fbpx

Russie : la condamnation d’Alexeï Navalny provoque un tollé occidental

Russie : la condamnation d’Alexeï Navalny provoque un tollé occidental

Suite à la condamnation d’Alexeï Navaldy à trois ans et demi d’emprisonnement par la justice russe, de nombreux pays occidentaux ont manifesté leur déception. Une condamnation jugée politique par les États-Unis, la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni, qui exigent sa libération. De son côté, Moscou dénonce une ingérence.

Le chef de la diplomatie américaine a été l’un des premiers à prendre la parole mardi pour exprimer sa « profonde préoccupation » après la condamnation de l’opposant russe Alexeï Navalny, tout en exigeant sa libération « immédiatement et sans conditions ». « Tout en travaillant avec la Russie pour défendre les intérêts des États-Unis, nous allons nous coordonner étroitement avec nos alliés et partenaires afin que la Russie rende des comptes pour n’avoir pas respecté les droits de ses citoyens », a menacé le diplomate américain dans un communiqué.

L’Union européenne n’a pas tardé à réagir aussi. À travers son chef de la diplomatie, Josep Borell, l’Union européenne estime que « la condamnation d’Alexeï Navalny va à l’encontre des engagements internationaux de la Russie en matière d’État de droit et de libertés fondamentales ». « Je réclame sa libération immédiate », a écrit le diplomate sur son compte Twitter.

Pour Macron, c’est « inacceptable ». « Un désaccord politique n’est jamais un crime. Nous appelons à sa libération immédiate. Le respect des droits humains comme celui de la liberté démocratique ne sont pas négociables », a réagi le président français.

« Le verdict d’aujourd’hui contre Alexeï Navalny est un coup sévère contre les libertés fondamentales et l’État de droit en Russie », a dénoncé le ministre allemand des Affaires étrangère Heiko Maas dans un tweet.

Le chef de la diplomatie britannique Dominic Raab quant à lui, affirme dans un communiqué que la décision rendue par la justice russe est « perverse ». Selon lui, le verdict montre clairement que la Russie ne remplit pas les « engagements les plus élémentaires attendus de la part de tout membre responsable de la communauté internationale ».

Moscou dénonce une « ingérence »

De l’autre côté, le ministère russe des affaires étrangères a répliqué en dénonçant une « ingérence » des États qui réclament la libération de Navady qu’il accuse d’être « déconnectées de la réalité ». « Il n’y a aucune raison de s’ingérer dans les affaires d’un État souverain. Nous recommandons que chacun s’occupe de ses propres problèmes », a ajouté Maria Zakharova, lors d’une interview au média RBK.

Gallaye Camara

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.