fbpx

Maam Maodo Sy, le parasol qui a préservé le Sénégal des foudres du paganisme, de l’ignorance et de l’impiété en l’Islam

Maam Maodo Sy, le parasol qui a préservé le Sénégal des foudres du paganisme, de l’ignorance et de l’impiété en l’Islam

Comment rapporter que Tivaouane fût longtemps l’épicentre de cette vie rythmée par des parades nocturnes électriques, du chaos dégénératif, des réjouissances voluptueuses, des concours de buveurs d’alcool et la vigueur de la culture « Cëddo » portée par les griots?

Cependant, il faut comprendre que ceci fût lieu avant l’arrivée de Elhadji Malick. Revenu de la Mecque et de son périple moyen-oriental en passant par une partie de l’Europe, il entreprend de conquérir son « nouveau » peuple en changeant radicalement leur mode de vie et leur sortant de la nuit sombre de l’ignorance pour les ramener sur le lumineux droit chemin tel que le recommande Allah et l’a enseigné le Prophète Muhammad (PSL) via le Coran et les Hadiths.

Au moment où les Cëddos (y compris les animistes) s’adonnaient à la bamboula et la beuverie, entrainant la quasi-totalité des provinces du Sénégal dans les mauvaises ornières de l’ignorance et de la perdition, Cheikhal Hadji Malick SY eut la sainte idée de rassembler ceux qu’il a comme disciples pour prier sur le prophète (PSL) et du coup, rendre grâce au bon Dieu qui nous a envoyé le sauveur de l’humanité.

Cependant, les premiers pas de Moado à Tivaouane n’ont pas été un long fleuve tranquille. Pour faire de la cité « Cëddo » qu’était Tivaouane, une cité religieuse, Maodo a dû batailler fort, mais pacifiquement, avec des stratagèmes de qualité pleins d’altruisme et d’austérité. Avec un projet compilé et bien déterminé : celui de revivifier la pratique religieuse. Ce projet se déclinait en quatre points : enseigner et fonder des Daaras, bâtir des mosquées, avoir un champ pour travailler la terre et gagner sa vie mais, aussi avoir un lieu où il pourrait réunir les musulmans annuellement dans le but de leur rappeler que la place d’un bon croyant c’est les lieux de cultes et de prières. Son projet sera concrétisé avec la formation de grands érudits qu’il dispersa dans les quatre coins du Sénégal et de l’Afrique, de l’ouest surtout.

Subtile, tactique mais aussi atypique fut l’opération ! Un parcours semé d’embûches et déboires, de préceptes et de gloires, d’échanges et de savoirs. Il part avec un sentiment de mission accomplie, de défi parfaitement relevé. Maodo a beaucoup contribué à la propagation de l’islam et de la confrérie soufie. En résumé, SEYDIL HADJI MALICK SY(rta) avait réussi à instaurer son propre courant, et à faire de Tivaouane un grand foyer de la Tijaniyya. Ce nouveau courant s’était propagé dans tout le pays et même au-delà. L’on ne saurait évoquer le souvenir de MAME MAODO, sans parler de son ouvrage-fétiche sur la biographie du Prophète (PSL), « Khilassou Zahab », cet «Or Décanté» venant garnir le travail titanesque abattu jusque là par le fin maître des lettres comme une récompense suprême pour sa magnanimité et son degré d’intellectualité très développée.

Khilassou Zahab est la seule œuvre au monde où on a parlé du prophète Mouhamed (PSL) de l’état lumière à l’état dépouille mortelle en passant par Mouhamed en tant qu’homme à Mouhamed Rassoul Allah en tant qu’incarnation du sceau des prophètes. À l’image de ces autres livres, cet ouvrage est d’une longueur inégale. Pouvait-il en être autrement pour un homme qui éleva au rang de sacerdoce son attachement indéfectible au prophète Mouhammad Alayhi Salam.

Mbaye Sarr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.