fbpx

« Mon combat, c’est d’être régularisé » : Moussa, cuisinier sans papiers, victime de l’ouverture illégale du restaurant de son patron à Nice

« Mon combat, c’est d’être régularisé » : Moussa, cuisinier sans papiers, victime de l’ouverture illégale du restaurant de son patron à Nice

Installé en France depuis 10 ans, Moussa, ivoirien de 34 ans et sans papiers, a été sommé de quitter le territoire français dans un délai de 30 jours. Cette décision a été prise après que les forces de l’ordre l’aient contrôlé le 27 janvier dernier lors d’un restaurant dans lequel il travaille comme cuisinier.

Moussa aurait voulu continuer à vivre à l’abri des regards « comme je l’ai toujours fait », dit-il. Tentant de gagner sa vie en tant que cuisinier en France, l’Ivoirien se retrouve embarqué malgré lui dans la tourmente.Moussa aurait voulu continuer à vivre à l’abri des regards « comme je l’ai toujours fait », dit-il.

Moussa ne s’imaginait pas sans doute ce qu’il risquait. Trouvé dans la cuisine par les forces de l’ordre, Moussa a été contrôlé, puis placé en rétention avant d’être relaxé avec une obligation de quitter la France. De plus, une interdiction de retour de deux ans dans le territoire français a été ajoutée à la charge par la préfecture des Alpes-Maritimes. « Je risque de tout perdre, mon boulot, mes droits. Et me retrouver à la rue », se confie-t-il au journal le Monde.

Quant au patron du Poppies, il a été arrêté, puis placé en garde à vue pour recours au travail d’un étranger sans papiers et a été « convoqué pour rappel à la loi devant un délégué du procureur », renseigne le procureur de la République de Nice, Xavier Bonhomme.

« S’agissant des infractions susceptibles d’être encore relevées à son encontre à raison de l’ouverture de son établissement en contravention aux règles prescrites dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire, nous sommes dans l’attente des éléments de l’enquête diligentée distinctement par les services de la police nationale et, le cas échéant, de ceux qui résulteront de son audition ultérieure », ajoute le procureur. Une procédure concernant la fermeture de son établissement est en ce moment en cours d’instruction, précise aussi la préfecture.

Hiro

Laisser un commentaire