fbpx

Découverte | L’histoire de MBaye Babacar Diouf riche en conspiration et angoisse, parfois amusante parfois empoignante et ténébreuse

Découverte | L’histoire de MBaye Babacar Diouf riche en conspiration et angoisse, parfois amusante parfois empoignante et ténébreuse

L’histoire de Mbaye Babacar Diouf vaut le détour. 
Ce Sénégalais qui vit actuellement à Bilbao en Espagne a quitté ses racines à l’âge de 15 ans. Il est arrivé déshydraté et affamé, on l’a recueilli, il a poursuivi son aventure en Espagne, fait de la plonge dans un bar, un vieil homme du nom de Juan l’a accueilli chez lui puis l’a adopté.
Le gamin a payé ses dettes, envoyé de l’argent à sa famille au Sénégal, a fait des études de médecine et est maintenant infirmier et travaille pour les services de santé publiques basques pendant cette période de Covid-19.

À maintenant 33 ans, il a créé une association pour aider les migrants (Sunu Gaal) comme lui l’a été.



C’était en 2003 lorsque le jeune Mbaye Babacar Diouf avait décidé d’emprunter la voie maritime à la recherche d’un avenir meilleur.

Le jeune enfant, ancien élève du Lycée Limamou Laye de Guediawaye voulait quitter son pays natal pour des raisons économiques, et avait décidé de prendre la pirogue pour aller en Espagne.

Une tristesse irréfragable, pénible et hors de doute.



Orphelin de père à l’âge de 07 ans, le natif de Medina Gounass a vécu une histoire tragique. 
Sa mère assurait la dépense quotidienne malgré les minces bénéfices qu’elle gagnait avec son petit commerce. Le gamin a constaté que les conditions de vie dans sa propre maison n’étaient pas les meilleures et a pris la décision de joindre l’Europe à la fleur de l’âge. 
Au mois d’août de l’année 2003, il faisait partie d’un voyage qui n’a pas abouti, car lui et ses amis avaient des problèmes au large de la Mauritanie. Ce voyage a échoué et ils ont décidé de retourner en Casamance.

Ils ne sont pas restés indolents, le pragmatisme et l’amour du voyage ne les ont jamais quittés.

Il a fallu attendre un mois pour dépanner la pirogue avec les techniciens qui étaient sur place. 

Au mois d’octobre, ils reprirent le voyage. Ils étaient 138 personnes à bord, mais avec des mineurs. Après 10 jours de calvaire dans la mer, ils sont arrivés aux Îles Canaries fatigués, faméliques, et insatiables. 

Le déboire en pleine mer



 » Au 7e jour, nous avons vu des immigrés mourir en pleine mer, c’était des moments difficiles tout le monde avait perdu la tête. Tout le monde pensait à sa mort, chacun de nous pouvait être le prochain sur la liste des cadavres. Une situation assez délicate où tout le monde était éberlué, les propriétaires de la pirogue nous demandaient de rester calmes sinon ils vont nous jeter au fond de la mer « , souligne Mbaye Babacar Diouf. 

Tout au long du voyage Mbaye Babacar Diouf, a essayé de garder son sang-froid malgré son jeune âge. Il n’y avait pas assez de nourritures, ils mangeaient du riz blanc (Ndiankatang) sans sauce et buvaient de l’eau par intermittence à tour de rôle.

Au 10e jour, ils sont arrivés à Tenerife. 
Mbaye Babacar Diouf est resté 6 mois sans nouvelles laissant derrière lui un immense fardeau à sa famille et plus particulièrement à sa mère.
« J’avais dit à ma mère que j’allais à Saint-Louis pour jouer un match de football avec mes copains. J’avais pas l’audace et le courage de la regarder les yeux dans les yeux et lui dire que j’allais emprunter la voie maritime pour aller en Espagne,  » se confie l’infirmier de Bilbao.

 » Il y avait un moment où ma mère pensait que j’étais mort comme ce fut le cas avec beaucoup de famille à Kayaar et Pikine à l’époque », poursuit Monsieur Diouf.


À son arrivée en Espagne, il n’avait pas les possibilités de trouver un travail ou de continuer ses études. Il a passé deux ans en travailliant dans la récolte de l’Orange à Valence, comme marchand ambulant tout en étant un sans domicile fixe. En 2011, il a rencontré un vieux espagnol du nom de Juan dans une cafétéria et lui a dit qu’il voulait réussir dans la vie tout en continuant ses études. Le vieux homme l’a adopté et l’a hébergé chez lui et lui a proposé un travail de peintre.

Après quelques années d’études, il est devenu infirmier et travaille pour les services de santé publiques basques.

« Actuellement nous travaillons avec les personnes qui sont testées positives. Mais au mois de mars dernier nous avons vécu des moments macabres. Les patients mouraient comme des mouches. » 

L’Espagne faisant partie des pays européens les plus touchés par la pandémie de Covid-19.

La situation est un relativement sous contrôle en comparaison avec début où le taux de mortalité était très élevé.

« En Espagne à la fin du mois de mars début avril, nous avons décidé de laisser mourir les personnes âgées mais cela dépendait des cas des patients. Nous n’avions pas le choix, il n’y avait pas assez de places pour tous les patients que nous recevions, et il fallait choisir qui vivre qui laisser mourir. C’était une situation très dure. Il y avait même un couple de personnages âgées l’une âgée 68 ans l’autre âgé 73 ans, mais nous avions décidé de les laisser mourir parce qu’il n’y avait pas assez de place pour les sauver », se désole Mbaye Babacar Diouf.

Sunu Gaal, une association pour les migrants sénégalais

En 2016, il a mis en place une association dénommée Sunu Gaal pour aider les immigrés sénégalais. En 2019, il est venu au Sénégal en Casamance pour essayer de trouver des coopérations. 

Ils ont mis en place une école à Diakhay et comptent finir les travaux de l’hôpital entamé par l’État du Sénégal.

L’association « Sunu Gaal » a pour objectif d’aider les immigrés sénégalais en leur cherchant du travail, des papiers pour être en règle, et surtout de veiller à la formation de ces derniers.


Khadim Diakhate

2 commentaires sur “Découverte | L’histoire de MBaye Babacar Diouf riche en conspiration et angoisse, parfois amusante parfois empoignante et ténébreuse

Laisser un commentaire