fbpx

Reportage| La Tamkharit, fête de la serviabilité et de la générosité

Reportage| La Tamkharit, fête de la serviabilité et de la générosité

« Cette fête est essentiellement culturelle à travers les pratiques inspirées des coutumes du prophète Mohamed (PSL) », selon cette Dame retrouvée à Louga dans le quartier de Keur Serigne Louga.

Il est 16h 15 et cette famille à Louga prépare déjà le repas pour la fête.

Du « Céré » au menu comme le veut la tradition. Bineta Kébé, prépare les ingrédients qui vont accompagner le Céré. A ses côtés sa belle mère, Yaye Fary Syll.

Vêtu d’un Khartoum rouge entouré des bols remplis de « Céré » cette Septuagénaire revient sur les origines du Céré et ses vertus.

À l’en croire, cette tradition est à la fois culturelle et religieuse.
C’est le prophète Mohamed PSL qui avait pour la première fois préparé du Céré pour la fête de Achoura. D’autres érudits comme Cheikh Ahmadou ont copié cette tradition.

Selon toujours la Dame lorsque le Cheikh était en déportation, il avait aussi réitéré cette pratique du prophète.

C’est le nom d’un événement religieux en islam, qui a lieu le 10e jour de mouharram, le premier mois de l’année dans le calendrier musulman. Il s’agit d’une commémoration très importante pour les sunnites et les chiites.

La Tamkharit est le nom donné à la Achoura qui correspond au dixième jour du mois de Mouharram (premier mois du calendrier lunaire islamique). Fête de la bienfaisance et de la générosité envers la famille, les parents, les orphelins et les déshérités.

Jour de jeûne facultatif, la tamkharit célébrait, à l’origine, la libération des enfants d’Israël de l’oppression de Pharaon ainsi que le repentir d’Adam chassé du Paradis, le salut de Noé, d’Abraham, comme la sortie de Jonas du poisson.

Achoura commémore le jour où Moussa (Moïse) traversa la Mer Rouge avec son peuple, et fut sauvé du Pharaon qui se fit engloutir avec ses troupes, grâce à l’aide d’Allah, pour le remercier Moussa jeûna ce jour.

La Tamkharit qui marque le début de l’année musulmane est une occasion de prières avec ferveur, de festin avec le « Céré » mais aussi et surtout de carnaval avec le « tadiabone’ » qui constitue un grand moment d’évasion.

Nous sommes dans une maison située à quelques encablures du quartier de Médina Garage, non loin du stade
Alboury Ndiaye et du Lycée Malick Sall de Louga. Un bâtiment embelli de carreaux de couleurs marron beige, en face des bâtiments en construction.

A l’intérieur juste après la porte d’entrée à gauche se trouve la cuisine et a côté un magasin qui sert de stock de
ravitaillement.

Le déco sommaire, le soleil chaud de Louga tamise la façade.

Les citronniers florissants l’un à côté de l’autre leur servent d’ombrage.

On y trouve Yaye Fary Syll et ses trois belles filles Bineta, Aïda et Mbene.

Toutes les trois se tenaient debout devant la marmite. Elles avaient l’air songeur, très occupées.

A côté de cet aspect coutumier, il y a un autre aspect très important pour les femmes à savoir la préparation du « céré bassi saleté », plat recommandé à cette fin. Ce délicieux plat à base de couscous de mil enrichi de petites boulettes de viande, de raisins secs, de haricots blancs et de la patte d’arachide… avec une sauce tomate à la viande.

« J’ai mis du poivres, des patates, des oignons verts, et tomates dans la sauce », nous dit Bineta qui semble être la dirigeante des deux autres ; Aïda et Mbene.

Cette jeune dame prépare le « Céré » pour la famille

Il y a aussi du « Diw Nior » beurre de vache, du raisin dans le « Céré » juste pour avoir le bon goût après la prière de Timis.

« A l’époque on tuait des boeufs dans les quartiers et chaque famille prend sa part pour préparer un bon couscous. Mais maintenant que toutes les familles se sont disloquées ce n’est plus possible » explique Fary Syll.

Ce repas qui doit être prêt le plus tôt possible (celui qui mangerait le premier recevra les bienfaits de Dieu) est distribué en partie aux voisins et amis.

