fbpx

L’opinion de Khalid Al Walid sur Facebook sur la domination hierarchique

L’opinion de Khalid Al Walid sur Facebook sur la domination hierarchique

As salamou aleykoum wa rahmatoullah ya ikhwan

Il y a un comportement ou encore une habitude très négative qui se produit sur nos terres. C’est une attitude fortement ancrée en nous qui constitue peut être soit le produit d’une méconnaissance de nos valeurs premières, soit d’un phénomène culturel aux antipodes de toutes les religions quelles qu’elles soient en (particulièrement l’islam) dont nous nous réclamons. C’est le refus assumée de la vérité voire de la justice en donnant raison à ceux qui ont foncièrement tort.

En effet, ce n’est que sous nos cieux qu’il est loisible de constater qu’on puisse donner si aisément raison aux offenseurs sous prétexte qu’ils jouissent d’un « avantage » ou d’une « position » liée à leur âge ou leur statut vis à vis de ceux qu’ils ont effectivement offensé. Pour être plus précis, et chacun peut en témoigner, il n’y a que chez nous ou chez ceux qui nous sont culturellement proches que l’on peut observer qu’un aîné puisse allègrement causer du tort à son cadet sans récolter la moindre réprimande.

La même chose se remarque dans les rapports parent et enfant, mari et femme, employeur et employé, serigne et talibé, autorité (administrative ou politique) et citoyen lambda… Bref, dans quasiment tous les rapports où il y a une domination hiérarchique ou une forme de subordination ou de révérence quelconque, notre façon de voir est à l’opposé de tout bon sens.

Pourtant, ce prétendu « droit d’offense » est bien promu par notre culture alors même qu’il est absolument contraire à la religion islamique. Une contradiction totalement inexplicable et impossible à concevoir surtout si l’on sait que le prophète salallahou aleyhi wa salam nous a appris …. Il demeure évident que le prophète salallahou aleyhi wa salam nous aurait informé de l’existence d’une liberté de nuire à son prochain sans risque. Autrement, on serait tenté de soulever une faille dans la loi divine. Or, il n’en est rien car Allah n’accordera jamais le salut aux injustes qui qu’ils soient.

Pourquoi un telle conception perdure-t-elle encore et encore alors que la soumission à Allah exclut tout recours aux usages culturels contraires à Ses injonctions ? Avons-nous une indépendance telle que notre vision si étriquée puisse prévaloir sur les décrets d’Allah et sur toute logique raisonnable ? Notre culture compte-t-elle dans ses usages une seule règle de conduite meilleure que celles qu’Allah et son prophète nous ont enjoint ? Sommes en droit d’accorder la préséance à opinion culturelle sur l’ordre divin.

Cette contribution s’inscrit dans la volonté d’attirer notre attention à tous sur le fait queu’il n’est permis à aucune personne qui se définit comme musulmane d’attenter aux droits et au respect qu’il doit à son frère en religion (peu important son rang, sa classe ou le lien de parenté les unissant) et même aux non-musulmans. Certes aucun texte coranique, aucune source prophétique, aucun savant ni un esprit bien constitué ne saurait concevoir l’offense illégitime. Si un tel argument existait je voudrais bien en avoir la précision. Toutefois, ainsi que je l’ai souligné plus haut, il n’en est rien.

PS : J’ai volontairement fait l’économie des fondements avancés ici pour alléger la longueur du texte et en faciliter la lecture.
Barakallahou fikoum

Khadim Diakhate

Laisser un commentaire