fbpx

Menaces de terrorisme sur ses frontières : le Sénégal redoute la contagion djihadiste

Menaces de terrorisme sur ses frontières : le Sénégal redoute la contagion djihadiste

Quatre hommes ont été arrêtés fin janvier dans la ville frontalière de Kidira, dans l’est du pays, et ont été écroués à Dakar le 10 février. Ils sont accusés d’ « association de malfaiteurs » et d’ « actes d’appui au terrorisme ». Après que des images de propagande djihadiste ont été retrouvées dans leurs téléphones portables. L’un d’entre avait en sa possession un numéro de téléphone qui figurerait également dans un groupe WhatsApp lié à la Katiba Macina d’Amadou Koufa, l’une des principales composantes du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), affiliée à Al-Qaida au Sahel. À la présidence, l’affaire est néanmoins prise très au sérieux. Macky Sall n’a pas hésité à lier ces arrestations au potentiel risque terroriste dans son pays. « Nous craignons une contagion, car leur objectif est d’atteindre la côte Atlantique. Le Sénégal et les pays côtiers sont les derniers remparts, il faut nous préparer à rentrer dans la bataille », a souligné le chef de l’Etat dans une interview à RFI le 23 février.

Le risque d’attaques a encore augmenté ces derniers mois. À en croire un rapport du Conseil de sécurité des Nations unies du 3 février, « des éléments du GSIM, soutenus par des influenceurs islamistes radicaux, ont envahi le Sénégal le long de la route de Kayes à Kaffrine » et gagné du terrain dans l’est du pays. Repoussés par l’offensive des soldats français de l’opération « Barkhane » et de la Force conjointe des pays du G5 Sahel, « les groupes armés risquent de se disperser et donc de faire pression sur les frontières sénégalaises », souligne Khalifa Diop, géographe spécialiste de la sécurité au Sahel. En outre, « Dakar abrite beaucoup de sièges d’organismes internationaux et pourrait devenir une cible de choix pour des terroristes qui veulent effectuer des représailles », estime le chercheur.

Khadim Diakhate

Laisser un commentaire