fbpx

France – Afrique : Macron dit vouloir venir en aide les économies africaines

France – Afrique : Macron dit vouloir venir en aide les économies africaines

Plusieurs chefs d’États sahéliens étaient invités au sommet sur le financement des économies africaines, ce 18 mai, à l’hôtel The Peninsula Paris. à Paris où ils ont retrouvé leurs homologues à l’Élysée.Roch Marc Christian Kaboré, Bah N’Daw, Mohamed Ould Ghazouani et Mohamed Bazoum se sont retrouvés avec leurs ministres des Affaires étrangères, le Côté Tchad, le Premier ministre Albert Pahimi Padacké était présent.

C’est la première rencontre des présidents du G5 Sahel depuis leur réunion informelle en marge des obsèques d’Idriss Déby Itno, le 23 avril.

La pandémie de Covid-19 a plongé le continent noir dans une situation financière assez délicate. Les pays africains ont besoin de financer leur relance, mais contrairement aux grandes puissances, ils n’ont pas les mêmes capacités.

Le sommet de Paris consacré à la relance de ces fragiles économies, à la question de leur dette et à la crise sanitaire s’est achevé ce mardi dans la soirée.Peu avant 20h30 heure de Paris, le président français Emmanuel Macron a ouvert les hostilités.

Il est revenu sur les objectifs de ce sommet : apporter des réponses de court terme et lancer des dynamiques pour lancer le « New Deal » pour l’Afrique. L’ambition était de récolter 100 milliards de dollars, il promet d’y parvenir. « Nous avons réussi à avancer », a insisté Emmanuel Macron même s’il reconnaît que tout ne peut être changé en un jour.

Le sommet a confirmé l’émission de droits de tirage spéciaux, les fameux DTS, à hauteur de 33 milliards de dollars pour l’Afrique dont 24 milliards pour l’Afrique subsaharienne. « C’est trop peu » et tous les participants sont d’accord sur ce constat. « L’Afrique ne restera pas à 33 milliards puisque plusieurs pays dont la France se sont engagés à réallouer leurs de droits de tirages spéciaux. Ce que nous avons dit c’est si les autres pays suivent ce que nous sommes prêts à faire, alors ça représentera 100 milliards de DTS. ».

D’autres présidents africains ont pris la et ont profité de l’occasion pour évoquer la question de la dette. « Nous avons également parlé de l’annulation ou de la restructuration de la dette. Cela dépendra, évidemment je comprends bien, de l’attitude des bailleurs.

Nous avons réussi à mettre ensemble grâce à cette conférence donc les États-Unis, la Chine et l’Union européenne qui sont tous d’accord à ce sujet de regarder dans quel sens nous pourrons obtenir cela », a indiqué Félix Tshisekedi, le président en exercice de l’Union africaine.

Khadim Diakhate

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.