fbpx

Exigences des avocats de Sonko : Moustapha Diakhaté réagit et critique

Exigences des avocats de Sonko : Moustapha Diakhaté réagit et critique

Après la lettre de revendications des avocats de Sonko adressée au président de l’Assemblée nationale, l’ex président du groupe parlementaire de Benno Bokk Yakkar (Bby) n’a pas tardé à réagir.

Me Bamba Cissé et ses collègues ont adressé une lettre à Moustapha Niass pour lui faire part de leur exigence avant toute levée de l’immunité parlementaire du député Sonko. Chose qui n’a pas été du goût de Moustapha Diakhaté, qui juge cette tentative inacceptable. Selon lui, les avocats de Sonko font fausse route et doivent plus de considération à l’institution parlementaire.

“La saisine des avocats du président Ousmane Sonko au président de l’Assemblée nationale est inacceptable. Ils ont fait fausse route et ils doivent comprendre que l’Assemblée nationale est une institution de la République. Une institution qui n’est pas un tribunal. La commission ad hoc qui va se charger d’étudier la demande de levée de l’immunité parlementaire de Ousmane Sonko n’est pas un tribunal. S’ils veulent plaider, ils n’ont qu’à attendre la justice. Mais je crois cette lettre là est inacceptable“, s’est exprimé Moustapha Diakhaté sur RFM.

Ousmane Sonko seul concerné

L’ancien président du groupe parlementaire BBY estime par ailleurs que l’unique personne que les parlementaires peuvent entendre « aujourd’hui », c’est le concerné, Ousmane Sonko, qui « ne peut être assisté », selon lui, « que par un député ». Donc, les avocats de Sonko ne doivent pas intervenir pour le moment. “Ça, ils doivent le comprendre. S’ils ne le comprennent pas, je vais le leur dire. C’est inacceptable !“, a insisté M. Diakhaté.

Le leader du mouvement Manko Taxawu Sunu Apr invite Monsieur Ousmane Sonko, en tant que député du peuple, à rappeler ses avocats à respecter l’institution parlementaire. “Si j’étais à sa place (Ndlr : Moustapha Niass), celui qui vient m’amener la lettre, je ne le reçois pas parce qu’ils n’ont pas à lui écrire.“, martèle-t-il.

Principe de séparation des pouvoirs

Selon M. Diakhaté, le principe de “la séparation des pouvoirs qui est une exigence de la Constitution du Sénégal“. De ce fait, les avocats, faisant parti du pouvoir judiciaire n’ont pas à intervenir dans le cadre du pouvoir législatif.

Gallaye Camara

Laisser un commentaire