fbpx

JUSTICE POLITIQUE ET PRÉSOMPTION DE CULPABILITÉ

JUSTICE POLITIQUE ET PRÉSOMPTION DE CULPABILITÉ

Au moment où tous les gouvernements mobilisent leurs compétences et leurs énergies pour lutter contre la crise sanitaire de la Covid-19 et son cortège de conséquences humaines, sociales et économiques, le régime de Macky Sall met en œuvre son plan de musellement des lanceurs d’alertes, de l’opposition politique et du peuple sénégalais dans son ensemble.

Force est de constater que le peuple sénégalais n’a jamais été confronté à un régime aussi incompétent et agressif. La dynastie Faye Sall s’enrichit tout en imposant au peuple de souffrir en silence. En effet, à son incompétence, devenue flagrante, le régime ajoute le recours à l’intimidation juridique pour faire taire les critiques d’où qu’elles émanent.

Arrestations d’activistes, interdiction systématique et répression des manifestations, justice soumise au pouvoir, harcèlement des opposants : le Sénégal sous Macky Sall est en train de réunir tous les ingrédients d’une dictature rampante.

Sommes-nous encore en démocratie, lorsque la justice se mue en une arme politique aux ordres de l’exécutif et lorsque le législatif n’est plus qu’une assemblée de laudateurs de la politique présidentielle ?

Il est des moments dans la vie d’une nation où un rappel à la raison est nécessaire. Dans le contexte actuel où les valeurs fondamentales de notre société sont foulées aux pieds, la République des Valeurs, en appelle à la raison et surtout à la vigilance active de tous ceux que la promotion des contrevaleurs rebute.

La refondation de notre démocratie et la moralisation de la vie politique et publique sont au cœur du projet que porte la République des Valeurs.

L’adversité en politique ne peut en aucune manière servir de prétexte à des méthodes de barbouzes. L’éthique républicaine nous commande de ne jamais rester insensible lorsqu’est livré aux « chiens », l’honneur d’un homme.

A cet égard, nous tenons à rappeler, dans l’affaire relative aux accusations portées contre le leader de Pastef, Mr Ousmane Sonko, que les pouvoirs publics se doivent de respecter et de faire respecter scrupuleusement le principe de la présomption d’innocence.

La Cellule des cadres de la République des Valeurs (RV)

Gallaye Camara

Laisser un commentaire