fbpx

CHRONIQUE | Briser les Con-sciences : Bah on s’en fétiche

CHRONIQUE | Briser les Con-sciences : Bah on s’en fétiche

On est inondé jusqu’aux coups de ruses de tous ces crabes qui reculent et refusent d’admettre qu’ils sont les maitres de cette noyade annoncée et dénoncée de fond en comble par une infime partie de la société. La partie part sans fouille dans tous les sens. Les prismes perdent de la couleur et de l’honneur de leur patrie et de leur parti. Les hommes, rien à dire, c’est perdu quand on avance un peu plus dans ce qu’ils sont au fond. Le comble, ils te diront que le meilleur reste à venir. L’avenir, lui, ne reste pas les bras brisés. Sommes-nous sous le bras de mer ou sous le mal de l’ère ?

Les vagues et les brises de mer du soir nous mènent souvent à des inspirations pour des conspirations sous la respiration accompagnée d’une bonne dose de transpiration de partout. Surtout que des bêtises s’en suivent et nous poursuivent dans nos vies. L’envie, encore et toujours de faire du tort sans détour, quelle indignation ! Mais de ça, sans le savoir, c’est la nation se désintègre en rupture. Nous laissons la passion du nègre se cultiver dans des champs de canailles où les batailles se font dans la barbarie intellectuelle. Seex Anta, tu as ta réponse, désormais, tu peux te reposer, mais ne t’attends pas à des civilités. Ton peuple est surpeuplé de faux misant sur un taux assez élevé d’âmes englouties dans la fausseté. Mais c’est licite et ça joue, les fautes ne seront sifflées que quand les ambulances seront en alerte d’urgence. Et malheureusement, on ne pense plus, on dépense sans réfléchir, on danse plus qu’on ne mette en avant le bon sens. Nous sommes dans le mauvais sens de la marche de l’humanité. Des fentes, des pentes de tout bord, la chute due à des juntes de bêtes de mer. L’envie amère de voir du sang reste sans issue et rien ne demeure au-dessus pour dire stop. Des cœurs en globe de pierre causant des chœurs de fous. Dans ce Senrégal, l’assouvissement de la connerie est très égal à une succession de sottises. Il fait rire en mal, fait dire du mal, fait faire du mal, fait croire que la malle à dérapages est infidèle à la société. Mais non ! Nous vivons dans la maison de la cupidité, les chambres ne sont pas à l’ère du temps et le bras de fer entre l’inconscience et ces cons sans méfiance qui pensent détenir la science. On chambre, mais on sombre sans le savoir, des timbrés dont le nombre augmente loin de l’ombre. Il ne fallait pas jouer, fallait pas, fallait pas se rester attirer dans les filets. Le poisson a mordu le poison. Ils n’ont pas péché à la moisson. Mais la cloison ne tiendra pas longtemps dans ce navire qui chavire petit à petit et qui vire à la débauche. On est fauché dans nos tares. Il est tard et on souffre, on s’engouffre davantage dans les ténèbres. Mais bon, on s’en fétiche.

Mamadou Kane

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.