à mort par contumace pour crimes contre l’humanité par un tribunal de N’Djamena. Son procès, qui s’ouvre à Dakar, est la première utilisation de la compétence universelle sur le continent africain. Il est condamné à la prison à perpétuité en appel en 2017.

Le duel qui oppose Hissène Habré à la justice africaine n’en est pas encore à son épilogue. Lundi, le procès en appel de l’ancien président du Tchad (1982-1990) s’est ouvert à Dakar, en l’absence de l’accusé, qui conteste la validité du jugement rendu il y a huit mois par les Chambres africaines extraordinaires (CAE), un tribunal spécial créé conjointement par le Sénégal et l’Union africaine. En mai, celui que l’on surnomme le « Pinochet africain » en raison des atrocités perpétrées durant son « règne » avait été condamné à la réclusion à perpétuité pour crimes de guerre, crimes contre l’humanité, tortures et viols.

Les avocats de la défense cherchaient vaille que vaille à casser cette décision qui, selon eux, est entachée de vices de procédure.

En effet, depuis la tenue de ce procès historique pour l’Afrique, les victimes de l’ancien dictateur restent toujours dans l’attente de recevoir un début d’indemnisation, beaucoup d’entre elles sont totalement indigentes et se sont battues pendant 25 ans pour qu’il soit jugé. Hissène Habré était censé verser 20 millions de CFA à chacune des 8600 victimes constituées parties civiles.  Mais la mort de ce dernier va vraisemblablement changé le cours de cette rocambolesque affaire.

Mbaye Sarr

Un commentaire sur “Hissène Habré : autopsie d’une carrière politique sous les bases de la dictature

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.