fbpx

Indépendance des médias : quels enjeux dans le jeu démocratique sénégalais ?

Indépendance des médias : quels enjeux dans le jeu démocratique sénégalais ?

Les débats sur l’indépendance des médias ont longtemps été sujets dans les grandes
rencontres, tant au niveau national qu’international, jusqu’à ce que certains la considère comme
une « mission impossible ». Ce recul d’indépendance peut mesuré par plusieurs indicateurs, qui
ne nous intéressent, dans ce travail. Ici, dans cet article, nous allons nous atteler à analyser les
enjeux actuels et futurs auxquels les médias font face et devraient faire face dans le jeu
démocratique sénégalais. Autrement, à quoi les médias doivent-ils s’attendre et que doivent-ils
faire pour être les garants d’un jeu démocratique sain, transparent et décentralisé

Longtemps, le tandem média et démocratie a constitué un point fort de la vie publique
tant nationale qu’internationale. Avec une presse responsable, autonome et déontologique qui,
œuvre pour la préservation et le maintien des libertés individuelles et la diversité des opinions.

Au Sénégal, le combat pour une indépendance de la presse n’a pas été de tout repos.
De la monopolisation aux pressions étatiques, la presse sénégalaise a dû batailler pour se voir
libérée et se lancer sur les chantiers du privé. Avec Sud Fm et Walfadjri, le privé fait son entrée
dans le jeu médiatique et se fixe comme objectif de peser dans le jeu démocratique. Au fil des
ans, le couple média-démocratie a évolué et les médias, considérés comme le « quatrième »
pouvoir, ont leur mot à dire dans la vie politique sénégalaise. Cependant, ce pouvoir auquel les
médias aspirent est souvent limité ou sous le contrôle de l’exécutif avec une indépendance de
plus en plus étriquée et le poids de la censure qui plane comme une épée de Damoclès sur la
tête des médias sénégalais.

La presse est une composante essentielle sinon, primordiale de la vie publique. Elle doit
permettre un accès à l’information la plus vraie et juste possible. Mais, pour ce faire, son
indépendance est une condition sine qua non et, c’est là que réside la problématique à laquelle
est confrontée la presse sénégalaise. Entre autres enjeux, il y a la nécessité de reconnaitre et
respecter non seulement les droits culturels mais aussi le droit du public à l’information.
Aujourd’hui face à la pléthore de médias de communication et d’information, les nouvelles sont
variées et les « fake-news » très fréquentes. Les médias sénégalais gagneraient à travailler
davantage dans la traçabilité des informations et surtout dans leur pertinence. Justement, en
parlant de traçabilité, celle-ci est partie intégrante de la formation que doivent recevoir les
journalistes car, elle est l’une des vertus de l’éthique et de la déontologie journalistiques. Il faut
former des journalistes mus par la volonté de servir le peuple, intègres, justes, valeureux et prêts
à se sacrifier pour la défense de la bonne information. La presse sénégalaise ne manque pas
d’exemples et d’illustres figures qui ont su faire fi de leurs appartenances, de leurs privilèges et
statut, pour être au service du peuple et lui donner accès à des informations vérifiables et
impartiales, à l’image de feu Babacar Touré.

En outre, dans ce contexte de mondialisation marqué par la fulgurance du capitalisme, le
secteur médiatique doit se ressaisir et affronter les démons de l’hyper publicité. Par ces derniers,
nous entendons l’excès de publicité avec pour but, la recherche effrénée de rente. Bien vrai que
les médias soient des entreprises et qu’il y a une main d’œuvre à payer, cela ne doit pas
détourner nos médias de leurs objectifs car, plus ils s’intéresseront à la rente, plus ils seront
enclin au compromis et plus ils risquent d’être corruptibles ; mettant ainsi en péril leur rôle de
« contre-pouvoir » ; faussant par l’occasion, le jeu démocratique. Cette situation mène, de l’avis
du philosophe Jürgen Habernas, à des contenus médiatiques « divertissants, conditionnés par
la publicité, qui ne peut servir à stimuler dans l’espace public des discussions, des
raisonnements et des passages à l’action citoyenne sur les affaires publiques politiques,
économiques et culturelles ».

Il ne faut pas également perdre de vue que le désenclavement de l’information constitue
un enjeu majeur car, qui parle de démocratie, parle d’équité et d’égalité de chances et cela,
même en matière d’accès à l’information. Ainsi, le cap de la privatisation franchi, il urge que
la presse élargisse son champ de couverture et aille à la conquête des villages du Boundou, du
Fouladou ou du Pakao etc. Autrement dit, décentralise sa recherche d’informations et s’excentre
de Dakar pour investir les zones les plus reculées du pays.

Pour finir, l’autre enjeu de taille à notre avis, est, celui de la lutte pour la préservation
de l’indépendance de la presse. Pour garantir cette indépendance des médias, il est nécessaire
que les instances de régulation des médias soient indépendantes à l’égard des pressions
gouvernementales et commerciales. Ainsi, l’Autorité de Régulation des Télécommunications
et Postes (ARTP) gagnerait à se départir de la tutelle de l’exécutif pour, s’autonomiser
d’avantage et mettre sur pied des critères d’évaluation, de contrôle et d’éligibilité transparents
et objectifs. De même, le CORED qui est l’instance principale de régulation, souffre non pas
de problème d’indépendance mais plutôt de légitimité car peinant à faire l’unanimité. Les freins
à cette légitimité sont principalement d’ordre politique, financier et publicitaire.

Pour protéger les acquis démocratiques, la presse doit éviter le musèlement par l’autorité
publique, ne pas courber l’échine face à la pression politique et surtout, éviter de faire du public,
un « public vassalisé ».
Au regard de ce qui précède, il apparait que la presse est dans un tournant de son
existence : soit continuer à préserver son indépendance avec un souci d’éthique, de déontologie
et de culte de l’excellence ; soit être à la merci des politiques, vendre du rêve au public et rater
le coche de la révolution démocratique. La captation des médias par des hommes politiques ou
de pouvoir cherchant à se servir des médias comme instrument d’influence, l’autocensure liée
à la dépendance vis-à-vis de la publicité, la dépendance vis-à-vis des régimes en place et des
subventions octroyées très souvent sans grande transparence dans le cadre de l’aide à la presse
sont autant de problèmes minant l’indépendance des médias. Les enjeux sont énormes, les
attentes immenses, il ne reste qu’à espérer que la presse sache raison garder et soit la plus juste
et intègre possible

Amsatou MBAYE
Maitrisard en Sciences Sociales, Géographe
(environnementaliste) et étudiant en Master Communication à l’Ejicom

Khadim Diakhate

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.