fbpx

Conférence de presse du 29 avril 2021 : déclaration liminaire

Conférence de presse du 29 avril 2021 : déclaration liminaire

Depuis la nomination de M. Cheikh Omar Anne à la tête du MESRI, le SAES a mis toute son énergie pour contribuer à la définition des priorités du secteur et anticiper la survenue des problèmes.

Malgré l’engagement du Bureau national du SAES, force est de reconnaitre que les résultats attendus ne sont pas au rendez-vous. Nous avons constaté beaucoup d’engagements non respectés notamment sur les budgets et les textes de gouvernance des universités, mais aussi sur les infrastructures.

En dépit de cela, nous avions continué à jouer notre partition pour la stabilité du secteur compte tenu de la situation de pandémie qui sévit dans le monde et particulièrement dans notre pays. Aujourd’hui, il nous semble arriver l’heure de s’arrêter pour ne pas hypothéquer le système.

Quelques illustrations:- en 2019 quand le gouvernement avait décidé d’orienter tous les bacheliers dans les universités publiques, le SAES, dans un élan patriotique, avait décidé d’accompagner la mise en œuvre de cette décision. Nous avions alors financé un atelier qui a regroupé toutes les sections du SAES et qui pendant plusieurs jours a défini les mesures à prendre pour que cette décision soit un succès pour l’enseignement public que nous avons toujours défendu.

Ce document très exhaustif, qui, université par université, a proposé des actions dans le cours, moyen et long terme, a été remis en main propre au cabinet du MESRI. À notre grande surprise, les services du ministère ont adopté pour l’accompagnement de cette décision un programme autre qui, pour nous, ne garantirait pas un résultat positif. Malgré cela, nous avions espéré nous tromper et avions continué à faire des propositions pour corriger le programme arrêté par le ministère.

Nous nous étions même porté garants auprès des camarades afin que les instances pédagogiques acceptent d’augmenter les effectifs des étudiants en attendant que les promesses du Ministre en termes d’augmentation de budget et d’infrastructures soient respectées. Aujourd’hui, les universités ont absorbé tous les bacheliers de 2019 alors que les engagements auxquels il avait volontairement souscrit n’ont jamais été respectés.

Aucune université n’a reçu le budget correspondant aux 200 postes d’enseignants-chercheurs ouverts par le gouvernement. Le nombre de chapiteaux nécessaire pour héberger les bacheliers a été largement sous-évalué et nous avions attiré l’attention du Ministre sur ce manquement. Par exemple à Thiès, en lieu et place des 5 chapiteaux nécessaires le ministère en a construit deux qui n’ont été livrés qu’en septembre 2020 soit presque une année après. Cela a occasionné un énorme retard sur le calendrier académique. C’est le même constat dans toutes les universités où les enseignements/examens de l’année universitaire 2019-2020 sont encore en cours en avril 2021.

Comment comprendre qu’aucune mesure d’accompagnement en infrastructures et en budgets ne soit prévue pour l’absorption des bacheliers de 2020 qui sont au nombre de 72 295 contre 56 030 en 2019? Malgré nos nombreuses alertes depuis l’annonce des résultats du BAC de 2020, rien n’est fait. Si on ajoute à cela une orientation des bacheliers qui est faite en violation du décret 2016-1805 depuis plusieurs années, il n’est donc pas étonnant que les universités peinent à accueillir les bacheliers de 2020. Malheureusement, le pire est à venir avec l’organisation du BAC de 2021 dans trois mois avec près de 157312 candidats soit une augmentation d’environ 2203 candidats par rapport à 2020.

– Chaque fois qu’il y a eu des difficultés dans les universités, le Secrétaire général du SAES s’est personnellement impliqué en jouant aux bons offices et faisant tout pour que le MESRI reçoive les protagonistes et discute avec eux. Malheureusement tous les engagements qu’il prend ne sont pas suivis d’exécution. C’est le cas des universités Assane Seck de Ziguinchor, Alioune Diop de Bambey, Iba Der Thiam de Thiès mais aussi de l’Université virtuelle du Sénégal;

– Concernant les textes de gouvernance des universités, depuis avril 2020, soit une année entière, aucun texte n’est pris; – Pour ce qui est de la recherche, aucune avancée même si après avoir beaucoup insisté il a fini par mettre en place une commission mixte MESRI-SAES pour travailler sur des textes. Après sept rencontres (près de deux mois de travail), aucune évaluation ni de restitution. Toujours dans sa stratégie de dilatoire;

– Campusen, le système national d’orientation est très nébuleux, il semblerait que ce soit un Mauritanien qui, depuis la France oriente nos bacheliers. Quelle honte ! Il avait été convenu avec le Ministre un audit et une refonte de la plateforme. Depuis des années, c’est aussi le dilatoire. C’est à croire que le ministère ne s’intéresse à la plateforme que lorsqu’il s’agit d’orienter les bacheliers;- les enjeux de l’enseignement bimodal ne sont pas bien cernés par le ministère. Il n’y a aucune vision ni une anticipation sur les questions qui seront posées. A la place nous constatons un pilotage à vue avec des annonces très médiatisées :- Nous regrettons une trop grande immixtion du MESRI dans l’autonomie des universités ; ce qui est inacceptable :

– Depuis quelques temps, il nous revient des velléités d’accaparement du patrimoine foncier de l’UCAD. Nous n’accepterons jamais que le patrimoine foncier de l’UCAD soit spolié ou bradé.Voilà autant de questions qui vont nous mobiliser les semaines à venir.

Vive le SAES!

Vive l’Enseignement Supérieur ! »

Khadim Diakhate

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.