fbpx

Portrait | Ousmane Sonko ou l’actuelle figure de proue de l’opposition

Portrait | Ousmane Sonko ou l’actuelle figure de proue de l’opposition

C’est sans aucun doute l’actuelle figure de proue de l’opposition. Président du parti PASTEF-Les Patriotes, Ousmane SONKO a réussi en un temps record à s’imposer dans le paysage politique sénégalais. De Sebikotane à Dakar, l’actuel maire de Ziguinchor a présente un parcours riche aussi bien en terme d’accomplissements que de rebondissements.

Voici son portrait !

Ousmane Sonko est né le 15 Juillet 1974 à Thiès. D’un père casamançais et d’une mère originaire du Baol, il va passer une partie de son enfance à Sebikotane. Ensuite, il va retourner dans la région naturelle de la Casamance afin d’y poursuivre ses études jusqu’en 1993.

De L’UGB à l’ENA

Après avoir obtenu son baccalauréat en 1993, Ousmane Sonko intègre l’Université Gaston Berger de Saint-Louis à l’Unité de Formation et de Recherche (UFR) de Sciences Juridiques parcours droit public.

Dès ses premiers pas dans cet établissement, il se distingue de par son intégrité et son envie de faire les choses bien. « Il a toujours dit qu’il se battrait pour son pays et montrer que l’on peut faire de la politique sans se compromettre, exister sans perdre les valeurs qui ont habité́ de grands hommes, parfaits exemples dans une société́ malade de ses hommes politiques», rapporte un de ses proches.

«Il est bien connu ici. C’était un étudiant modèle, très engagé religieusement et dans les études. Il a très tôt intégré́ l’Association des élèves et étudiants musulmans du Sénégal (A.E.E.M.S) où il était très actif. Il savait déjà̀ partager ses idées avec pondération, certes, mais je dois dire qu’il va toujours jusqu’au bout, lorsqu’il s’agit d’atteindre ses objectifs », rajoute Waly Diouf, un de ses camarades de promotion.

Après l’obtention de sa maitrise, il réussit le concours d’entrée à l’Ecole Nationale d’Administration (ENA) en 1999. Diplômé de la section « Impôts et Domaines » en 2001, il débute sa carrière au Centre des services fiscaux de Pikine.

Deux ans après, il obtient un diplôme d’études approfondies (DEA) en finances publiques et fiscalité de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD). Il est par ailleurs titulaire d’un Master 2 en Gestion et Finances Publiques de l’Institut supérieur des finances (ISF) et également doctorant en droit public économique et fiscalité à l’université Jean Moulin Lyon III. Ousmane Sonko, dès son entrée dans l’administration révolutionne le syndicalisme avec la création du Syndicat autonome des agents des impôts et domaines (SAID) dont il est le premier secrétaire général d’avril 2005 à juin 2012, avant de devenir Secrétaire général honoraire de juin 2012 à août 2016.

Durant cette période, il se montre très critique à l’égard du régime du Président Macky Sall, notamment sur les questions fiscales et budgétaires. Une posture qui va par la suite occasionner sa radiation décret N°2016-1239 de l’Inspection générale des impôts et domaines en août 2016 pour manquement au devoir de réserve.

Cet acte va permettre à Ousmane Sonko de jouir de plus de visibilité auprès des sénégalais. Il créée en 2017 son cabinet dénommé « Atlas ».

Ascension express en politique

Après avoir créé le parti « Pastef » en 2014, il est élu député à l’assemblée nationale lors des élections législatives de 2017. Ses détracteurs en ont profité pour faire rejaillir les accusations d’instrumentaliser le syndicat à des fins politiques qui dataient de 2016.

En janvier 2018, il sort le livre Pétrole et gaz au Sénégal : Chronique d’une spoliation où il accuse le président et son entourage de malversations dans la gestion des ressources naturelles du pays.

Des accusations qui vont prendre de l’ampleur à la suite d’un documentaire de la « BBC ».

Le frère du Président du Sénégal, Aliou Sall, est accusé d’avoir reçu 245 000 dollars de pots de vin. Ce qui sera démenti par le président, Macky Sall.

Le 16 Septembre 2018, en prélude des présidentielles, il publie un nouveau livre solutions dans lequel il décrypte les maux qui gangrènent le Sénégal au plus économique et social.

Cet ouvrage sera accueilli avec un grand intérêt de parts et d’autres. Si une bonne partie de la population a apprécié le fait qu’un homme politique gratifie l’opinion publique d’une telle production scientifique, la directrice du Commerce extérieur critique les solutions proposées en les présentant comme anachroniques et inexactes, indiquant qu’« avec l’union douanière, l’OMC, le Sénégal n’est plus maître de son commerce extérieur » et que les données utilisées pour appuyer son propos sont erronées.

Candidat à l’élection présidentielle de 2019, il terminera 3e avec plus de 687 000 voix soit 15,67 %, derrière le président sortant Macky Sall et l’ancien Premier ministre Idrissa Seck.

Un résultat plus que probant pour une première participation.

Scandale puis rebond

En Février 2021, un scandale se présentera face au si joli chemin du chef de l’opposition. Il est en effet accusé de viols et menaces de mort avec une arme par une employée d’un salon de beauté. Pour se défendre, il avancera que c’est un complot émanant des autorités afin de le liquider. Après avoir été arrêté, le pays sombre dans le chaos pendant des jours avec des manifestations partout dans le pays. Il sera finalement libéré et placé sous contrôle judiciaire. L’affaire suit toujours son cours.

Lors des élections locales du 23 Janvier 2022, il forme une grande coalition dénommée « Yewi Askaan Wi » qui veut dire « Libérer le peuple »
avec plusieurs figures de l’opposition (dont Khalifa SALL, Barthélemy DIAS,…). Candidat à la mairie de Ziguinchor, Ousmane SONKO remportera haut la main le « match » l’opposant au maire sortant Abdoulaye BALDE et Benoit SAMBOU avec 56,31 % des voix. Il est officiellement installé dans ses nouvelles fonctions le 10 février 2022.

En marge des élections législatives de juillet 2022, il sera investi tête de liste de la coalition YAW.

Mais leur liste sera invalidée par le conseil constitutionnel. Malgré ce revers, il bat campagne aux cotés des candidats partout dans le pays. Leur finalité est d’obtenir la majorité à l’assemblée nationale. Un objectif grandiose. Mais impossible n’est pas SONKO.

Portrait signé Pape Bassirou Diouf

Khadim Diakhate

Laisser un commentaire