fbpx

CHRONIQUE | Une Société si vile ! C’est temps pile ou tant pis ?

CHRONIQUE | Une Société si vile ! C’est temps pile ou tant pis ?

Ça donne des coups, alors que le coup du maître est déjà parti, mais c’est tant pis. Ça part dans tous les sens, mais bon c’est tant pis. On parle peu de ce qui doit être dit, là aussi c’est tant pis. On viole, on rigole et on s’exempt de nos rôles, mais là encore c’est tant pis. Le tir prend le dissus sur le tri moral et social qui nous sont impartis. Les parties prises dans les partis brisent la répartie qu’il fallait, à chaque fois qu’on faisait appel à elles. Qui est le fautif ? Qui est le plaintif ? Qui surtout est oisif et furtif quand il ne le faut pas ?

Faux pas, nous dirons, on a glissé au moment où il ne fallait pas. Jouer, je pense à Jacky Rapon, ce n’est pas le pont de la route de la soie mais le don de soi. Le ton cette fois, doit être différent. Un peu plus certainement, car la fraude est visible, la mode du moment est plus que terrible. Des cœurs déchirés, des hauts et des bas maux, des failles basses dans toutes les sphères de notre société. Pourtant on a parlé, pourtant on a chanté, pourtant on a crié mais toujours dans le bruit de celui qui n’écoute pas réside un silence qui ne dit pas son non. Le viol devient un mâle affamé, un mal à blâmer, difficile de vivre en paix alors qu’on est guère dans les dispositions, la guerre des positions prend petit à petit le dessus, dommage. L’âge est une belle excuse pour semer la terreur mais la rage ressentie doit être telle une muse, difficile de pouvoir y résister. Soyons plus regardant pour être regardé, plus motivant pour être motivé, plus dominant pour ne pas être dominé. C’est ça la clé, dans les deux sens, ça doit être ouvert. On est tous issu des issues de secours certes mais n’empêche que dans le danger qu’on puisse prétendre à changer dans le même sens. Tristesse et maladresse, on ne sait même plus c’est quoi la bonne adresse, puisqu’on dresse sans cesse des caisses contre nous, des scènes de liesse contre tout ce qui nous est donné. Au même moment, des données sont en l’air, des dignités sont en mer, noyées dans la marre qui nous perd dans le sec. Qui nous plonge sans qu’on ne le sache mais ce qui est sûr c’est tantôt le temps du rebond, sinon c’est tant pis.

On le veut, on le peut, mettons y les moyens. Arrêtons de faire les voient-rien, on vaut quelque chose, il suffit juste d’une pause pour remettre les pendules sans la peur et d’éviter de d’être le crédule à cette heure.

Mamadou Kane

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.