fbpx

Serigne Saliou Mbacké était le chef de la Tarikha, de la Hakhikha, et de la guidance y compris les créatures en toutes évidence

Serigne Saliou Mbacké était le chef de la Tarikha, de la Hakhikha, et de la guidance y compris les créatures en toutes évidence

La communauté mouride commémore ce lundi 28 décembre la treizième année de disparition du fils fondateur du mouridisme, Serigne Saliou Mbacké. Né le 22 décembre 1915 et disparu le 26 décembre 2007, le 5e Khalife de Cheikh Ahmaou baMba bénéfia d’une aura dans cette communauté et dans le monde mususlman. 

Pendant des années, tressaillements et enthousiasmes, émotions et frissonnements, ont endoctriné nos cœurs. Pendant que sa lumière papillotait le sceptre de Touba, dans la diaspora et partout au Sénégal, Baye Zale rassérénait tous sentiments de déconvenues en bénédictions lustrales. Il est le plus présent des absents, la lumière de Cheikhoul Khadim, c’est sur lui qu’elle a cadencé des pas longitudinaux. Il n’était jamais chiche pourtant, il était si riche. 

Khelcom un nid de productions agricoles et un établissement pour l’enseignement du Saint Coran

Grand producteur agricole, il a mis en place un projet agricole de 45 000 ha à Khelcom, situé dans la région de Kaffrine (centre) dans une ancienne forêt classée qu’il a transformée en une ville moderne dédiée à l’apprentissage et à la culture. 
Il avait aussi mis en place des écoles coranoiques où ses « talibés » apprenaient et travillaient dans les champs éparpillés à travers le pays (Ndiapdal, Ngott, Niouroul et Ndooka…). 
Le Saint Coran et l’éducation religieuse étaient associés au travail pour montrer qu’ils sont inséparables comme le prônait Cheikh Ahmadou bamba.

Serigne Saliou Mbacké a exercé le Khalifat pendant 17 ans, de 1990 à 2007. Il était très respectueux des préceptes de l’Islam et travaillait à la vulgarisation des enseignements du Cheikh Ahmadou Bamba dit Serigne Touba.

Enseignant le Coran avec pragmatisme, désenveloppant les mystères qui supplantaient les choses du monde sensible, Mame Saliou était un élu, un as confirmé, un être d’une grande mansuétude et aux dimensionnements commodes à la pesanteur de l’érudition scientifique. Dans la nuit du 27 au 28 décembre 2007, soit 13 ans, à ce jour, il enjoignit ses revêtements, porta sa couronne, béatifia toute une population, embrassa les enfants et retourna au Paradis. 

Khadim Diakhate

Laisser un commentaire