fbpx

Concert de casseroles : le mot d’ordre suivi presque partout à Dakar

Concert de casseroles : le mot d’ordre suivi presque partout à Dakar

Le concert de casseroles et de klaxons ayant rythmé le pays, mercredi soir, à l’appel de la coalition de l’opposition Yewwi askan wi, en guise de protestation contre le processus électoral et la réaffirmation par le chef de l’Etat de la tenue le 31 juillet prochain des élections législatives.

Le « Pari gagné pour Ousmane Sonko et Yewwi askan wi », peut-on lire dans la une du quotidien l’info.

Un peu partout à Dakar et dans les régions, les populations ont participé au concert de casseroles et de klaxons, profitant de l’occasion pour dénoncer la vie chère, le chômage, les violations des libertés….’’.

Les Sénégalais se sont défoulés au son de casseroles et de klaxons. Ousmane Sonko, ’’le chef d’orchestre a donné le ton devant son domicile’’, écrit Vox pop, relevant que : ’’aussi bien dans les différentes localités de Dakar que dans les régions, les manifestants ont assuré’’.

Ils ont été nombreux hier, les Sénégalais qui ont voulu se faire entendre à travers un concert de casseroles et de klaxons retentissant dans certaines rues de Dakar, comme l’a demandé le leader du Pastef, Ousmane Sonko.

Dans un commentaire, le journal Enquête écrit : ’’(…) Le concept est intéressant. Car non seulement, des citoyens mécontents ont pu exprimer leur colère, mais sans casser aucun commerce, bloquer aucune école et empêcher la circulation’’.

’’Ainsi doivent se passer les choses. Le principe de la manifestation est un acquis démocratique que personne ne saurait contester. Dans toutes les démocraties du monde, cela ne se discute point. Et le Sénégal, petit pays de par sa superficie et son économie, mais grand et respectacle sous le rapport de son génie politique, peut bien continuer à rayonner en sauvegardant certains acquis’’, selon toujours EnQuête.

Ce concert de casseroles et de klaxons est-il ’’un aveu d’impuissance ou un échec de la résistance’’, s’interroge le quotidien titre Kritik.

Le journal estime en effet que ’’Ousmane Sonko, comme ses pairs de l’opposition savent que pour alterner le régime de Macky Sall, il faut être plus concret, beaucoup plus engagé (…)’’.

’’Pour quelqu’un qui était parvenu à travers ses bravades à installer la peur du côté du pouvoir, c’est une reculade (….)’’, analyse Kritik.

Alors que Yewwi askan wi organise son concert de casseroles et klaxon, Macky Sall est ’’sur son 31’’, selon le quotidien Bës Bi Le Jour.

’’Durant un quart d’heure, les casseroles ont rebattu les oreilles des Dakarois hier. L’appel lancé par Ousmane Sonko à ses militants et aux Sénégalais de faire un concert de casseroles a été suivi dans beaucoup de quartiers de Dakar et dans d’autres régions. Les vuvuzelas n’étaient pas audibles’’, écrit le journal.

Khadim Diakhate

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.