fbpx

OPINION | Coalition Yewwi ASKAN WI, un nouveau souffle dans le paysage politique sénégalais ?

OPINION | Coalition Yewwi ASKAN WI, un nouveau souffle dans le paysage politique sénégalais ?

L’opinion, le pouvoir, l’opposition et les analystes politiques ont été surpris. L’alliance tripartite, le PDS s’étant retiré du projet, entre PASTEF, PUR et TAQAWU SÉNÉGAL continue de faire couler beaucoup d’encre et de salive.

Si certains observateurs de la scène politique sénégalaise font preuve d’objectivité, analysant les faits politiques de cet accord, d’autres, dans les méandres du pouvoir politique, versent dans la démagogie et la conjecture. Vouloir ramener la prouesse politique que constitue la mise en place de la coalition Yewwi ASKAN WI à de simples calculs politiques ressemble plus à une escroquerie intellectuelle qu’autre chose. Madiambal Diagne et le journal Le Quotidien ont donc tout faux encore une fois de plus. Quand il s’agit du Président du PUR, Madiambal Diagne perd toute sa lucidité et le peu de crédibilité qui lui reste.


Dans la situation actuelle du Sénégal, les populations attendent des acteurs de la presse plus de responsabilité morale, de rigueur intellectuelle et d’équité dans le traitement de l’information. Les leaders de la coalition Yewwi ASKAN WI peuvent ne pas plaire à tout le monde. Cependant, pour un journaliste sérieux, la déontologie doit être la seule boussole qui oriente sa profession.

Yewwi ASKAN WI, une stratégie payante ?


Au-delà de tous les calculs de politique politicienne, la création de la coalition Yewwi ASKAN WI a été saluée par les populations, celles pour qui ce vent de fraîcheur politique est destiné. Les reproches formulés par-ci, par-là, si elles sont audibles, ne sont pas sincères pour la plupart d’entre eux.
La stratégie de commencer la gestation du projet de coalition en petit comité était la bonne. Pour des leaders politiques ayant comme ultime ambition le développement du Sénégal, ce serait un suicide que d’ouvrir les concertations aux dizaines de partis et de mouvements politiques. Une telle démarche serait contre-productive et déboucherait sur un échec dont l’opposition aura du mal à se remettre. Il fallait entamer les pourparlers entre les partis et mouvements politiques les plus représentatifs de l’opposition pour ensuite ouvrir cette opportunité à d’autres partis qui souhaiteraient s’engager dans la même direction.


Les parties prenantes de cette coalition ont une légitimité que la plupart des autres partis et mouvements politiques de l’opposition n’ont pas. PASTEF, PUR et TAQAWU SÉNÉGAL ont tous des députés dans la représentation nationale. Si pour Khalifa SALL et Ousmane SONKO les résultats électoraux plaident en leur faveur, le Président du PUR, Serigne Moustapha SY quant à lui, jouit d’une double légitimité, celle que lui accorde l’histoire politique du Sénégal dans l’éveil des consciences et la formation des masses et celle que lui confèrent ses résultats aux élections auxquelles sa formation politique a déjà participé.


La coalition Yewwi ASKAN WI a le mérite d’être créée sans tambour ni trompette. Des mois de négociations sans éveiller le moindre soupçon. Une annonce qui a pris de vitesse tous les acteurs politiques. En réaffirmant publiquement son accord à la création de cette coalition, le Président du PUR, en fin stratège, a coupé l’herbe sous le pied des pourfendeurs du projet.

Yewwi ASKAN WI, un vent de fraîcheur politique !


Le procès fait aux membres de la coalition Yewwi ASKAN WI en avançant comme argument le manque de programme et l’ambition qu’auraient certains leaders dans la dynamique des élections municipales de janvier 2022 est une hypocrisie. Dire aussi que le seul axe programmatique de Yewwi ASKAN WI est de dégager Macky SALL et son régime est une analyse simpliste et peu convaincante. Pour soulager le peuple sénégalais, il faut bien sûr mettre fin à l’incompétence de certains dirigeants quel que soit leur niveau de responsabilité, et cela jusqu’à la présidence de la République. Gestion de la crise du Coronavirus, gestion des inondations, entre autres, autant de décisions approximatives qui plongent les populations dans le désarroi et l’incompréhension.


