fbpx

Macky Sall vs Ousmane Sonko : le match

Macky Sall vs Ousmane Sonko : le match

Il y a environ 5 ans, Ousmane Sonko était encore qu’un inspecteur des impôts devenu célèbre pour ses prises de positions dénonciatrices envers le gouvernement. Il accusait à l’époque le Président Macky de corruption, de viol de la constitution et du Code pétrolier.

Agacé par son attitude, le gouvernement n’a pas tardé à prendre une mesure qui aura un impact considérable dans l’histoire de la politique sénégalaise. Ousmane Sonko est radié de la fonction en 2016 par décret présidentiel pour manquement au devoir de réserve. Ce dont le président Macky Sall ne se doutait pas, c’est qu’il venait de mettre sur orbite son opposant le plus sérieux. 

Cette radiation, loin de discréditer Sonko, lui a rendu plus populaire. Son parcours assez atypique dans la scène politique en est la preuve. Après avoir été élu député en 2017, Ousmane Sonko va porter sa candidature à l’élection présidentielle de 2019 et réussit à obtenir 16 % des suffrages lors de sa première participation. À 46 ans, le leader de Pastef est à ce jour l’un des plus grands prétendants au pouvoir et l’opposant le plus sérieux au président.

Néanmoins, il ne faut pas sous-estimer « l’intelligence politique » du président Macky Sall. Le chef de l’État est passé maître dans l’art de porter l’estocade à l’opposition. S’il ne réussit pas à écarter ses adversaires politiques comme c’est le cas avec Karim Wade et Khalifa Sall, tous deux inéligibles, le chef de file de l’APR réussit la plupart du temps à rallier ses opposants à son camp. Le remaniement de novembre dernier a vu le parti au pouvoir bénéficier de deux nouvelles recrues et pas n’importe lesquelles : il s’agit d’Idrissa Seck, arrivé deuxième au dernier scrutin présidentiel, et Oumar Sarr, transfuge du PDS, tous deux étant des cadors de l’opposition.

L’objectif du gouvernement, serait-il d’engloutir tous les partis de l’opposition ? Il est clair que cela faciliterait les choses pour le parti au pouvoir qui a sans doute envie d’œuvrer dans la continuité sans contestation.

Macky Sall s’est séparé récemment de plusieurs de ses plus proches ministres. Cet acte a fait couler beaucoup d’encre et de salive. Si certains préfèrent penser à une ruse, d’autres estiment que le président a pris cette mesure pour éviter une guerre fratricide au sein du gouvernement. Le président n’étant pas autorisé par la Constitution à se représenter à la prochaine présidentielle (2024), des ambitions personnelles auraient commencé à naître dans son parti. 

OUSMANE SONKO Principal opposant au président

En freinant ces ambitieux, Macky Sall s’est aussi couvert en gagnant dans son camp des personnalités à l’ancrage territorial marquant. C’est le cas d’Idrissa Seck à Touba, d’Oumar Sarr à Dagana et d’Aissata Tall Sall dans le Fouta, qui devraient être des atouts de taille lors des prochaines élections locales. Une stratégie bien pensée selon un conseiller du président Sall qui s’est confié au Magazine Jeune Afrique. Pour lui, il n’est pas bon pour un président en fin de mandat d’être minoritaire dans les collectivités. Cette stratégie est aussi jugée archaïque par un cadre de l’APR, visiblement déçu. Ce dernier estime qu’avoir un chef de parti dans son camp ne veut pas forcément dire avoir ses bases. 

Quant à Ousmane Sonko, il semble vouloir demeurer dans la constance. Face à la fluctuation des transhumances politiques des opposants vers le gouvernement, M. Sonko semble se réjouir de découvrir le vrai visage d’opposants, qui en réalité, ne l’étaient pas. Toujours cantonné sur sa position antisystème, le député patriote est disposé à porter seul s’il le faut, la contestation contre le gouvernement de Macky Sall. Vu comme un populiste par les uns, comme un messie par les autres, Sonko est devenu très rapidement le visage d’un Sénégal révolutionnaire. Son discours salvateur et sa ligne de conduite radicale et constante lui ont valu un public dévoué. Ce qui peut bien se justifier comme lui-même l’admet lors d’une interview en novembre avec Jeune Afrique. « Les Sénégalais en ont assez des acteurs politiques versatiles qui changent de camp au gré de leurs intérêts », confiait-il. 

Ce constat est d’ailleurs partagé par un ancien allié de Macky Sall. « Ce serait un danger de penser que déstructurer l’opposition est un moyen de gagner des élections, car l’opposition est un canal qui permet de rassembler la frustration des populations. Sans interlocuteurs, le débat se joue entre le pouvoir et la rue, s’exprime-t-il. L’opposition, c’est comme l’eau qui coule. Si vous l’empêchez de passer d’un côté, elle finira toujours par couler ailleurs. »

Une question nous vient à l’esprit : Sonko fera t-il le poids face à la ruse de Macky ? Les dés sont lancés.

Hiro

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :