fbpx

Affaire Ousmane Sonko : les derniers rebondissements

Affaire Ousmane Sonko : les derniers rebondissements

Depuis quelques jours, l’actualité sénégalaise fait échos sur une affaire de moeurs. Certains points beaucoup plus importants sont quasi oubliés comme la gestion de la pandémie, l’arrivée des vaccins entre autres sujets.

En effet, une panoplie de joutes oratoires se font remarquer sur les plateaux télévisés et les émissions diffusées dans les stations radio depuis que le leader du Pastef, Ousmane Sonko a été accusé de viols répétitifs et de menaces de mort par une jeune fille âgée de 20 qui travaillait dans un salon de massage à « Sweet beauté » non du centre ville de Dakar.

Depuis, cette affaire domaine l’actualité sénégalaise et certaines personnalités n’ont pas hésité à donner leurs points de vue.
C’est de Ahmed Khalifa Niasse avec les accusations contre Sonko.  » Je ne cautionne pas l’emprisonnement de Ousmane Sonko. Les accusations portées à l’encontre du leader du Pastef qont invraisemblables. »

Ndeye Khady Ndiaye, la propriétaire du salon tente d’apporter des explications aux accusations de viol pour rectifier ses premiers entretiens qu’elle avoue avoir fait avec beaucoup d’erreurs avec la pression. Selon elle, cette affaire n’est qu’une machination de gens puissants. “Deux personnes m’ont appelée en me proposant de l’argent pour que j’incrimine Ousmane Sonko. La première a proposé 15 millions, la seconde, 40. Mais, j’ai catégoriquement refusé pour préserver ma dignité“, a-t-elle-dit à Pape Alé Niang repris par Senego.


Accusée d’avoir rédigé la plainte et hébergé Adji Sarr, Maître Dior Diagne porte plainte devant la Cybercriminalité : Extraits…
 » II m’a été donné de constater que ce matin du vendredi 12 février 2021 des informations circulent sur les réseaux sociaux selon lesquelles j’aurais rédigé, à une heure du matin, la plainte déposée par Madame Adji Sarr dans une affaire de mœurs qui défraie la chronique actuellement. Je viens par la présente vous saisir d’une plainte contre X pour les faits suivants :
Selon les mêmes informations j’aurais même hébergé Madame Adji Sarr à mon domicile. De telles affirmations mensongères ont fait l’objet de nombreux partages dans les réseaux sociaux.


Je tiens à préciser que ces allégations ne sont sorties que de l’imaginaire fertile de leurs rédacteurs. Je ne connais pas Adji Sarr, je n’ai rédigé aucune plainte pour son compte et je ne l’ai jamais hébergée chez moi. Je l’aurais fait, je l’aurais assumé publiquement et en toute responsabilité.
De telles allégations ternissent mon image et sont de nature à porter atteinte à mon honneur et à ma réputation ».

Les faits ainsi décrits constituent une diffamation et une collecte illicite de données à caractère personnel prévues et parues notamment par les articles 258 et 431-27 du code pénal.

Gallaye Camara

Laisser un commentaire