fbpx

Covid-19 : les médecins, premiers à refuser le vaccin au Mali

Covid-19 : les médecins, premiers à refuser le vaccin au Mali

Au Mali, la campagne nationale de vaccination contre le coronavirus a débuté le 31 mars dernier. Malgré l’acte du ministre de la Santé de l’époque, Dr Fanta Siby, de prendre la première dose du vaccin pour montrer le bon exemple, le bilan reste très faible.

Alors que la ministre avait prédit qu’au moins 150 milles personnes devraient être vaccinées dont des agents socio-sanitaires, des personnes âgées de 60 ans et plus et des personnes vivant avec une comorbidité, cette campagne a échoué face à la réticence des populations et plus particulièrement des professionnels de santé. Ces derniers sont accusés par le ministère de la Santé d’être à l’origine de la faible participation des Maliens à la campagne de vaccination.

« Ce sont les médecins eux-mêmes qui constituent le principal facteur qui empêche la campagne de décoller. Certains d’entre eux vaccinent les populations et refusent de l’être eux-mêmes et les citoyens sont au courant de cela », a dénoncé Seydou Baba Traoré, directeur du Centre national d’information, d’éducation et de communication pour la santé (CNIECS), structure en charge de la communication et de la sensibilisation sur la vaccination.

Selon lui, il y a eu des « discussions houleuses » avec le Conseil national de l’Ordre des médecins, « mais rien n’a changé ».

De l’autre côté, certains professionnels de la santé ne se cachent pas quand il s’agit de dévoiler leur refus de se vacciner. C’est par exemple le cas du Dr Modibo Doumbia,
président du Conseil régional de l’ordre des médecins du district de Bamako, qui a publié sur sa page Facebook le 1er avril 2021, soit 24 heures après le lancement de la campagne de vaccination : « j’attends le vaccin russe ».

Interpellé par les médias, le médecin campe sur sa position et se justifie : « quand nous avons reçu les premières doses de vaccin, nous avons pris du retard pour démarrer la campagne de vaccination et les conditions de conservation des doses n’étaient pas rassurantes ». Il ajoute qu’au regard de toutes les polémiques « au sujet du vaccin AstraZeneca », il préfère jouer la carte de la prudence et « observer d’abord ».

La même réticence est observée dans le plus grand centre de traitement de Covid-19 au Mali. En effet, les médecins de l’hôpital de Point G disent niet au vaccin AstraZeneca. « Je ne me ferai pas vacciner. C’est une décision que j’ai prise depuis bien avant le début de la vaccination. Je n’ai pas confiance à l’AstraZeneca. Je me contenterai des gestes barrières pour me protéger contre la maladie », confie un médecin en service dans cet établissement sanitaire.

Hiro

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.