fbpx

Birmanie : l’état d’urgence déclaré pour un an après l’arrestation de Aung San Suu Kyi (Armée)

Birmanie : l’état d’urgence déclaré pour un an après l’arrestation de Aung San Suu Kyi (Armée)

La cheffe « de facto » du gouvernement birman, Aung San Suu Kyi, a été arrêtée par les forces de l’armée a indiqué ce lundi 1er février le porte-parole de son parti, la Ligue nationale pour la démocratie (LND). L’état d’urgence a été annoncée dans le pays par l’armée pour une durée d’un an au terme duquel elle promet de nouvelles élections et un transfert de pouvoir. Aung San Suu Kyi a exhorté la population à « ne pas accepter le coup d’État ».

Ce lundi matin, le réseau internet s’effondre : 75% des niveaux ordinaires, puis c’est le black-out, notamment dans la capitale. Les lignes téléphoniques sont perturbées, un soulèvement militaire s’annonce.

Les rue de Naypyidaw et à Rangoon sont remplies de militaires. Le porte-parole de la Ligue nationale pour la démocratie confirme qu’Aung San Suu Kyi et le président birman ont été emmenés par l’armée. « Nous avons entendu dire qu’elle est détenue à Naypyidaw. Nous supposons que l’armée est en train d’organiser un coup d’État. »

Les élections seront organisées après un an

Les programmes de la radio-télévision nationale du Myanamar ont été arrêtés avant la lecture d’un communiqué militaire à 8 heures, heure locale, affirmant que la Tatmadaw, le nom des forces armées birmanes, dit avoir pris le pouvoir. Les militaires parlent d’un coup d’État constitutionnel. L’état d’urgence a été proclamé pour un an.
Le vice-président, U Myint Swe, a été installé à la tête de l’État. « L’armée remet le pays sous dictature militaire », a fait savoir Aung San Suu Kyi dans un communiqué diffusé par son parti. La dirigeante arrêtée exhorte la population à « ne pas accepter le coup d’État ».

« Nous mettrons en place une véritable démocratie multipartite », ont déclaré les militaires dans un communiqué publié sur leur page Facebook, ajoutant que le pouvoir sera transféré après « la tenue d’élections générales libres et équitables ».

Pour rappel, le parti d’Aung San Suu Kyi, Prix Nobel de la paix en 1991, très critiquée au niveau international pour sa gestion de la crise des musulmans rohingyas mais toujours adulée par une majorité de la population, a remporté une victoire écrasante en novembre. Il s’agissait des deuxièmes élections générales depuis 2011, année de la dissolution de la junte qui a régné pendant un demi-siècle sur le pays.

Gallaye Camara

Laisser un commentaire