La coalition Yewwi ASKAN WI offre une nouvelle alternative au peuple sénégalais, une nouvelle offre politique qui doit poser les bases d’une justice sociale, une nouvelle offre politique qui doit réconcilier le peuple avec ses représentants et ses administrateurs. Dans cette perspective, les élections locales du 22 janvier 2022 sont un premier palier à franchir avec succès. Les élus locaux ont l’avantage d’être au contact de leurs administrés ; cette proximité est une opportunité pour faire la pédagogie en ce qui concerne la gouvernance du pays et les principaux enjeux de développement. C’est aussi au niveau local que la démocratie participative peut être mise en œuvre avec efficacité.
La création de la coalition Yewwi ASKAN dans la perspective des élections locales de 2020 est une décision politique intelligente et pertinente qui répond à la nécessité de changement exprimée par le peuple. Un changement au niveau de la gouvernance locale jettera les bases d’une vie démocratique nationale plus assumée par les populations.

Le PUR, un atout déterminant


Si c’est le Président du PUR qui a rendu publique l’existence de la coalition lors d’une conférence, il n’en demeure pas moins que le parti PUR était volontairement ou pas omis dans les commentaires de certains observateurs. Aujourd’hui, l’opinion sait que le PUR a joué un rôle prépondérant dans la mise en place de la coalition Yewwi ASKAN WI, et cela depuis les premières heures.


Des quatre partis et mouvements politiques fondateurs de « la grande coalition de l’opposition », le PUR demeure la seule formation qui a une base militante solide avec de grandes capacités de mobilisation sociale. Les militants du PUR sont partout sur le territoire national ; dans les villes et villages les plus reculés du Sénégal, des cellules sont installées.
Deux ans après l’élection présidentielle de 2019, le PUR a fini de faire sa réorganisation avec de nouvelles instances nationales et locales. La défection de l’ancien coordonnateur national El Hadji SALL n’a pas impacté la vie du parti. Elle clarifie davantage le positionnement du PUR, un parti d’opposition au régime actuel.
Avec le PUR, la coalition Yewwi ASKAN WI peut compter sur un parti dynamique et discipliné qui a fini d’opérer son maillage sur le territoire national et à l’international.

Le peuple sénégalais veille au grain !


L’alliance entre PASTEF, PUR et TAQAWU SÉNÉGAL répond à une demande sociale et politique exprimée depuis les législatives de 2017 par une partie de la population sénégalaise. Loin de vouloir y voir des calculs politiques et des ententes d’appareils, cette coalition doit être saisie par le peuple sénégalais comme une opportunité pour changer radicalement l’offre politique dont le paradigme n’a pas changé depuis l’indépendance. Les Sénégalais en ont marre du COMBINE BËRE, ils sont allergiques au MBURU AK SOOW et autres cocktails de politique politicienne. Ce que le peuple sénégalais souhaite aujourd’hui, ce sont des acteurs politiques sérieux et compétents dans ses organes de gouvernance. Face à cette exigence et cette urgence sociale et politique, ce ne sont pas les vociférations de quelques journalistes malhonnêtes et paresseux qui vont détourner leur attention.


Loin de vouloir semer la peur ou la crainte chez Macky SALL, il s’agit, avec la mise en place de la coalition Yewwi ASKAN WI, d’offrir aux Sénégalais une alternative politique crédible après des alternances mort-nées, tuées dans l’œuf par une tradition politico-médiatique archaïque.


Pour répondre aux exigences de leur nom, les membres de la coalition Yewwi ASKAN WI doivent s’affranchir de toute forme de contingence qui rendrait leurs actions inopérantes et inefficaces. Car ce serait une utopie de vouloir changer le paradigme politique actuel si les mentalités des leaders politiques ne sortent pas de ce paradigme. Demander au peuple de consentir à des sacrifices n’aura de sens que si les leaders politiques de la coalition donne l’exemple, et cela dès la composition des listes aux élections locales de janvier 2020.
Le peuple sénégalais veille au grain.

Cheikh Ahmed Tidiane Ndoye

Chroniqueur

Gallaye Camara

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.