fbpx

Pass sanitaire : Macky Sall veut-il imposer la vaccination aux Sénégalais ?

Pass sanitaire : Macky Sall veut-il imposer la vaccination aux Sénégalais ?

Le Président sénégalais Macky Sall vise l’obligation du pass sanitaire pour renforcer la lutte sanitaire. Une offensive qui obéirait en partie au besoin de rentabiliser des investissements, dont la construction d’une usine de vaccins ARN messager par BioNTech au Sénégal si l’on croit au site internet Sputnik.


Les Sénégalais vont devoir peut-être, très bientôt, présenter un pass sanitaire avant d’accéder à certains services et établissements publics. Cette perspective, peut-être pas très lointaine, a été brandie le 30 octobre par le Président Macky Sall lors de la pose de la première pierre du Centre national d’oncologie de Diamniadio, à une trentaine de kilomètres de Dakar).


« Il faut que les gens aillent se faire vacciner, car les vaccins sont là. J’ai dit au ministre de la Santé qu’il faut que l’on commence à [organiser, ndlr] l’accès à certains services publics pour ne pas porter tort aux autres. Que ce soit dans les universités ou d’autres services, dans les stades, les lieux de culte, les marchés, etc., je demande au CNGE [Comité national de gestion des épidémies, ndlr] de nous faire des propositions dans ce sens. Il n’est pas normal que l’État ait fait tout son possible pour obtenir des vaccins et que les gens refusent de se faire vacciner à partir de préjugés qui ne tiennent sur rien de scientifique. C’est inadmissible », a souligné Macky Sall.

Dans le style martial qui est le sien en certaines occasions, le Président sénégalais a indiqué que, « dans d’autres pays, développés notamment, les victimes du Covid-19 sont ceux qui ont refusé la vaccination ». À cet effet, il a donné instruction aux autorités compétentes de « relancer le programme de vaccination » contre le virus au Sénégal à travers « des mécanismes » efficaces et opérationnels.


« Malheureusement, le Covid-19 ne nous quittera pas. Il est là dans la durée, comme une endémie, à l’instar d’autres maladies comme le paludisme. [Mais, ndlr] il disparaîtra des pays où les gens acceptent la vaccination. »

Khadim Diakhate

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.