fbpx

Birmanie : des appels à la désobéissance civile après le coup d’État

Birmanie : des appels à la désobéissance civile après le coup d’État

En Birmanie, un mouvement de révolte commence à émerger après le coup d’État militaire. Bien qu’il n’y ait pas encore de grandes manifestations dans les rues, le mouvement prend de plus d’ampleur sur les réseaux sociaux. Les membres y expriment pacifiquement leur opposition au régime militaire.

Le mouvement a été initié mardi par les médecins et les infirmières du secteur public. Ils annoncent à partir de ce mercredi une grève en guise de contestation de la prise de pouvoir par l’armée. Le mouvement a reçu l’approbation du personnel d’une quarantaine d’hôpitaux, notamment dans les villes de Rangou, Naypyidaw et Mandalay.

Par ailleurs, un mot d’ordre a été lancé à la population. Sur le réseau social Facebook, un groupe intitulé « le mouvement de désobéissance civile » a été créé et comptait déjà près de 150 000 membres mercredi matin. Ce rituel, souvent utilisé en Birmanie pour chasser les démons, est destiné cette fois-ci à protester contre le gouvernement militaire.

Alors que le pays fait face à la pandémie de la Covid-19, la grève des médecins pourrait avoir des conséquences considérables. Néanmoins, l’armée bénéficie aussi d’un réseau solide d’hôpitaux militaires. Les initiateurs du mouvement de désobéissance civile espèrent donc que d’autres secteurs rejoignent leur combat.

Gallaye Camara

Laisser un commentaire