fbpx

Les lutteurs n’ont plus le droit à une préparation mystique dépassant la demi-heure (CNG)

Les lutteurs n’ont plus le droit à une préparation mystique dépassant la demi-heure (CNG)

Le Comité national de gestion de lutte (CNG) a pris de nouvelles mesures pour faire respecter le temps dans les galas de lutte. Les lutteurs qui dépasseront la demi-heure de préparation de préparation au-delà de la sanction financière encourent des suspensions allant de 6 mois à 3 ans ferme.

 

Dans un document rendu publique, le CNG interpelle les acteurs de la lutte au respect des règles édictées par du chronogramme d’un gala de lutte dument établi comme constitutif d’une grave atteinte de l’autorité de lutte.

 

Au-delà de l’aspect financier, l’instance faitière de la lutte prévoit des suspensions allant jusqu’à 3 ans ferme. Les lutteurs n’ont plus le droit à une préparation mystique dépassant la demi-heure.

 

« Tout lutteur qui aura dépassé son temps de préparation après 10 minutes autorisées pour le grand combat, paiera sur son reliquat 10.000 FCFA par minutes pour les premières 10 minutes, 20.000 FCFA par minute à partir de la 11ème minute et 30.000 FCFA à partir de la 21ème minute. Les pénalités financières s’arrêtent à la 30ème minute. Au-delà des 30 minutes supplémentaires, le lutteur concerné écopera d’une suspension d’office allant de 6 mois à 3 ans ferme », a averti Bira Sène, président du CNG.

 

D’autres sanctions prévues

 

Le Comité national de gestion de lutte (CNG) est revenu sur la durée des combats de lutte lors d’un gala qui devrait s’arrêter au plus tard à 19h30.

 

« La durée du grand combat de lutte avec frappe est de 2 fois 10 minutes avec une pause de 3 minutes et au besoin une prolongation de 5 minutes. La durée d’un combat préliminaire est de 2 fois 5 minutes avec une pause de 2 minutes et au besoin une prolongation de 3 minutes. Entre deux combats préliminaires, est prévu un intermède de 5 minutes et pour le grand combat 10 minutes », précise le CNG.

 

Qui ajoute : « Les lutteurs devront procéder à leur chorégraphie dès leur arrivée. Les combats préliminaires démarrent à 16h15 et le grand combat est sifflé à 19h00. Une plage horaire et un espace seront réservés pour recevoir les parrains de la journée ».

 

Bira Sène invite les acteurs de la lutte au strict respect des heures prévues pour la tenue des spectacles de lutte qui ne peuvent plus démarrer avec le retard ou aller au-delà de minuit.

 

Sur un autre registre, le CNG rappelle qu’une cérémonie de face à face, aucun lutteur, sous aucun prétexte, n’a le droit de toucher son adversaire. Les contrevenants risquent de lourdes peines de suspensions.

 

« Tout contrevenant à la présente mesure est passible d’une sanction pouvant aller jusqu’à 5 ans de suspension ferme », menace le Comité national de gestion de lutte.

Khadim Diakhate

Laisser un commentaire