fbpx

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa s’attaque aux pays riches qui s’emparent des vaccins contre le Covid-19.

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa s’attaque aux pays riches qui s’emparent des vaccins contre le Covid-19.

A la tête du pays le plus touché par l’épidémie de la Covid-19 en Afrique avec plus d’1,4 million de cas et 41 000 décès, Cyril Ramaphosa a profité du Forum économique mondial de Davos, pour fustiger l’attitude nationaliste des pays riches, dans l’acquisition du vaccin anti-covid.

« Les pays riches de ce monde ont acheté de très grandes quantités de vaccins. Certains, quatre fois plus que ce dont ils ont besoin », s’est navré le président sud-africain.

Son pays, l’Afrique du Sud attend toujours ses premières doses de vaccins pendant qu’une grande partie des pays a déjà entamé les campagnes de vaccination.

Le président sud-africain a néanmoins commandé 1,5 de doses de vaccins à un laboratoire indien. Ces doses, qui doivent être livrées dans les prochains jours, devraient pouvoir vacciner une partie des professionnels de la santé.

Selon Cyril Ramaphosa, l’accès aux vaccins doit être équitable. « Nous leur disons : « mettez à disposition les doses excédentaires que vous avez commandées et mises de côté. Il n’y a absolument aucune raison pour qu’un pays de 40 millions d’habitants achètent 120 millions de doses. Cela se fait au détriment de certains pays qui en ont le plus besoin ». »

En lançant cet appel, le dirigeant sud-africain va dans le même sens que l’OMS, qui, à travers son directeur, appelle les pays riches à éviter de « couper la file » et de permettre aux pays pauvres de bénéficier de leurs doses excédentaires à travers le mécanisme Covax.

Ce dispositif mis en place par l’OMS, permettra de vacciner 20% des africains d’ici la fin de l’année.

Gallaye Camara

Laisser un commentaire