fbpx

Portrait : le prince Moro, de zéro à héros !

Portrait : le prince Moro, de zéro à héros !

Omar Ibn Said ! Ce nom, vous est-il familier ? J’imagine que non. Et pourtant, cet homme a une mosquée qui porte son nom et une enseigne qui retrace sa vie en pleine Caroline du Nord (Etats-Unis), et il est sénégalais. C’est l’histoire d’un esclave qui conquit l’Amérique par sa plume.

Omar ibn Said est né en 1770 à Fouta-Toro, un ancien royaume et un territoire historique dans le nord du Sénégal. Issu d’une famille de riches marchands, son père s’appelait Said et sa mère Oum Hani. Comme la plupart des Peuls à l’époque, Oumar va vite vouer sa vie aux sciences islamiques durant 25 ans. Après avoir mémorisé le coran et maîtrisé l’arabe, il étendit ses connaissances auprès de plusieurs maîtres. Il devint par la suite enseignant et commerçant.

Sa vie va prendre une autre tournure

Prince Moro, Morro, Meroh, Uncle Moreau, Umeroh, Monroe, peu importe le nom qu’on lui a donné, a marqué l’histoire de la Caroline du Nord. C’est en 1819 qu’il rédige ses premiers textes dans lesquels il exprime son profond désir de rentrer chez lui : « je veux être aperçu en Afrique dans un endroit du fleuve nommé Kaba ». Omar ibn Said sera connu comme « l’esclave » ayant rédigé quatorze (14) manuscrits en arabe. Sur l’ensemble de ses œuvres, une va encore plus attirer l’attention : son récit autobiographique. Rédigé en 1831, le récit de Omar Ibn Said occupe une place importante dans l’histoire de la littérature américaine. Il est en effet la seule autobiographie en arabe produite par un esclave. Dans ce récit de 23 pages, Omar Ibn Said évoque ses origines, son cursus, les conditions de sa capture, ses joies et ses peines, les difficultés pour garder sa religion dans un milieu hostile… Son œuvre a été traduite en 2011 grâce aux travaux d’Ala Alryyes, dans un ouvrage titré : « A muslim american slave, the live of Omar Ibn Saïd ». Venu en Amérique comme un esclave, le Prince Moro a su gagner le respect des « blancs » à une époque où la négrophobie était règle. Son récit et ses faits seront plusieurs fois retranscrits dans les journaux de l’époque. En 1863, un journaliste du New York Observer affirmait être impressionné par « ses doigts effilés et le raffinement de sa démarche ». Il était décrit par les Américains comme un prince arabe, un noble capturé par erreur. Il meurt peu de temps après, toujours en esclave, mais il aura marqué son histoire dans une époque où le « nègre » était assimilé à du bétail. Le prince Moro, de zéro à héros !

C’est en 1807 que son destin va basculer. Omar Ibn Said, alors âgé de 37 ans, est capturé par les armées Bambaras au cours d’un conflit militaire qui les opposait aux Peuls. Il est vite vendu comme esclave à des trafiquants et est emmené aux États-Unis. Vendu à un maître cruel à Charleston, dans la Caroline du Sud, il fugue et se rend à Fayetteville en Caroline du Nord. C’est là-bas qu’il a été re capturé. Il s’est rendu célèbre après pour avoir écrit une plainte en arabe sur les murs de sa cellule grâce à du charbon trouvé sur place. Il sera revendu plus tard au général James Owen (frère de John Owen, gouverneur de Caroline du Nord) avec lequel il restera jusqu’à sa mort en 1864, à l’âge de 94 ans. Il fut enterré dans le comté de Bladen, en Caroline du Nord.

Le « Prince Moro » est mort, mais pas son héritage

Hiro

Laisser un commentaire