Il est recommandé durant ce festin de manger autant que faire se peut voire se gaver de « céré ». En fait, selon la coutume, celui qui ne s’est pas rassasié en cette occasion ne le sera jamais pour le restant de la nouvelle année qui pointe.

La gourmandise est de fait érigée en principe. Une façon d’aiguiser les apétits et d’inciter les gens à se donner à cœur de joie au « céré ».

Les membres de la famille dans chaque concession mangent au milieu de la maison. Après le repas on fait un tas de sable là où était posé le bol. A tour de rôle chaque membre de la famille soulève le bol qu’il laisse tomber plusieurs fois sur le tas de sable en formulant ses souhaits.

D’autres familles font d’autres pratiques à savoir renversé le bol et formuler des souhaits.

Mais tout cela repose uniquement sur l’aspect traditionnelle ça n’a rien à voir avec la religion nous explique Mohamed Diagne, petit-fils de Fary Syll.

Quelques recommandations des érudits

Dans « Massalikoul Jinane » un livre de Cheikh Ahmadou Bamba qui enseigne la jurisprudence islamique, on y trouve douze recommandations à faire le jour de Achoura.

Il est recommandé à l’occasion de cette fête de se maquiller le contour des yeux avec du khôl, ce qu’on appelle en Wolof le « Toussngeul ». C’est une pratique purement maure. La légende raconte que celui qui a l’habitude de le faire n’aurait pas de problème de vision.

Il est aussi recommandé de rendre visite aux orphelins et aux malades, de couper ses ongles, de rendre visite à un sage, rendre visite à un malade, jeûner… Autant de pratiques qui renvoient à la solidarité, au partage et à la compassion.

La tradition du lendemain

Le lendemain matin, le couscous est mélangé avec de l’eau, une bague en argent et une pierre noire. Toute la famille doit se laver la figure avec ce mélange ; cela permet selon la tradition de ne pas avoir la conjonctivite durant toute l’année nouvelle.

On évite aussi que le couscous touche aux nouveau-nés, car cela leur donnerait des boutons sur le corps, raconte Bineta Kébé.

Le Tadiabone, une pratique traditionnelle ou religieuse ?

Pour s’illustrer dans cette fête les jeunes, pour leur part, mettent plus l’accent sur une autre dimension de la tradition bien de chez nous le « tadiabone ».

Les garçons se déguisent en filles et les filles en garçons. Ils parcourent les rues en chantant et en dansant, font le tour des maisons pour demander des étrennes et reçoivent en contrepartie des denrées ou de l’argent.

Le Tadjabone est une fête traditionnelle où les hommes portent des vétêments de femme, et les femmes se déguisent en homme, au Sénégal.

C’est une nuit bien longue où tout le monde s’amuse comme des fous.

Cette pratique a t-elle des rapports avec la religion islamique ?

Nous avons posé la question à Serigne Moustapha DIAKHATÉ qui a enseigné le Saint Coran plus d’une dizaines d’années et qui est devenu maintenant commerçant.

Selon Serigne Moustapha le mot Tajabone nous vient d’un vocable arabe. Il a été cité deux fois dans le Coran. La première à la fin de la Sourate  » Huud  » où Dieu parlait avec les visiteurs du prophète Abraham et les homosexuels, la deuxième dans la sourate « Najmi » où Dieu parlait avec Noé et ses compagnons.

Il faut comprendre que toutes ces pratiques n’ont rien à voir avec la religion, peut-être qu’elles ont été mal interprétées par la société sénégalaise, explique Serigne Moustapha DIAKHATÉ.

Après une soirée remplie, c’est la matinée des prières dans les mosquées et certaines maisons. Des versets sont prononcés par les imams et répétés en chœur par les fidèles. Ces versets chassent le mauvais sort, implorent le pardon et procurent une longévité.

En définitive, le nouvel an musulman qui est une occasion pour passer un bon moment en famille, porte l’empreinte de grandes festivités mais aussi et surtout, d’une période d’émulation dans la préparation du « céré bassi saleté ». Le carnaval ou encore « tadiabone », pour sa part, constitue sans doute un patrimoine à la fois riche et humoristique qui se perpétue de génération en génération.

Khadim Diakhate

Un commentaire sur “Reportage| La Tamkharit, fête de la serviabilité et de la générosité

Laisser un commentaire