fbpx

« La troisième vague est arrivée de façon inattendue, très certainement au vue du relâchement général observé au Sénégal », selon le Docteur Mouhamadou Ben Omar Diagne

« La troisième vague est arrivée de façon inattendue, très certainement au vue du relâchement général observé au Sénégal », selon le Docteur Mouhamadou Ben Omar Diagne

Au moment où le niveau de vaccination demeure très faible, on constate une forte recrudescence des nouvelles contaminations liées à la pandémie de Covid-19 au Sénégal.

Même si les autorités du ministère de la Santé annoncent de nouvelles doses de vaccin, ces derniers jours le nombre de nouveaux cas positifs a connu une hausse de 109,3% alors que celui de cas graves une augmentation de 45,5%.

354 positifs au Covid-19 dont 218 issus de la transmission communautaire et un importé, hier. Le ministère de la Santé et de l’Action sociale a annoncé, ce vendredi 9 juillet 2021, de nouvelles infections et de nouveaux décès enregistrés au cours des dernières vingt-quatre heures.

Les autorités sanitaires ont, en effet, rapporté 476 nouvelles contaminations. Elles proviennent d’un échantillon de 2104 tests, représentant un taux de positivité de 22,62%.

« Les cas positifs sont répartis comme suit: 215 cas contacts suivis par nos services, aucun cas importé enregistré dans les différents points d’entrée du pays, et 261 cas issus de la transmission communautaire », indique le communiqué du jour.

Le ministère de la Santé a également rapporté 3 nouveaux décès enregistrés dans les établissements sanitaires du pays. Ces nouvelles victimes du Covid-19 portent le bilan macabre à 1187 morts.

Par ailleurs, selon les services sanitaires, 102 patients ont été testés négatifs et déclarés guéris. Ils devront sortir d’hospitalisation dans les prochaines heures.

Néanmoins, 19 patients en situation grave sont pris en charge dans les services de réanimation des structures médicales.Concernant les autres patients, leur état de santé est jugé stable.

« À ce jour, 45266 cas ont été déclarés positifs dont 42090 guéris, 1187 décès, et donc 1988 encore sous traitement », a résumé le directeur de la Prévention.

Peut-on dire que la troisième vague est arrivée en force ? En tout cas c’est l’avis du Docteur Mouhamadou Ben Omar Diagne
Médecin Résident Clinique Yaye Natou de Ngor.
Le Docteur affirme que la troisième a connu une arrivée promptue.

« De façon inattendue oui très certainement au vue du relâchement général observé au Sénégal. L’emergence de variants qualifiés de préoccupants à l’image du variant Delta (anciennement variant indien) sonne comme un signe de rappel. Ces variants capables de modifier toute la stratégie diagnostique, thérapeutique et préventive notamment vaccinale (possibilité d’échappement immunitaire) méritent une attention particulière », a souligné le Docteur.

Poursuivant ses propos : « Encore une fois faisons de cette campagne de vaccination une priorité car outre le fait de diminuer les risques de contamination, de développer une maladie grave ou la probabilité de transmettre le virus en cas infection covid.

« La vaccination nous permettrait d’atteindre cette immunité collective réduisant la circulation du virus et la probabilité de nouvelles mutations qui mettraient en danger toute la stratégie déjà en place, le Covid est toujours là », conclut le docteur.

Selon l’OMS

qui a tenu hier une conférence de presse en notant que le variant Delta a été détecté dans 10 de ces pays.

Selon elle, en l’espace d’une semaine, au 4 juillet, plus de 251 mille nouveaux cas de Covid-19 étaient signalés sur le continent, en hausse de 20% par rapport à la semaine précédente.

Ce qui représente de surcroît un dépassement de 12% par rapport au pic enregistré en janvier dernier.

«L’Afrique vient de vivre la semaine la plus désastreuse de l’histoire des pandémies sur le continent. Mais le pire reste à venir, car la troisième vague ne cesse de s’étendre de façon accélérée et gagne du terrain», a fait observer Dr Matshidiso Moeti, directrice régionale du Bureau de l’Organisation mondiale de la santé (Oms) pour l’Afrique. «Nous ne verrons pas la fin de cette montée vertigineuse des cas de Covid-19 avant quelques semaines.

Le nombre de cas se multiplie par deux tous les 18 jours contre 21 jours il y a tout juste une semaine. Il est toujours possible de briser la chaîne de transmission, à condition de se conformer à des mesures telles que le dépistage, l’isolement des contacts et des personnes infectées et de respecter les mesures essentielles de santé publique», a-t-elle ajouté.6% de la population vaccinés, rupture des stocks Seulement 6% de la population ont reçu leurs doses. Alors que la première phase de la stratégie nationale vaccinale vise dans une première étape à assurer la vaccination d’au moins 90% des cibles prioritaires, constituées du personnel de santé, des sujets âgés d’au moins 60 ans, des sujets présentant des comorbidités, mais aussi des personnes de par leur fonction ou mode de vie sont plus exposées que le reste de la population générale.La deuxième phase du plan de vaccination vise «au moins 90% de la population globale restante dans un délai qui ne doit pas dépasser le premier trimestre de 2022».

Selon le directeur de la Prévention. Selon Dr El Hadji Mamadou Ndiaye qui faisait le bilan de la campagne sur Radio Sénégal, «sur 100 Sénégalais, entre 20 et 35% (dont les personnes âgées de plus de 60 ans, celles présentant des maladies chroniques ou des comorbidités et toute autre population du pays qui de par ses fonctions reste exposée) devaient être vaccinés. Mais, au jour d’aujourd’hui, 6% des Sénégalais se sont vaccinés».

Malgré la situation tendue déjà dénoncée par l’Oms, Dakar attend de nouvelles livraisons de vaccins nécessaires pour relancer la machine grippée par la rupture des doses : il s’agit 5 millions de doses de Johnson & Johnson, obtenues avec l’appui de la Banque mondiale, 6 millions 697 mille doses, dans le cadre de l’initiative Covax, et 2 millions de doses Moderna. Ce qui permettra de rassurer les populations, surtout que le Sénégal n’a reçu depuis février dernier que 800 mille doses de vaccin.

«L’objectif est d’atteindre 55% de la population, visant les 18 ans et plus», se projette le directeur de la Prévention au ministère de la Santé et rapporteur du Comité de suivi et de contrôle des opérations de vaccination.

Khadim Diakhate

Un commentaire sur “« La troisième vague est arrivée de façon inattendue, très certainement au vue du relâchement général observé au Sénégal », selon le Docteur Mouhamadou Ben Omar Diagne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.