fbpx

Portrait | Omar Blondin Diop, un destin prématuré

Portrait | Omar Blondin Diop, un destin prématuré

Le 11 mai 1973, mourrait dans sa cellule, l’un des esprits les plus brillants de l’histoire du Sénégal, Omar Blondin Diop. Une occasion pour nous, de revenir sur le parcours de cet homme qui a dédié sa vie à la lutte contre la politique néocoloniale.

C’est dans la capitale du Niger, un 18 septembre 1946 qu’Omar Blondin Diop est venu au monde.
Brillant élève, Omar est admis, après des études secondaires au lycée Louis-le-Grand (Paris), à la prestigieuse École normale supérieure de Saint-Cloud. C’est à partir de ce moment qu’il s’est forgé une conscience politique.
En 1967, Blondin participe au tournage du film « la chinoise » réalisé par Jean-Luc Godard. Il y joue le rôle d’un militant maoïste.
En France, le jeune normalien s’engage dans des mouvements gauchistes et participe à la révolte estudiantine de Mai 1968 au côté d’Alain Krivine. Son engagement sans faille lui a valu d’être expulsé de France.

Rentré au Sénégal, Diop poursuit ses habitudes révolutionnaires en compagnie de ses jeunes frères, tout comme lui, ardents militants anticolonialistes.
Il conteste ouvertement la politique francophile du président Senghor qui venait de nommer au poste de ministre de l’Intérieur Jean Collin, français et proche de Jacques Foccart.

C’est en 1971 que le destin d’Omar va prendre une tournure qui lui sera fatale.
Son jeune frère, âgé de 19 ans à l’époque, était arrêté en compagnie de ses camarades, pour avoir incendié le ministère des Travaux publics et le Centre culturel français (15 janvier 1971) mais aussi, pour avoir tenté de lancer des cocktails Molotov sur le cortège officiel lors de la visite du président français Georges Pompidou, le 03 février 1971.

Son frère Dialo Diop fut condamné aux travaux forcés à perpétuité. Il sera selon lui « torturé à l’électricité sur les instructions d’un assistant technique français de la police, ancien d’Algérie ».

Choqué par le verdict du procès de son frère, le jeune agrégatif fait vœu de faire évader son frère depuis le Mali où il s’est exilé.
Mais, à la veille d’une visite officielle de Léopold Sédar Senghor au Mali, Omar et ses camarades sont arrêtés par le régime malien. Ils sont extradés vers le Sénégal.

Le 23 mars 1972, le tribunal spécial sénégalais rend son verdict. Omar Blondin Diop est condamné à une peine d’emprisonnement de 3 ans fermes pour « atteinte à la sûreté de l’État ».

Il sera emprisonné une prison à l’île de Gorée. C’est là-bas, dans la nuit du 10 au 11 mai que le jeune homme âgé de 26 ans sera déclaré mort par « suicide ».
La version officielle affirme qu’il était accro à la drogue et que son sevrage forcé l’a poussé à mettre fin à ses jours par pendaison. Mais cette version ne semble pas convaincre l’opinion nationale et internationale qui penchent plus pour la thèse de l’assassinat.

Roland Colin, ancien directeur de cabinet du président du Conseil Mamadou Dia, affirme qu’Omar Blondin Diop avait reçu, en prison, la visite de Jean Collin, ministre de l’Intérieur du gouvernement de Senghor et qu’il y aurait eu une altercation. « Le ministre de l’Intérieur, a-t-on su en fin de compte, aurait donné l’ordre au gardien de le châtier. Le lendemain, il fut retrouvé pendu dans sa cellule », écrit Roland Colin dans son essai intitulé « Sénégal notre pirogue », (Présence Africaine, 2007).

Une thèse que les membres de la famille du défunt semblent partager. Pour eux, c’est clair, Omar est mort à la suite de coups et blessures volontaires.

Omar Blondin Diop aura marqué son temps même si l’histoire sénégalaise tend à vouloir l’oublier. Il est devenu le symbole d’une lutte anticoloniale. Il a fait don de sa vie pour l’indépendance de sa patrie. C’est ce dont on se rappellera de ce brillant intellectuel.

Aujourd’hui, « Blondin » est une référence pour de nombreux africains qui continuent de nourrir sa noble cause : celle d’une Afrique debout, indépendante et libre !

Hiro

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.