fbpx

Chronique | Conflit israélo-palestinien : un embarras diplomatique pour le Sénégal

Chronique | Conflit israélo-palestinien : un embarras diplomatique pour le Sénégal

Dans un message télévisé adressé aux musulmans et aux chrétiens à l’occasion de la célébration concomitante de la fin du Ramadan et de l’Ascension, le président sénégalais Macky Sall, a lancé « un appel pour une désescalade, afin que la paix revienne et que les discussions saines et sereines puissent être engagées entre ces deux communautés dans le respect du droit international ».

Le Sénégal avait-il un autre choix que celui-ci ?

Devrait-il soutenir ouvertement les Palestiniens sous prétexte que c’est un pays ouest-africain musulman à près de 95 % et soutien historique des Palestiniens ?

Ou bien devrait-il maintenir ses relations diplomatiques avec Israël qui date depuis 1960 ?

Quoi qu’il en soit le président semble pris la bonne décision.

Outre la présidence du Comité pour les droits inaliénables du peuple palestinien, « Israël est également un partenaire. Nous l’invitons à tenir compte de la situation et à agir dans le sens de l’apaisement », a-t-il dit.

Ah oui nous avons intérêt à conserver nos relations diplomatiques avec Israël.

Rappelez-vous Israël a été le quatrième pays au monde à reconnaitre le nouvel État sénégalais juste après l’accession à l’indépendance du Sénégal en 1960.

Une telle reconnaissance valait son pesant d’or dans le contexte des velléités du Mali à s’opposer à la proclamation de l’indépendance du Sénégal, au nom de la préservation de la Fédération du même nom qui unissait les deux pays.

L’occupation de Jérusalem-Est par les Hébreux, qui abrite la mosquée Al Qodds va installer un climat de « tension » entre le Sénégal et Israël. Cette haine a été influencée par la guerre des six jours (1967).

En octobre 1973, la guerre du Kippour vient evenimer les relations diplomatiques déjà « tendues » .

Des unités de l’armée israélienne le Tsahal franchissent le canal de Suez, et occupent le Sinaï, une terre égyptienne et…africaine. Cela va entraîner la rupture des relations diplomatiques entre Israël et la quasi-totalité des pays africains. Ces derniers étaient dans l’obligation d’obéir à une résolution de l’Organisation de l’unité africaine (OUA), et étaient décidés à marquer leur solidarité avec l’Égypte.

Le Sénégal est également membre du Comité Al Qodds créé en juin 1975 par l’Organisation de la conférence islamique. La mission de cette structure est de veiller sur la délicate situation de Jérusalem-Est, cible d’une politique de colonisation, qui abrite la troisième mosquée la plus sainte en Islam et où les Palestiniens voudraient établir la capitale de leur État.

En 2015, Israël rappelle son ambassadeur à Dakar pour consultation. Cette décision a été prise par l’État hébreu suite au vote du Sénégal au conseil de l’ONU d’une résolution demandant l’arrêt de la colonisation israélienne dans les Territoires palestiniens.

La visite de Mankeur Ndiaye, ministre sénégalais des Affaires étrangères à l’époque, en israël a été annulée.

Sont aussi annulées les lettres de créances de l’ambassadeur sénégalais en Israël, dont la résidence se trouve au Caire.

Une grosse brouille diplomatique !

Dans un communiqué publié par le gouvernement, le Sénégal « condamne le recours à la violence sous toutes ses formes » entre Israël et les Palestiniens, et « réitère son attachement à l’avènement d’un Etat palestinien viable coexistant avec l’Etat d’Israël ».

Jolie intervention de sa part pour un homme politique qui a la propension à tenir des discours défectueux, imparfaits et souvent lamentables.

En 1980, le Sénégal éleve la représentation de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) au rang d’ambassade.

Par conséquent, le Sénégal figure parmi les premiers pays à reconnaître l’État palestinien proclamé par le Conseil national palestinien à Alger en novembre 1988.

Un autre élément qui agrémenterait les relations diplomatiques avec la Palestine, les confréries religieuses soufies du pays.

Dans chaque confrérie il y a une panoplie d’érudits et de savants qui portent dans leurs cœurs la Palestine pour des raisons religieuses et, ne manquent pas occasionnellement de condamner Israël.

Les Hébreux ont d’innombrables fois voulu créer un sentiment pro-israélien ancré dans l’opinion sénégalaise, mais c’était sans compter « l’opinion religieuse » et le refus d’aménager une ambassade à Tel-Aviv par le gouvernement sénégalais.

Au-delà de « l’opinion religieuse », la société civile a joué un rôle prépondérant sur la cause palestinienne au Sénégal.

En janvier 2017, des associations ont appelé à un plus grand soutien de la cause palestinienne.

Au Sénégal, les marabouts sont en quelque sorte au dessus de l’exécutif (sur certaines décisions bien sûr) et les médias.

Soulever certaines questions équivaudrait à déranger des habitudes qui, à force d’être cultivées dans le temps, sont devenues des héritages culturels, fortement défendus par des franges importantes de la population.

Souvenez-vous ? En 1994, l’année où les journalistes du Témoin ont été victimes de la furie du marabout des layennes (…).

L’appellation « marabouts mondains » est utilisée dans le bulletin du Codesria (1993 : 5) pour distinguer
le terme « masla » qui est une expression wolof désignant une attitude générale dans la société sénégalaise.

Pour avoir, depuis longtemps, minimisé l’importance de ces questions, la presse sénégalaise s’expose en permanence au harcèlement psychologique et même physique des marabouts. Du reste, ces derniers disposent d’une police parallèle constituée de quelques-uns de leurs disciples qu’ils mettent en état d’agir chaque fois que leur susceptibilité est atteinte par un article ou un reportage radiophonique.

Juste pour vous montrer le poids des religieux au Sénégal.
Quiquonque ose être en déphasage avec ces érudits risque de finir comme Atlas, un des Titans hésiodiques du mythe fondateur de la mythologie grecque et de la Grèce antique.

Ces érudits sont tous pour la cause palestinienne. Ce qui pousse le Sénégal a revoir ses relations diplomatiques avec la Palestine même si ce n’est pas un pays musulman qui applique la Charia comme l’Arabie Saoudite et les autres pays asiatiques.

Des figures religieuses considérées comme des châtelains dans leurs confréries respectivement, ont toujours appelé à la « deséscalade » et ont prôné la paix en Palestine.
Parmi ces prêcheurs ont peux citer Serigne Ahmadou Rafahi Mbacké, Serigne Bassirou Khelcom, Serigne Moustapha Sy Al Maktoum, Mouhamadoul Al Amine Niasse dit Baba Lamine …

Khadim Diakhate

Un commentaire sur “Chronique | Conflit israélo-palestinien : un embarras diplomatique pour le Sénégal

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.